Dan­ny St Pierre

Guide Pratique - - Entrevue -

par­te­naires… Ce n’est pas une histoire d’ego. J’aime entrer en re­la­tion avec la clien­tèle, et en somme, elle est mon plus grand suc­cès.»

À l’heure ac­tuelle, qu’est- ce qui in­fluence votre cui­sine? «La cui­sine mé­na­gère. Ce qui me fait le plus plai­sir, c’est de créer des plats que tous vont com­prendre. Je ne suis pas gê­né de cui­si­ner avec de l’huile vé­gé­tale ou du bro­co­li. Il n’y a rien de hon­teux là-de­dans. Les prix des ali­ments sont éle­vés, il faut cui­si­ner quelque chose de beau, de bon et aus­si d’abor­dable. Je suis fier de pré­sen­ter des re­pas qui nous res­semblent.»

Le nou­veau dé­fi

De­puis jan­vier, vous pro­po­sez une nou­velle adresse: votre res­to Pe­tite Mai­son. Quels sont les in­con­tour­nables de votre me­nu? «On tra­vaille énor­mé­ment les lé­gumes, qu’on met en va­leur: la courge ou la ca­rotte rô­ties, le fe­nouil, les pe­tits pois, la bet­te­rave, etc. Le bou­din est un in­con­tour­nable, le ma­que­reau confit aus­si, ain­si que la sa­lade cé­le­ri-rave, pommes et noix.»

Quels sont les com­men­taires qui vous touchent le plus, et ceux qui, au contraire, vous agacent? «Je pré­fère de loin les com­men­taires né­ga­tifs, car ce sont eux qui nous font avan­cer. Par­ler avec des gens qui nous disent la vé­ri­té, et avec qui nous pou­vons avoir une dis­cus­sion franche et hon­nête, voi­là ce qui nous fait ré­flé­chir. Ça me touche tou­jours de voir quel­qu’un qui a le cou­rage de me dire ce qu’il pense.»

Avez-vous un fan­tasme en tant que chef? «Je suis tel­le­ment chan­ceux, j’ai pu faire un pa­quet de trucs dans ma car­rière, mais en ce mo­ment, je réa­lise un grand fan­tasme. Pe­tite Mai­son n’est pas un res­to or­di­naire. C’est tout le contraire de ce qu’on a l’ha­bi­tude de voir. Ce n’est pas “conve­nu”. Nous sommes dans un de­mi-sous-sol sur l’ave­nue du Parc à Mon­tréal, avec une en­seigne néon, ça a l’air aban­don­né à la li­mite. Il y a un gros graf­fi­ti de­vant que j’ai re­fu­sé d’en­le­ver… Les gens viennent et s’aban­donnent: c’est le rêve pour moi.»

Un père-chef

Est- ce vous qui cui­si­nez à la mai­son? «Oh oui, c’est moi. Ma blonde est mer­veilleuse, mais cette tâche me re­vient. On est tous les deux tra­vailleurs au­to­nomes, on n’a pas de gar­de­rie pour le bé­bé, on a de l’aide un peu, mais on en mène as­sez large. On par­tage notre vie entre Sher­brooke et Mon­tréal, donc quand on est dans la grande ville, on sort pas mal, mais si­non à la mai­son, on pla­ni­fie nos re­pas pour la se­maine.»

Jus­te­ment, qu’est- ce qui re­vient le plus sou­vent au me­nu? «Ça part sou­vent d’un pou­let en­tier, les poi­trines sont cui­si­nées et la car­casse fait une soupe. Ré­gu­liè­re­ment, on a un pois­son avec une gar­ni­ture Dan­ny est chef pro­prié­taire du res­tau­rant Pe­tite Mai­son (5589, ave­nue du Parc à Mon­tréal). Ré­ser­vez votre place! pe­ti­te­mai­sonmtl.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.