Sa­muele n’a peut-être pas choi­si le pa­ra­dis, mais elle s’amuse quand même

Spec­tacle à la Chasse-ga­le­rie

Hebdo Rive Nord - - LANAUDIÈRE - OLI­VIA NGUONLY

D’em­blée, elle met les cartes sur table. « Je ne l’ai pas in­ven­té, c’est un slo­gan fé­mi­niste qui date des an­nées soixante-dix », ré­pond Sa­muele, in­ter­ro­gée sur le titre de l’al­bum qu’elle lan­çait plus tôt ce mois-ci.

Pour la poé­tesse des temps mo­dernes, les mots qu’elle a choi­si d’ap­po­ser sur son nou­vel opus sont sy­no­nymes d’une forme d’af­fran­chis­se­ment de la femme. « Pour ma part, ré­pondre aux at­tentes ne m’a rien don­né. J’ai com­men­cé à avoir du fun quand j’ai ar­rê­té de m’ex­cu­ser d’oc­cu­per l’es­pace. »

Et l’es­pace, Sa­muele l’oc­cupe en en­tier, comme elle l’a dé­ci­dé, il y a deux ans, après s’être épui­sée avec son bou­lot, sa mu­sique et sa vie de fa­mille. « Il fal­lait que ça change », dé­cide-t-elle.

Puis, sont ar­ri­vées les Fran­cou­vertes en 2015, où l’ar­tiste se rend jus­qu’aux de­mi-fi­nales, avant de rem­por­ter le Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal de la chan­son de Granby, l’an­née sui­vante.

LA POÉ­SIE COMME OU­TIL

Au fi­nal, les textes in­ti­mistes et la mu­sique tan­tôt folk-rock tan­tôt en vers par­lés, l’ont em­por­té sur les an­goisses de l’ar­tiste qui a rem­por­té le prix de l’as­so­cia­tion des ra­dio­dif­fu­seurs com­mu­nau­taires du Qué­bec de la Bourse Ri­deau en fé­vrier der­nier.

Tout a com­men­cé à sept ans, quand la fillette a choi­si d’adop­ter le genre poé­tique et le ro­man­tisme qui al­lait avec. Ado­les­cente, elle avait plus que ja­mais be­soin de ca­na­li­ser ses émotions et l’écri­ture n’était ja­mais bien loin. « L’écri­ture, ça été ma ligne de vie. C’est mon ou­til le plus im­por­tant. »

Des an­nées plus tard, le fé­mi­nisme de Sa­muele est au­jourd’hui as­su­mé : « Si tu de­mandes à 25 per­sonnes ce que c’est d’être fé­mi­niste, tu au­ras 25 ré­ponses dif­fé­rentes. Pour moi, c’est un constat de l’in­éga­li­té entre les sexes et il faut que ça change. C’est la ré­sis­tance. »

MU­SIQUE. Écou­ter la poé­sie en­ga­gée de Sa­muele, c’est ac­cep­ter de se lais­ser gui­der par une fille qui n’a pas la plume dans sa poche, comme on dit. Avec Les filles sages vont au pa­ra­dis, les autres vont où elles veulent, la multi-ins­tru­men­ta­liste livre un com­bat avec elle-même et avec toutes celles qui au­ront en­vie de la suivre. Elle se­ra en spec­tacle à La­val­trie le 28 avril.

Pour in­for­ma­tions et achat : www.chasse-ga­le­rie.ca

Photo gra­cieu­se­té)

Sa­muele pro­met tout un spec­tacle à la Chasse-ga­le­rie de La­val­trie.(

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.