Re­né Joyal, un des pion­niers de la phy­sio­thé­ra­pie au Qué­bec

Hebdo Rive Nord - - VIE COMMUNAUTAIRE - NA­THA­LIE VIGNEAULT

Re­né Joyal cher­chait ac­ti­ve­ment de­puis un mo­ment à trou­ver la perle rare pour la re­prise de son en­tre­prise. « J’ai tou­jours sou­hai­té avoir ma propre cli­nique et lorsque j’ai com­men­cé à tra­vailler avec M. Joyal en jan­vier 2016, ça a cli­qué ra­pi­de­ment », ra­conte Claire Bou­ras­sa.

Les plus ré­centes tech­niques de trai­te­ment qu’elle a ap­prises, ju­me­lées à la longue ex­pé­rience de M. Joyal font des deux pro­fes­sion­nels une équipe fort ef­fi­cace. La cli­nique offre aus­si des consul­ta­tions en er­go­thé­ra­pie et des soins en mas­so­thé­ra­pie.

UN MÉ­TIER, UNE PAS­SION

Re­né Joyal a com­men­cé sa car­rière en pra­tique pri­vée à Re­pen­ti­gny en 1984, dans son bu­reau à do­mi­cile sur la rue Gau­dreault « près de l’an­cien hô­pi­tal ». En 1986, il ou­vrait une cli­nique in­dé­pen­dante si­tuée à l’ac­tuel em­pla­ce­ment.

Ce­lui qui s’est im­pli­qué dans les In­ter­na­tio­naux de ten­nis ju­nior à Re­pen­ti­gny de 1985 à 2008 a vu la pro­fes­sion de phy­sio­thé­ra­peute croître au fil des an­nées.

« À cette époque, il y avait peut-être une cin­quan­taine de cli­niques de phy­sio­thé­ra­pie au Qué­bec », ra­conte ce­lui qui a pré­si­dé la Fé­dé­ra­tion des phy­sio­thé­ra­peutes en pra­tique pri­vée du Qué­bec de 1989 à 1994 et de 2004 à 2006.

Pour M. Joyal, la grande sa­tis­fac­tion qu’il ob­tient dans son tra­vail est d’ar­ri­ver à trou­ver le pro­blème dont une per­sonne souffre, par­fois de­puis long­temps. « Ar­ri­ver à trou­ver le pro­blème et le ré­soudre. La ré­tro­ac­tion, la sa­tis­fac­tion est di­recte », in­dique-t-il.

« Pour plu­sieurs, on ar­rive à amé­lio­rer leur qua­li­té de vie et ça, c’est ex­trê­me­ment gra­ti­fiant », ajoute Mme Bou­ras­sa.

AF­FAIRES. Après 34 ans de pra­tique comme phy­sio­thé­ra­peute dans sa cli­nique de Re­pen­ti­gny, Re­né Joyal passe la flam­beau à Claire Bou­ras­sa, jeune di­plô­mée à la maî­trise en phy­sio­thé­ra­pie. Il conti­nue tout de même de pra­ti­quer à la cli­nique.

LE MI­LIEU S’EST TRANS­FOR­MÉ

Dans ses pre­miers bal­bu­tie­ments au

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.