La cein­ture flé­chée dite de l’as­somp­tion re­hausse le nou­veau 10 $ ca­na­dien

Hebdo Rive Nord - - VIE COMMUNAUTAIRE -

Quelque chose vous sem­blait fa­mi­lier sur les nou­veaux billets de 10 $ ? Eh bien, de­puis le 1er juin, la grande cein­ture flé­chée dite de l’as­somp­tion y est im­pri­mée. La mon­naie

Royale du Ca­na­da a choi­si ce sym­bole pour cein­tu­rer le bas du billet de banque. Pour les ci­toyens de La­nau­dière, c’est une grande fier­té puisque cet élé­ment de cos­tume est le sym­bole ré­gio­nal de­puis jan­vier 1985.

« Ce mo­tif re­pro­duit l’as­pect ca­rac­té­ris­tique de la cein­ture flé­chée, aus­si ap­pe­lée cein­ture de l’as­somp­tion, qui est un im­por­tant sym­bole cultu­rel des

Mé­tis. La cein­ture flé­chée re­vêt aus­si de l’im­por­tance dans la culture ca­na­dienne-fran­çaise. Por­tée par les ha­bi­tants, elle est de­ve­nue une marque par­ti­cu­lière aux voya­geurs et aux com­mer­çants de four­rures au cours du 18e siècle », dé­crit-on du cô­té de la mon­naie Royale du Ca­na­da.

Le mi­nis­tère de la Culture du Qué­bec pro­cé­dait le 12 fé­vrier 2016 à la dé­si­gna­tion du flé­ché comme pa­tri­moine im­ma­té­riel du Qué­bec.

En jan­vier 1985, La­nau­dière par ses ins­tances réunies en Som­met Éco­no­mique, a ré­so­lu que la Grande Cein­ture Flé­chée dite L’as­somp­tion aux mo­tifs éclairs et flammes, soit re­con­nu comme sym­bole de La­nau­dière afin de créer un signe qui re­pré­sente ses ha­bi­tants, une image d’ex­cel­lence qui dé­clenche une fier­té et un signe d’ap­par­te­nance.

Pour la pe­tite his­toire…

Les ar­ti­sans de l’as­so­cia­tion des ar­ti­sans de cein­ture flé­chée sec­tion La­nau­dière fon­dée en 1979 par Pier­reBé­lan­ger, Col­lette Cou­tu Gin­gras et Mi­chelle Beau­vais (main­te­nant à Gran­by) sont pour la ma­jo­ri­té is­sus de la li­gnée tra­di­tion­nelle qui passe par Pierre Bélanger pour se rat­ta­cher à Ma­rie Gau­det et sa grand-mère aca­dienne Char­lotte Hé­bert née en 1798 : les flé­cheuses de La­nau­dière contri­buent for­te­ment en ce 21e siècle à l’es­sor du flé­ché.

DE L’AS­SOMP­TION À LA­CHINE EN CA­NOT

C’est la Com­pa­gnie de la Baie d’hud­son qui a stan­dar­di­sé le mo­tif dit de l’as­somp­tion, car, dès 1821 après avoir ache­té la Com­pa­gnie du Nord-ouest, elle com­man­dait en grand nombre ses cein­tures flé­chées de leur comp­toir de four­rures si­tué à L’as­somp­tion.

Ce sont les fa­milles pour la plu­part de souches aca­diennes qui ar­ri­vèrent à la Sei­gneu­rie de St-sul­pice en 1766-68 qui les confec­tion­naient en grand nombre. C’est ain­si que la cein­ture flé­chée a ser­vi de « pièce de mon­naie » ayant un coeur rouge au centre et bor­dée de cor­ri­dors avec un ordre fixe de cou­leurs et de mo­tifs éclairs et/ou de flammes de chaque cô­té : ain­si étaient-elles échan­gées, tro­quées contre des grandes peaux de cas­tor.

Trans­por­tées de L’as­somp­tion à La­chine en ca­not, elles par­taient vers les comp­toirs de four­rures de l’ouest et du nord-ouest du Ca­na­da dans les grands

ca­nots de maîtres di­ri­gés par les voya­geurs.

La Mai­son du Flé­ché Bélanger fon­dée en 2015 à SteMar­cel­line-de-kil­dare illustre par­fai­te­ment ce concept de pa­tri­moine im­ma­té­riel : elle est le seul lieu au monde à mettre à l’hon­neur une ex­po­si­tion per­ma­nente sur le flé­ché et son his­toire « Une pas­sion, une iden­ti­té, une cein­ture flé­chée ». La Mai­son du flé­ché Bélanger est si­tuée au 10, 10e Rang Sud à Sainte-mar­ce­line-de-kil­dare.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.