Com­ment res­ter mo­ti­vée?

Bien- être Com­ment res­ter Vous avez dé­ci­dé de­puis peu de vous re­mettre en forme et sui­vez conscien­cieu­se­ment le pro­gramme que vous vous êtes fixé. Mais, au bout de quelques se­maines, votre en­thou­siasme du dé­part re­tombe et votre mo­ti­va­tion aus­si. Vous

Guide Pratique - - Edito -

Qu’est-ce qui vous mo­tive?

pour que votre mo­ti­va­tion soit au som­met, il faut que l’ac­ti­vi­té que vous avez dé­ci­dé d’en­tre­prendre vous sti­mule en vous pla­çant dans un contexte qui vous plaît. La pre­mière chose à faire est donc de vous in­ter­ro­ger sur les rai­sons pour les­quelles vous vou­lez re­le­ver ce dé­fi. Sou­hai­tez-vous vous re­mettre en forme pour vous sen­tir plus ac­tive et en meilleure san­té? Le faites-vous parce que vous en avez vrai­ment en­vie ou pour plaire à votre conjoint? avez-vous be­soin d’une équipe pour pas­ser à l’ac­tion ou êtes-vous plus à l’aise en so­lo, avec votre ma­ri ou une amie? À quel rythme vou­lez-vous vous y consa­crer? Dans quel en­vi­ron­ne­ment? L’ob­jec­tif est de choi­sir une ac­ti­vi­té en fonc­tion de vos be­soins et de vos goûts per­son­nels, car plus vous ai­me­rez ce que vous faites, moins vous se­rez ten­tée d'aban­don­ner. La meilleure pé­riode pour com­men­cer une ac­ti­vi­té spor­tive ou une re­mise en forme est à l’ar­ri­vée du beau temps, parce que le so­leil re­monte na­tu­rel­le­ment le mo­ral et amé­liore la mo­ti­va­tion. Si vous avez de la dif­fi­cul­té à vous sti­mu­ler, le temps en­so­leillé vous pro­cu­re­ra l’éner­gie né­ces­saire pour y par­ve­nir. il vous ins­pi­re­ra des pen­sées positives qui vous ai­de­ront à dé­cro­cher de vos pro­blèmes quo­ti­diens, même l’hi­ver. en prime, le prin­temps et l’été sont des sai­sons éner­gi­santes qui vous in­citent à bou­ger, à être plus ac­tive. L’au­tomne et l’hi­ver vous offrent aus­si de nom­breux avan­tages, no­tam­ment en vous fai­sant bé­né­fi­cier des bien­faits de l’air frais. Son­gez éga­le­ment à dé­ter­mi­ner à quel mo­ment de la jour­née vous pré­fé­rez bou­ger. Si vous n’êtes pas ma­ti­nale, pla­ni­fiez vos séances d’exer­cice le mi­di ou le soir. De cette fa­çon, vous évi­tez de vous dé­cou­ra­ger trop ra­pi­de­ment et avez plus de chance d’en sor­tir ga­gnante. Faire du sport à deux est sans doute le meilleur moyen d’en­tre­te­nir votre mo­ti­va­tion. Votre dé­sir ré­ci­proque d’ar­ri­ver à vos fins ajoute une di­men­sion de com­pli­ci­té ami­cale dans votre ac­ti­vi­té spor­tive et aug­mente le plai­sir que vous re­ti­rez à la pra­ti­quer. De plus, si vous don­nez ren­dez-vous à votre meilleure amie pour une joute de tennis ou de balle molle, vous se­rez moins ten­tée d’aban­don­ner parce que vous vous êtes en­ga­gée au­près d’elle. Cette contrainte sup­plé­men­taire vous en­cou­ra­ge­ra à ne pas lâ­cher et à at­teindre votre ob­jec­tif. un autre bon moyen de vous ai­der à ne pas cra­quer est de faire ap­pel aux ser­vices d’un coach. en as­su­rant un sui­vi ré­gu­lier de vos pro­gres­sions, il se­ra en me­sure de vous mo­ti­ver tout au long de votre dé­marche. il vous fe­ra prendre conscience des ef­forts que vous avez ac­com­plis et vous en­cou­ra­ge­ra à pour­suivre mal­gré les nom­breuses ten­ta­tions d’aban­don­ner.

pra­tique

Éner­gie Car­dio, aux pages 16 à 25, a d’ailleurs été conçu en ce sens. Ain­si, le corps et l’es­prit s’ha­bi­tuent gra­duel­le­ment aux chan­ge­ments et fi­nissent par les as­si­mi­ler comme une rou­tine, au même titre que faire ses courses ou se rendre au tra­vail. Lors d’une re­mise en forme, le corps est sou­mis à des stress aux­quels il n’est pas ha­bi­tué. Il faut donc dor­mir suf­fi­sam­ment (mi­ni­mum huit heures) pour re­nou­ve­ler son éner­gie et ré­gé­né­rer ses fonc­tions vi­tales. Il im­porte aus­si d’ap­prendre à sou­rire et de sai­sir la moindre oc­ca­sion de s’amu­ser et de rire. Plus votre mo­ral est bon et plus vous au­rez de la fa­ci­li­té à vous mo­ti­ver. Lais­sez­vous inspirer par tout ce qui vous en­toure (pay­sages, films, livres, ci­ta­tions, mu­sique, amis, col­lègues…) pour vous sti­mu­ler. Af­fi­chez des pho­tos de votre ob­jec­tif à un en­droit de­vant le­quel vous pas­sez fré­quem­ment. Chaque fois que vous les ver­rez, ce­la sti­mu­le­ra votre cer­veau à pas­ser à l’ac­tion et vous pous­se­ra à agir en consé­quence. Vous pou­vez faire la même chose en des­si­nant un gra­phique qui re­pré­sente l’évo­lu­tion de vos réa­li­sa­tions ou en te­nant un jour­nal de bord de vos pro­gres­sions. Ils vous per­met­tront de main­te­nir votre centre d’at­ten­tion sur votre ob­jec­tif et vous mo­ti­ve­ront à ne pas perdre les bé­né­fices si du­re­ment ac­quis.

Des écarts De conduite…

et alors?

Mon­trez-vous in­dul­gente en­vers vous-même.

Cer­taines pé­riodes d’en­traî­ne­ment se­ront agréables alors que d’autres vous fe­ront grin­cer des dents. Con­cen­trez-vous sur le ré­sul­tat que vous sou­hai­tez ob­te­nir plu­tôt que sur les exer­cices, les contraintes ou la dou­leur. Il vous ar­ri­ve­ra de sau­ter une séance parce que vous êtes trop fa­ti­guée, et c’est nor­mal. Il faut s’au­to­ri­ser des écarts pour

ne pas se dé­cou­ra­ger. Ça fait du bien et c’est bon

pour le mo­ral.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.