Un comp­table met le cap sur Haï­ti

Ex­pé­rience de co­opé­rant pour CPA sans fron­tières

Hebdo Rive Nord - - PETITES ANNONCES CLASSÉES - OLI­VIA NGUONLY

HU­MA­NI­TAIRE. Beau­coup connaissent Mé­de­cins sans fron­tières, mais peu ont dé­jà en­ten­du par­ler de CPA sans fron­tières, qui, tou­jours dans l’op­tique de ve­nir en aide au peuple d’un pays en voie de dé­ve­lop­pe­ment, pro­pose cette fois l’im­plan­ta­tion de sys­tème de comp­ta­bi­li­té in­for­ma­ti­sé par des comp­tables. An­dré Jo­ly s’est ain­si ren­du à Haï­ti afin de mettre à pro­fit ses connais­sances dans le do­maine.

Comp­table pro­fes­sion­nel agréé (CPA) de for­ma­tion, le Re­pen­ti­gnois a sé­jour­né dans la ca­pi­tale haï­tienne l’au­tomne der­nier, plus pré­ci­sé­ment dans les ins­tal­la­tions des Soeurs de la cha­ri­té de Saint-louis, afin d’ou­tiller l’or­ga­ni­sa­tion qui avait be­soin de mettre à jour sa comp­ta­bi­li­té.

« J’ai en­ten­du par­ler de CPA sans fron­tières pour la pre­mière fois à l’au­tomne 2015. Ça m’a in­té­res­sé de pou­voir don­ner à d’autres per­sonnes ce que je pou­vais. Ici, nous sommes un pays choyé et si on peut ai­der à l’ex­té­rieur, c’est tant mieux. Nous aus­si, on s’en­ri­chit dans ce type d’ex­pé­rience », ex­plique le re­trai­té.

Le sys­tème in­for­ma­tique im­plan­té par M. Jo­ly et sa col­lègue, Audrey Teas­dale, aus­si CPA et ori­gi­naire de Re­pen­ti­gny, ser­vi­ra ma­jo­ri­tai­re­ment à com­pi­ler l’ar­gent re­çu des dif­fé­rents do­na­teurs. « Nous avons mis en place quelque chose de base pour que les gens n’ayant pas de connais­sances comp­tables puissent en­trer leurs dé­penses et re­ve­nus.»

La mis­sion des Soeurs de la cha­ri­té de SaintLouis s’ins­crit sur­tout dans des oeuvres d’édu­ca­tion et de pro­mo­tion hu­maine, so­ciale et spi­ri­tuelle dans les écoles, les col­lèges ou à l’école nor­male ou encore dans les dis­pen­saires. À Haï­ti, M. Jo­ly es­time que près de 2000 filles fré­quentent leurs éta­blis­se­ments de la gar­de­rie au ni­veau se­con­daire.

CIR­CU­LA­TION CHAO­TIQUE

Outre le tra­vail qui l’at­ten­dait à l’oc­ca­sion de sa mis­sion hu­ma­ni­taire, le comp­table de Re­pen­ti­gny a eu la chance de vi­si­ter la ca­pi­tale et a été im­pres­sion­né, entre autres, par la cir­cu­la­tion rou­tière.

« C’est vrai­ment le chaos. Tel­le­ment que je ne vou­lais pas m’as­soir sur le siège avant. Ça klaxonne beau­coup et on di­rait qu’il n’y a pas de règles de conduite au­to­mo­bile. Il y a aus­si beau­coup de mo­tos et de mo­by­lettes sur les routes, c’est frap­pant! Nous ne sommes pas ha­bi­tués à ça, ici. »

Au-de­là des rues acha­lan­dées, M. Jo­ly se sou­vient du cô­té cha­leu­reux des Haï­tiens. « Nous avons été tel­le­ment bien re­çus. C’était la pre­mière fois que je don­nais des cours et les gens étaient très in­té­res­sés et ré­cep­tifs. On ne s’est ja­mais sen­tis à part non plus, même si nous étions des étran­gers », té­moigne le co­opé­rant.

Ayant quit­té l’île une jour­née plus tard que pré­vue en rai­son de l’ou­ra­gan Mat­thew qui fai­sait rage sur les côtes, le comp­table de for­ma­tion ai­me­rait bien re­nou­ve­ler ce type d’ex­pé­rience, his­toire de «voir autre chose que notre pe­tit monde à nous».

Pour in­for­ma­tions: ter­re­sans­fron­tieres.ca

Pho­to gra­cieu­se­té)

M. Jo­ly a sé­jour­né aux ins­tal­la­tions des Soeurs de la cha­ri­té de Saint-louis, à Haï­ti, en com­pa­gnie d’une autre comp­table pro­fes­sion­nelle agréée ori­gi­naire de Re­pen­ti­gny, Audrey Teas­dale.(

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.