La ri­gueur des po­li­ciers de Re­pen­ti­gny a per­mis de sau­ver des vies

Dix ans après le drame, l’his­toire d’adrien Bou­lay de­meure dans leurs mé­moires

Hebdo Rive Nord - - ACTUALITÉS - KASSANDRA MARTEL

FAITS DIVERS. Il y a dix ans ce mois-ci, le La­nau­dois Adrien Bou­lay as­sas­si­nait deux per­sonnes. Il pla­ni­fiait d’éli­mi­ner huit autres per­sonnes, dont les noms ap­pa­rais­saient sur sa liste de cibles. Or, l’ef­fi­ca­ci­té des po­li­ciers de Re­pen­ti­gny a per­mis que sa tue­rie prenne fin avant qu’il ne com­mette un troi­sième at­ten­tat.

« Le tra­vail qu’a fait mon équipe ce soir-là est l’exemple même d’une belle in­ter­ven­tion, se rap­pelle le di­rec­teur ad­joint du Ser­vice de po­lice de Re­pen­ti­gny, Éric Ra­cette. Ils ont tou­jours vou­lu faire plus, tou­jours pour le ci­toyen, et ce sont les ré­sul­tats que ce­la donne. »

Le 5 no­vembre 2007, le pré­po­sé aux com­mu­ni­ca­tions de la Cen­trale 9-1-1 de Re­pen­ti­gny, Hi­chame Brouillette, vit une soi­rée d’au­tomne re­la­ti­ve­ment calme. Un peu après 21h, il re­çoit un avis sur le Centre de ren­sei­gne­ments po­li­ciers du Qué­bec (CRPQ) : un homme ve­nait de com­mettre l’ir­ré­pa­rable dans le nord de La­nau­dière.

Son ins­tinct lui dit de faire des re­cherches sur le sus­pect, un ex-po­li­cier de 59 ans, qui vient de faire feu sur son lo­ca­taire, Alain Pois­sant, puis sur son ex-conjointe, Chan­tal Du­beau.

« Il a fait plus que son tra­vail qui est de re­layer l’in­for­ma­tion conte­nue dans l’avis, as­sure Eric Ra­cette. Il a fait preuve de ri­gueur et de pro­fes­sion­na­lisme. Sans ce­la, il n’y au­rait pas eu d’in­ter­ven­tion. »

Au même mo­ment, les agents Ben­ja­min Bou­lay et Maxime Bray passent par ha­sard à la cen­trale.

Leur col­lègue les in­forme des ré­sul­tats de ces re­cherches : Adrien Bou­lay, le sus­pect, est re­lié à quelques adresses sur le ter­ri­toire.

Mus aus­si par leur ins­tinct, les deux jeunes po­li­ciers dé­cident de se rendre à la pre­mière adresse dé­ni­chée par M. Brouillette.

« Nous sommes dans la vraie vie, pas dans une si­mu­la­tion, dit le « ré­par­ti­teur » qui a main­te­nant 16 ans d’ex­pé­rience. Il y a des risques in­hé­rents. Il ne faut pas se pré­ci­pi­ter. »

UNE IN­TER­VEN­TION RÉFLÉCHIE

Ar­ri­vés sur les lieux, ils passent en mode fur­tif ; ils ca­mouflent leur au­to un peu plus loin et se terrent dans la haie de cèdre, face à l’adresse ci­blée.

« On n’a ja­mais réa­li­sé qu’on met­tait nos vies en dan­ger, confie l’agent Bou­lay. C’est quand tu vois les phares [du vé­hi­cule du sus­pect] que tu prends connais­sance de ce qui se passe. »

In­for­mant leur su­per­vi­seur, le lieu­te­nant du mo­ment, Eric Ra­cette, leurs col­lègues et eux prennent le sus­pect en fi­la­ture.

« Nous de­vions conte­nir une me­nace ; un homme ar­mé, dans une ville, qui a dé­jà fait feu, ex­plique ce po­li­cier aguer­ri de 23 ans d’ex­pé­rience. Mais les dé­ci­sions prises par mon équipe nous ont per­mis de ré­flé­chir. Ils nous ont don­né du temps. Le temps, c’est ça la clé. Ça et la sy­ner­gie de cette équipe. »

Les po­li­ciers de Re­pen­ti­gny le suivent sur quelques ki­lo­mètres, puis l’in­ter­ceptent. Se sen­tant pro­ba­ble­ment coin­cé, Adrien Bou­lay re­tourne son arme contre lui de­vant la ré­si­dence de son an­cien avo­cat.

« Si on de­vait re­vivre cette in­ter­ven­tion, on ne chan­ge­rait rien de A à Z, pré­cise M. Ra­cette. On pour­rait dire que les astres étaient en­li­gnés, mais vu le tra­vail fait par mon équipe, leur ri­gueur a fait en sorte qu’on a sau­vé huit vies. »

ACTION MÉRITOIRE

Deux ans plus tard, en 2009, les po­li­ciers Ben­ja­min Bou­lay et Maxime Bray re­çoivent une mé­daille pour action méritoire. L’équi­valent, une ci­ta­tion d’hon­neur, est dé­cer­né à Hi­chame Brouillette, qui de­vient ain­si le pre­mier « ré­par­ti­teur » à re­ce­voir cet hon­neur.

« Je re­tour­ne­rais à la guerre avec cette équipe n’im­porte quand », conclut fiè­re­ment l’agent Ben­ja­min Bou­lay qui cu­mule main­te­nant 13 ans de car­rière.

(Photo TC Me­dia - Gé­rard Le­gault)

Eric Ra­cette et Hi­chame Brouillette re­fe­raient l’in­ter­ven­tion exac­te­ment de la même ma­nière, même 10 ans plus tard.

(Photo TC Me­dia - archives)

Les po­li­ciers avaient cer­né Bou­lay de­vant la ré­si­dence de son an­cien avo­cat.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.