Un chien tra­hi par son ap­pé­tit

Hebdo Rive Nord - - ACTUALITÉS - KASSANDRA MAR­TEL

ANI­MAUX. Un chiot a in­gé­ré de la nour­ri­ture conte­nant une ai­guille dans le parc-école de la Tour­te­relle, à Re­pen­ti­gny, en­traî­nant une per­fo­ra­tion de l’es­to­mac et une longue opé­ra­tion la se­maine der­nière.

« No­va, c’est une boule d’amour ; elle n’a au­cune ma­lice, af­firme Na­tha­lie La­croix, la Re­pen­ti­gnoise pro­prié­taire de ce ber­ger mé­lan­gé âgé de 7 mois. No­va, c’est l'amie des hu­mains. Elle ne jappe pas. Elle n’est pas de­hors 24 heures sur 24. Je ne peux pas com­prendre que quel­qu’un ait fait ce­la à mon chien. C’est une aber­ra­tion. »

Di­manche, la fa­mille La­croix re­marque que la jeune No­va, fraî­che­ment opé­rée pour la sté­ri­li­sa­tion, ne va pas bien.

« On a com­pris que quelque chose n’al­lait pas, ra­conte Mme La­croix. On est al­lé chez notre vé­té­ri­naire et on a vu sur les rayons X qu’elle avait une ai­guille dans l’es­to­mac. On est donc mon­té à l’ur­gence vé­té­ri­naire de La­val, puisque c’est le seul en­droit où ils font des la­pa­ro­sco­pies. »

Deux la­pa­ro­sco­pies, une opé­ra­tion d’une di­zaine d’heures et 4000 $ plus tard, No­va s’en sort re­la­ti­ve­ment bien.

« Elle est au re­pos pen­dant deux se­maines, ex­plique sa pro­prié­taire. Elle ne de­vra pas cou­rir ni sau­ter. On doit aus­si lui faire prendre des pi­lules pen­dant 5 jours. »

Na­tha­lie La­croix et sa fa­mille sont convain­cues que l’acte contre leur chien était vo­lon­taire.

« Le vé­té­ri­naire nous a ex­pli­qué qu’un chien n’irait pas manger une ai­guille, dit Mme La­croix. L’ai­guille, pour se rendre à l’es­to­mac, a dû être en­tou­rée de nour­ri­ture. »

Ses soup­çons sont ac­cen­tués par la lo­ca­li­sa­tion de sa mai­son.

« Notre cour ar­rière donne sur la cour de l’école de la Tour­te­relle, pré­cise-t-elle. Il y a beau­coup de jeunes qui s’as­soient près de nos cèdres pour fu­mer et prendre de la drogue. »

Il y a deux ans, leur pré­cé­dent chien avait été vic­time de ces jeunes : ils lui avaient lan­cé des bou­teilles de verre.

UNE SEULE PLAINTE

« Un ani­mal, ça n’a au­cune ma­lice, men­tionne Na­tha­lie La­croix. C’est de l’amour pur et simple. Il ne faut pas que je pogne ce­lui qui a fait ce­la parce que je vais as­su­ré­ment lui faire payer la fac­ture. »

Dans cette op­tique, elle a dé­po­sé une plainte au Ser­vice de po­lice de Re­pen­ti­gny. Se­lon le porte-pa­role de ce ser­vice, Bru­no Ma­rier, il s’agi­rait du seul cas ré­per­to­rié.

Du cô­té du Ser­vice de po­lice de L’as­somp­tion/saint-sul­pice, il n’y a eu au­cune plainte pour une his­toire si­mi­laire.

« Si les ci­toyens sont vic­times ou té­moins de ce genre de si­tua­tion, on les in­vite à com­mu­ni­quer avec nous, rap­pelle l’agente So­phie Lé­ga­ré de L’as­somp­tion. Ce type d’ap­pel est pris très au sé­rieux par nos po­li­ciers. » Même son de cloche du cô­té du Ber­ger Blanc qui in­vite les ci­toyens à les contac­ter pour si­gna­ler un ani­mal en dan­ger.

PRÉ­VEN­TION

À la Cli­nique vé­té­ri­naire de Re­pen­ti­gny, la tech­ni­cienne en chef sug­gère aux pro­prié­taires ca­nins d’être vi­gi­lants.

« Il faut tou­jours vé­ri­fier sa cour ou le parc à chien et sur­veiller son ani­mal, af­firme-t-elle. Peu im­porte ce que le chien in­gère, il peut y avoir des risques de conta­mi­na­tion. »

En ef­fet, si le meilleur ami de l’homme mange des ex­cré­ments d’autres ani­maux, des feuilles mortes, de la nour­ri­ture ava­riée, du ga­zon ou tout autre élé­ment, il risque une conta­mi­na­tion par les pa­ra­sites ou même une pan­créa­tite.

« Nous conseillons aux pro­prié­taires d’uti­li­ser une mu­se­lière-pa­nier, pré­cise la tech­ni­cienne en chef. Ce n’est pas un ob­jet de conten­tion. Ça n’em­pêche pas le chien de jap­per, de res­pi­rer ni même de mordre, mais ça l’em­pêche de manger tout ce qui lui tombe sous la patte. »

Elle rap­pelle aus­si que si le chien a des vo­mis­se­ments pro­jec­tiles (en jet), s’il marche avec le dos re­cour­bé comme dans les des­sins ani­més ou s’il se tient en po­si­tion pour dé­fé­quer, sans rien ex­pul­ser, il faut im­mé­dia­te­ment al­ler consul­ter un vé­té­ri­naire. Un bi­lan de san­té com­plet se­ra alors fait.

« On de­vra se ser­rer la cein­ture, mais je ne re­grette pas la dé­ci­sion d’avoir sau­vé notre chien, conclut Na­tha­lie La­croix. C’est un membre de la fa­mille. Par contre, on lui fe­ra as­su­ré­ment prendre des cours pour évi­ter qu’elle mange autre chose à l’ex­té­rieur de la mai­son. »

(Pho­tos ti­rées de Fa­ce­book)

La pauvre No­va a su­bi deux la­pa­ro­sco­pies et une opé­ra­tion, après avoir in­gé­ré une ai­guille pro­ba­ble­ment ca­chée dans de la nour­ri­ture.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.