La Re­pen­ti­gnoise signe « Jui­cy »

Es­corte, écri­vaine et ma­man : le mé­nage à trois sans pré­ten­tion de Mé­lo­die Nel­son

Hebdo Rive Nord - - ACTUALITÉS - OLI­VIA NGUONLY

Avec sa voix douce et sou­riante, Mé­lo­die Nel­son parle sans gêne du temps où elle re­ce­vait des clients dans un ap­part du centre-ville de Mon­tréal. La mi­nute d’après, elle se confie sur la ma­ter­ni­té pen­dant que ses pe­tits sont sur les bancs d’école. La jeune femme au par­cours co­lo­ré vient tout juste de lan­cer son se­cond ro­man, Jui­cy.

« Je suis née à Re­pen­ti­gny et j’ai eu une en­fance nor­male. Je jouais à la ca­chette avec les en­fants du quar­tier », se sou­vient celle qui a adop­té un nom qui rap­pelle un al­bum de Serge Gains­bourg.

Elle se re­mé­more aus­si s’être in­té­res­sée à la sexua­li­té as­sez jeune du­rant son ado­les­cence, mais avait pré­fé­ré dé­cou­vrir les plai­sirs de la chair tou­jours en jouant à la ca­chette, se dou­tant tou­te­fois que ses pa­rents n’étaient pas dupes.

« À 14-15 ans, j’ai de­man­dé en ca­deau le livre Baise-moi de Vir­gi­nie Des­pentes à ma mère », ra­conte Mé­lo­die, qui ri­cane en l’ima­gi­nant se pro­cu­rer le ro­man, puis l’em­bal­ler avant de lui of­frir.

Quelques an­nées plus tard, c’était à son tour d’écrire sur la sexua­li­té à tra­vers Es­corte, son pre­mier ro­man pa­ru en 2010. La jeune femme y ra­conte son par­cours dans le do­maine de la pros­ti­tu­tion, qui prend des allures de passe-temps entre ses cours en lit­té­ra­ture à l’uni­ver­si­té et ses de­voirs conju­gaux de jeune ma­riée.

« Être es­corte a tout le temps été dans ma tête, je pen­sais que j’en saurais plus sur moi et sur les hommes en fai­sant ce mé­tier », se sou­vient-elle.

JUSTE POUR PAR­LER OU DOR­MIR

Avec l’ac­cord de son ma­ri de l’époque, la jeune femme ren­contre une es­corte qui tra­vaille dans une agence et dé­cide de se lan­cer. « Même une fois es­corte, j’étais tou­jours moi-même, je conti­nuais d’être gaf­feuse et mal­adroite », ri­gole Mé­lo­die qui tro­que­ra les chambres d’hô­tels et les mai­sons pri­vées pour un condo du centre-ville où elle re­ce­vra le plus clair de son temps des pro­fes­seurs et des hommes d’af­faires.

« Cer­tains ve­naient juste pour par­ler ou pour dor­mir à cô­té de moi, confie l’an­cienne es­corte. J’ai beau­coup amé­lio­ré mon an­glais et ça m’a ré­con­ci­liée avec les hommes. Je ne m’at­ten­dais pas à tant les com­prendre. »

Pour celle qui a échan­gé son corps contre de l’ar­gent pen­dant près de deux ans, l’ex­pé­rience ne s’est ja­mais avé­rée sombre ou dan­ge­reuse. Si elle a mis un terme à son tra­vail d’es­corte, c’est à la suite d’une ren­contre qui se vou­lait plus que l’his­toire d’un soir.

« Un client est de­ve­nu une fré­quen­ta­tion et il trou­vait ça trop dur de conci­lier tout ça alors il a dé­ci­dé de ne plus me voir. Quand je me suis ren­due compte que je res­sen­tais quelque chose pour lui, je suis al­lée tra­vailler une der­nière fois et j’ai rem­pli deux sacs de pou­belle chez moi avant de quit­ter mon ma­ri et d’al­ler le re­joindre », ra­conte la jeune femme.

D’ES­CORTE À MA­MAN ÉCRI­VAINE

Dix ans plus tard, Mé­lo­die et son mys­té­rieux an­cien client forment tou­jours un couple et sont les pa­rents de deux jeunes en­fants.

Au­jourd’hui, l’écri­vaine, blog­geuse, chro­ni­queuse et ma­man siège entre autres au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de Stel­la, un or­ga­nisme qui dé­fend les droits des tra­vailleurs du sexe, et n’a au­cu­ne­ment l’in­ten­tion de re­nier son pas­sé.

« Il y a tou­jours eu des gens pour me dé­fendre et mes en­fants, eux, voient que je suis vraie. Je suis une ma­man avec des va­leurs et je ne cache rien », ré­pond-elle ques­tion­née sur la ma­ter­ni­té et son an­cien mé­tier d’es­corte.

Celle qui se dit à ce jour plus ja­mais affirmée et ra­di­cale dans ses opi­nions a mis sept ans à écrire son der­nier ro­man, Jui­cy, qui, cette fois, pa­ro­die le ro­man ar­le­quin.

« Une jeune fille gagne un con­cours de beau­té et tombe en amour avec un des juges. Après avoir per­du sa cou­ronne, elle com­men­ce­ra à faire des films por­nos, ré­sume l’écri­vaine. C’est une cri­tique de l’amour et la sur­va­lo­ri­sa­tion qu’on en fait. On veut trop ça de grandes his­toires d’amour. »

En­core une fois, Mé­lo­die ne s’en cache pas, elle aime bien par­ler de l’in­dus­trie du sexe et ce se­cond ro­man ne fe­ra pas ex­cep­tion.

Le ro­man Jui­cy de Mé­lo­die Nel­son est dis­po­nible en librairies et pu­blié aux Édi­tions de ta mère. Pour in­fo : me­lo­die­nel­son.com

(Pho­to :

Dix ans plus tard, Mé­lo­die et son mys­té­rieux an­cien client forment tou­jours un couple et sont les pa­rents de deux jeunes en­fants.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.