Kim Cla­vel fe­ra en­fin ses dé­buts pro­fes­sion­nels

Boxe

Hebdo Rive Nord - - SPORTS - MÉLISSA BLOUIN

« Ce se­ra gros et im­pres­sion­nant vu de l’ex­té­rieur, mais une fois sur le ring, je se­rai tel­le­ment concen­trée que j’ou­blie­rai tout ce qu’il y a au­tour. C’est sûr que c’est un stress sup­plé­men­taire, mais ça me donne une adré­na­line po­si­tive et je vais m’en ser­vir pour mieux per­for­mer », com­mente la boxeuse de 26 ans qui a gran­di à Crab­tree, mais qui de­meure main­te­nant à Char­le­magne.

Ce se­ra la pre­mière fois qu’elle com­bat­tra sans casque et ses gants pas­se­ront de 10 onces à 8 onces. « Je ne veux pas me mettre de pres­sion et dire que je vais mettre mon ad­ver­saire KO dès le pre­mier round, mon ob­jec­tif est vrai­ment d’ac­qué­rir de l’ex­pé­rience ». Kim Cla­vel fait par­tie de la ca­té­go­rie des poids mi-mouches (105 livres à 108 livres) et au mo­ment de l’en­tre­vue, son ad­ver­saire n’était pas en­core connue.

Elle de­vait ef­fec­tuer son pre­mier com­bat pro­fes­sion­nel en oc­tobre der­nier, mais sa ri­vale, la Mexi­caine Li­lia­na Bor­quez, s’est pré­sen­tée à la pe­sée of­fi­cielle avec 10 livres en trop. « J’ai trou­vé que c’était un manque de pro­fes­sion­na­lisme, 10 livres c’est vrai­ment une grosse marge, c’est trois ca­té­go­ries de plus ! »

L’ath­lète tire tout de même du po­si­tif de ce com­bat an­nu­lé, puis­qu’elle a vé­cu sa pre­mière confé­rence de presse, sa pre­mière pe­sée of­fi­cielle et que l’évé­ne­ment du 16 dé­cembre se­ra en­core plus gros. « Rien n’ar­rive pour rien, je se­rai ca­pable de mieux gé­rer mon stress pour la deuxième prise ».

C’est de­puis le 30 août der­nier qu’elle fait par­tie du groupe Eye of the Ti­ger Ma­na­ge­ment, mais ce­la fai­sait un bon mo­ment qu’elle pen­sait pas­ser pro. « J’ai tou­jours vou­lu boxer pro­fes­sion­nel, mais c’était im­por­tant d’avoir un bon ba­gage d’ex­pé­riences avant. Avec 80 com­bats, deux cham­pion­nats du monde et une mé­daille d’or aux cham­pion­nats conti­nen­taux, j’avais l’im­pres­sion d’avoir ac­com­pli tout ce que je pou­vais cô­té ama­teur. »

C’est une pe­tite dé­cep­tion pour elle de ne ja­mais avoir par­ti­ci­pé aux Jeux olym­piques, puisque sa ca­té­go­rie ne fait pas par­tie du pro­gramme, mais elle ca­resse da­van­tage le rêve de ré­col­ter la cein­ture de cham­pionne du monde. Elle croit que cet ob­jec­tif se­ra réa­li­sable dans trois ans, mais d’ici là elle veut être ac­tive et mon­ter dans le clas­se­ment.

BOXE. Après avoir ac­cu­mu­lé les ex­ploits en boxe ama­teur, dont cinq titres de cham­pionne ca­na­dienne, l’ath­lète la­nau­doise Kim Cla­vel a fait le grand saut vers le monde pro­fes­sion­nel. Elle y ef­fec­tue­ra son pre­mier com­bat le 16 dé­cembre pro­chain à la place Bell dans le cadre du cham­pion­nat du monde WBO des poids moyens qui op­po­se­ra Da­vid Le­mieux à Billy Joe Saun­ders.

UN PARCOURS INSPIRANT

Si Kim Cla­vel se rap­proche de son rêve, cette mon­tée vers la gloire ne s’est pas fait sans obs­tacles. En 2011, elle s’est bri­sé la main alors que celle-ci s’est coin­cée entre deux rou­leaux com­pres­seurs à son an­cien tra­vail. « Je croyais que ma car­rière était ter­mi­née ». Ce­la n’a pas ar­rê­té la jeune femme et après beau­coup de ré­adap­ta­tion, elle s’en­vo­lait pour la Chine un an plus tard et ter­mi­nait au 5e rang du cham­pion­nat du monde.

Puis, en 2016, alors qu’elle s’était qua­li­fiée pour le cham­pion­nat du monde au Ka­za­khs­tan, son rêve s’est écrou­lé en rai­son d’un manque de fi­nan­ce­ment. « C’était en­vi­ron 4000 $, car Boxe Ca­na­da ne paie rien, et je de­vais en­core rem­bour­ser ma par­ti­ci­pa­tion de 2012. Je de­vais donc faire une croix là-des­sus. » À la suite de quelques dé­marches, elle a re­çu un mon­tant d’un do­na­teur ano­nyme, ce qui a as­su­ré sa par­ti­ci­pa­tion à l’évé­ne­ment et elle a ter­mi­né au 7e rang mon­dial, « je n’en croyais pas mes yeux », se sou­vient celle qui pra­tique la boxe de­puis 12 ans.

C’est au Club de Boxe Mi­chel Mo­rin de Notre-dame-des-prai­ries qu’elle est tom­bée en amour avec ce sport et elle s’y est en­traî­née pen­dant cinq ans avant de se joindre au club Boxe­mont­réal. Elle y conti­nue sa pro­gres­sion avec Da­nielle Bouchard, et ce, six fois par se­maine. « Mi­chel a vrai­ment eu une grosse in­fluence pour moi, il m’a tout ap­pris la base. Il a trou­vé le dia­mant brut et Da­nielle l’a peau­fi­né. »

En plus de ses nom­breux en­traî­ne­ments, Kim est in­fir­mière auxi­liaire à temps plein en ma­ter­ni­té à l’hô­pi­tal de Jo­liette. « C’est comme si j’avais deux em­plois, mais mon mode de vie et ma rou­tine sont tel­le­ment dis­ci­pli­nés que j’ar­rive bien à le faire. En plus, j’ai des ex­cel­lentes col­lègues et mon mi­lieu de tra­vail est très com­pré­hen­sif ».

Au sein de sa fa­mille, elle est la seule qui pra­tique la boxe, alors que ses pa­rents et sa soeur sont plus pas­sion­nés par les che­vaux et les sports équestres. « Ma mère et ma soeur sont contentes pour moi, mais mon père trouve ça plus dif­fi­cile. Sur­tout au dé­but, il ne vou­lait pas voir sa fille man­ger des coups de poings, mais il a com­pris que c’est tel­le­ment plus que ça. La boxe c’est de la tech­nique, du tra­vail et c’est très com­plet, c’est un art », ter­mine-t-elle.

(Photo gra­cieu­se­té)

Kim Cla­vel est fin prête à faire le saut chez les pro­fes­sion­nels.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.