Les al­ler­gies ali­men­taires, tout un casse-tête pour les écoles

Am­bi­va­lence au sein des dif­fé­rentes com­mis­sions sco­laires

Hebdo Rive Nord - - ACTUALITÉS - OLI­VIA NGUONLY

AL­LER­GIES. Ma­this ne peut in­gé­rer des ara­chides sous peine de voir son pe­tit corps se cou­vrir de bour­sou­flures et de plaques rouges. Il fait par­tie des 7 à 8 % des en­fants souf­frant d’al­ler­gies ali­men­taires qui peuvent par­fois être fa­tales. S’il n’y a au­cune di­rec­tives en­ca­drant les ali­ments al­ler­gènes à la Com­mis­sion sco­laire de Mon­tréal (CSDM), qu’en est-il plus près de chez nous, à la Com­mis­sion sco­laire des Af­fluents (CSA) ?

Le cas de la CSDM a sou­le­vé plu­sieurs ques­tion­ne­ments der­niè­re­ment alors que l’or­ga­ni­sa­tion a trans­mis une note à son per­son­nel et sa clien­tèle concer­nant la Po­li­tique pour une saine ali­men­ta­tion où il est ques­tion des al­ler­gies ali­men­taires. « La po­li­tique de la CSDM en ma­tière d’al­ler­gies n’a pas chan­gé. Les notes trans­mises ne vi­saient qu’à rap­pe­ler les bonnes pra­tiques », se dé­fend Alain Per­ron, res­pon­sable des re­la­tions de presse à la CSDM. La nou­velle a tout de même vite fait de sus­ci­ter de l’in­quié­tude, par­ti­cu­liè­re­ment au sein des foyers où vivent des en­fants al­ler­giques.

À la CSA, il y a plus de 15 ans qu’un pro­to­cole a été mis en place par la San­té pu­blique dans le cha­pitre des ali­ments al­ler­gènes au sein d’éta­blis­se­ments d’en­sei­gne­ment.

« Les seuls ali­ments in­ter­dits sont les noix et les ara­chides, puisque ce sont les al­ler­gènes les plus ré­pan­dus et qui peuvent en­traî­ner une ré­ac­tion grave », dé­taille Éric La­dou­ceur, co­or­don­na­teur aux com­mu­ni­ca­tions à la CSA.

Il pré­cise que les jeunes al­ler­giques doivent se do­ter d’au­to-in­jec­teurs de type Epi­pen, mais qu’en plus, les quelque 64 écoles pri­maire et se­con­daire en sont aus­si mu­nies.

MI­SER SUR L’ÉDU­CA­TION

À l’heure ac­tuelle, chaque école sur le ter­ri­toire de la CSA pos­sède une cer­taine la­ti­tude lors­qu’il est ques­tion d’ali­men­ta­tion en ses murs. Tou­te­fois, trois ali­ments sont fa­vo­ri­sés lors des col­la­tions, soit les fruits, les lé­gumes ou le fro­mage. « Ce sont des ali­ments qui manquent dans les re­pas, se­lon la San­té pu­blique », rap­porte M. La­dou­ceur.

Au­tant du cô­té de la San­té pu­blique que de la CSA, on dit mi­ser sur l’édu­ca­tion des en­fants. « On leur dit de se la­ver les mains et de la­ver les sur­faces après les re­pas, de ne pas par­ta­ger ou échan­ger de nour­ri­ture, etc. Mais on ne pour­ra ja­mais ga­ran­tir un mi­lieu sans al­ler­gènes », illustre-t-il.

Si on ne connaît pas la pré­va­lence de l’al­ler­gie, la San­té pu­blique es­time qu’au ca­na­da 2 % de la po­pu­la­tion est à risque d’ana­phy­laxie pro­vo­quée par des ali­ments ou des pi­qûres d’in­sectes. Le plus fré­quent est l’al­ler­gie aux ara­chides.

UNE LISTE PLUS LONGUE

La ten­dance sou­le­vée à la CSA au ni­veau des pro­duits al­ler­gènes, c’est qu’ils sont plus nom­breux qu’avant, re­marque le co­or­don­na­teur aux com­mu­ni­ca­tions. La liste des ali­ments sus­cep­tibles d’en­traî­ner une ré­ac­tion al­ler­gique chez l’en­fant est donc plus longue qu’il y a 15 ans, lorsque le pro­to­cole a été mis en place.

Lors­qu’il est ques­tion d’in­tro­duire les noix et les ara­chides par­mi la clien­tèle de près de 34 000 élèves de ni­veau pri­maire et se­con­daire de La­nau­dière, la CSA ne peut cer­ti­fier que le vi­rage ne se­ra ja­mais em­prun­té, d’au­tant plus que le pro­to­cole est ac­tuel­le­ment en ré­vi­sion.

Éric La­dou­ceur rap­pelle ce­pen­dant que la mis­sion de son or­ga­ni­sa­tion est d’of­frir un mi­lieu sain et sé­cu­ri­taire aux en­fants tout en mi­sant sur un vo­let pré­ven­tif et en usant de sen­si­bi­li­sa­tion.

« Non, nous ne nous dé­res­pon­sa­bi­li­se­rons pas », conclut ce­lui qui ajoute que chaque an­née des in­for­ma­tions per­ti­nentes sur le su­jet sont trans­mises aux pa­rents et que le Code de vie de l’école consti­tue aus­si une source de ré­fé­rence.

(Pho­to TC Media - archives)

À l’heure ac­tuelle, chaque école sur le ter­ri­toire de la CSA pos­sède une cer­taine la­ti­tude lors­qu’il est ques­tion d’ali­men­ta­tion en ses murs. Tou­te­fois, trois ali­ments sont fa­vo­ri­sés lors des col­la­tions, soit les fruits, les lé­gumes ou le fro­mage.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.