Le sa­cré et le fu­tile de Pa­trice Mi­chaud

De pas­sage à L’as­somp­tion

Hebdo Rive Nord - - LANAUDIÈRE - OLI­VIA NGUONLY

À ne pas pro­non­cer avec la fi­nale en « ch », même pen­dant la haute sai­son du tri­co­lore, blague-t-il, ce troi­sième al­bum n’a pas été fa­cile à bap­ti­ser. Parce qu’un titre, c’est im­por­tant, se­lon le fervent lec­teur qui dis­si­mule des études lit­té­raires sur son CV.

« J’ai tou­jours eu un rap­port com­pli­qué avec les titres. C’est un choix que je ne fais pas ra­pi­de­ment, confirme ce­lui qui se dé­crit comme un ama­teur de titres ni plus ni moins. C’est la porte d’en­trée de quelque chose. »

Cette fois, c’est en tom­bant sur une re­cherche qu’il avait faite sur de vieux al­ma­nachs que l’au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète a eu le dé­clic.

« C’était des ou­vrages qui conte­naient des in­for­ma­tions ca­pi­tales en même temps que des blagues et des re­cettes. Un mé­lange de sa­cré et de fu­tile et ça me res­sem­blait beau­coup », illustre l’ar­tiste der­rière Tri­angle des Ber­mudes (2011) et Le Feu de chaque jour( 2014).

L’AMOUR DES ÉCRITS

D’ailleurs, les mots et les livres ne sont ja­mais bien loin quand il est ques­tion de ce­lui qui a été nom­mé grand lau­réat du Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal de la chan­son de Granby en 2009. Avec « Car l’amour ce n’est pas quelque chose, c’est quelque part », Ré­jean Du­charme s’est glis­sé dans les pa­roles de Ka­mi­kaze, mais il n’est pas le seul.

« En li­sant beau­coup, ça me donne du gaz et ce que je fais est tein­té de ce que j’ai consom­mé pré­cé­dem­ment », avoue-t-il.

Ce troi­sième al­bum au titre par­ti­cu­lier n’a pas non plus été fa­cile à ac­cou­cher. Non pas que l’au­teur avait le syn­drome de la page blanche, mais c’est que l’homme ori­gi­naire de Cap-chat, en Gas­pé­sie, ne sa­vait pas par quel bord prendre ses ins­pi­ra­tions.

« Ça prit beau­coup de tra­vail pour re­dé­mar­rer la ma­chine », ré­sume ce­lui qui a re­trou­vé sa créa­ti­vi­té à tra­vers ses col­la­bo­ra­tions, dont une avec le réa­li­sa­teur Phi­lippe Brault, qui signe aus­si les ar­ran­ge­ments.

Le ré­sul­tat fi­nal ne res­semble en rien à ses deux al­bums pré­cé­dents, croit-il, puisque ré­in­ven­ter son ap­proche de la chan­son, ce n’est pas son fort. Pa­trice Mi­chaud fait plus dans le jeu des struc­tures et des ar­ran­ge­ments.

En spec­tacle, Pa­trice aime être proche de son monde, comme un vrai Gas­pé­sien. Il est cha­leu­reux et gé­né­reux, dit-on. Lors de son pas­sage à L’as­somp­tion, il ne fe­ra pas ex­cep­tion.

MU­SIQUE. Dif­fi­cile de ne pas dé­jà avoir fre­don­né les pa­roles de Mé­ca­niques Gé­né­rales ou en­core ta­pé du pied lorsque son re­frain ré­son­nait à la ra­dio. Cet hi­ver, Pa­trice Mi­chaud ré­ci­di­vait une fois de plus avec la sor­tie de son plus ré­cent opus, Al­ma­nach, qui met­tait un peu de so­leil dans la gri­saille de fé­vrier.

Pa­trice Mi­chaud se­ra en spec­tacle le 28 avril au Théâtre Hec­tor-char­land de L’as­somp­tion. Pour in­for­ma­tions et achat : hec­tor-char­land.com

(Photo gra­cieu­se­té)

Pa­trice Mi­chaud pré­sen­te­ra son troi­sième al­bum à L’as­somp­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.