À quand plus de femmes en po­li­tique ?

Jour­née in­ter­na­tio­nale de la femme

Hebdo Rive Nord - - LA UNE -

« Pa­raît-il qu’une femme qui se lance en po­li­tique com­mence par dire trois fois « non » avant d’ac­cep­ter. Je confesse, c’est ce qui est ar­ri­vé dans mon cas », sou­ligne la plus ré­cente des femmes élues du groupe, Mo­nique Pau­zé.

Alors qu’elle avait été ap­pro­chée pour se lan­cer en po­li­tique mu­ni­ci­pale il y a une ving­taine d’an­nées, la mai­resse Chan­tal Deschamps avait elle aus­si eu une ré­ac­tion ty­pique, qu’elle voit à son tour chez les autres femmes qu’elle tente par­fois d’ap­pro­cher.

« J’étais bien consciente que j’avais du po­ten­tiel, mais moi, quand on m’a ap­pro­chée, mon pre­mier ré­flexe a été de re­fu­ser et pro­po­ser mon aide pour trou­ver quel­qu’un d’autre », se

PO­LI­TIQUE. Se­lon les trois pre­mières femmes élues à leur po­si­tion à Re­pen­ti­gny, soit la dé­pu­tée fé­dé­rale Mo­nique Pau­zé, la dé­pu­tée pro­vin­ciale Lise Laval­lée et la mai­resse de Re­pen­ti­gny Chan­tal Deschamps, l’un des prin­ci­paux obs­tacles à l’aug­men­ta­tion des femmes en po­li­tique est elles-mêmes.

sou­vient celle qui était pro­fes­seure à l’uni­ver­si­té à ce mo­ment-là.

« C’est pré­oc­cu­pant de ne pas avoir de femmes, et on les cherche sou­vent. Par­fois, elles n’osent pas, comme si elles n’ai­maient pas la chi­cane. C’est une grosse source de chi­cane que de par­ler de po­li­tique. Il y a un gros tra­vail à faire et ça fe­rait du bien d’en avoir plus, pour chan­ger les fa­çons de faire et de pen­ser », constate Mme Laval­lée.

Se­lon les trois élues, il n’est d’ailleurs pas ques­tion de tout re­mettre entre leurs mains, mais bien de se com­plé­ter avec leurs col­lègues mas­cu­lins.(

(Pho­to Heb­do Rive Nord–ar­chives)

Les dé­pu­tées Lise Laval­lée et Mo­nique Pau­zé et la mai­resse Chan­tal Deschamps sont les pre­mières femmes à avoir été élues à leur po­si­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.