Le ré­cit trou­blant d’un oi­seau de mal­heur

« Cô­tés obs­curs »

Hebdo Rive Nord - - ACTUALITÉS - RENÉE-CLAUDE DOUCET

« Ro­bert est un oi­seau de mal­heur, ex­plique Luc Cour­noyer. Et sa conjointe pré­sente elle aus­si un cô­té obs­cur, très dif­fé­rent de ce­lui de Ro­bert, que l’on dé­couvre à la fin du livre. Le mé­lange des deux pro­voque une pa­no­plie de re­vi­re­ments. » L’au­teur de Re­pen­ti­gny spé­ci­fie par ailleurs que l’homme et la femme avait été pré­ve­nu de cette ma­lé­dic­tion lors­qu’ils se sont ma­riés, à Ba­li. Le cha­man leur avait dit que leur union cau­se­rait d’ir­ré­pa­rables ré­per­cus­sions.

C’est donc sur une trame digne d’un thril­ler que le lec­teur est in­vi­té à tour­ner les pages de Cô­tés obs­curs, pu­blié aux Édi­tions de L’apo­théose.

MEURTRE, SANG, SEXE

C’est au­près d’un ami que Luc Cour­noyer a trou­vé sa source d’ins­pi­ra­tion. « À la base, l’idée est plu­tôt simple. Je suis al­lé sou­per chez un ami qui avait em­mé­na­gé dans sa nou­velle mai­son et il me ra­con­tait toutes sortes d’his­toires sur­ve­nues dans son sec­teur… Nous avons donc com­men­cé à dire qu’il était un oi­seau de mal­heur. Je suis par­ti de là. »

M. Cour­noyer avait dé­jà com­po­sé une fic­tion, sans tou­te­fois être pu­blié, il y a de ce­la quelques an­nées. Pour sa deuxième ten­ta­tive, il s’est donc de­man­dé ce dont il avait be­soin pour at­ti­rer le pu­blic. « Je me suis dit ; un peu de meurtre, d’in­trigue, de sang, de sexe… J’ai ain­si gref­fé ces élé­ments à mon idée de base. »

En ce qui a trait au trouble de l’adap­ta­tion, dont souffre son per­son­nage prin­ci­pal, l’au­teur avoue qu’il ne connais­sait que très peu de dé­tails sur ce­lui-ci. « J’ai com­blé ma la­cune en psy­cho­lo­gie avec une psy­chiatre, qui a re­lu mon livre. Nous nous sommes as­su­ré que les termes uti­li­sés avaient du sens. Ain­si, ce que l’on lit n’est pas far­fe­lu, ça peut ar­ri­ver réel­le­ment. »

Is­su du monde des fi­nances, Luc Cour­noyer se consacre à l’art de­puis le dé­but de sa re­traite, en 2012. « J’ai tou­jours eu un cô­té ar­tis­tique, que je tiens de ma mère. En ayant plus de temps, j’ai pu me mettre à l’écri­ture et suivre des cours de pho­to­gra­phie et de des­sins. » Le Re­pen­ti­gnois planche dé­jà sur une suite à son oeuvre. « Une bonne par­tie est dé­jà écrite ; le reste est dans ma tête. » Ce deuxième tome pour­rait sor­tir à l’été ou l’au­tomne pro­chain.

LITTÉRATURE. Qu’elle re­bute ou qu’elle in­trigue le pu­blic, la page cou­ver­ture san­glante du pre­mier ro­man de Luc Cour­noyer ne laisse per­sonne in­dif­fé­rent. Elle laisse place à une in­trigue psy­cho­lo­gique lors de la­quelle le lec­teur est ap­pe­lé à dé­cou­vrir les se­crets du pro­ta­go­niste qui, au-de­là de son de son charme in­dé­fec­tible, com­pose avec un trouble de l’adap­ta­tion.

Ren­con­trez Luc Cour­noyer au Sa­lon du livre de Mon­tréal, le 18 no­vembre, à la Place Bo­na­ven­ture.

(Photo TC Me­dia – Renée-claude Doucet)

Luc Cour­noyer est is­su du monde de la fi­nance. Main­te­nant re­trai­té, il se consacre à sa pas­sion pour les arts.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.