En­tre­vues Pa­trice Ro­bi­taille à la dé­fense de son per­son­nage

Le co­mé­dien in­carne ici Do­nald, le père de Cé­dric, un être un peu vi­lain qui se porte à la dé­fense de son fils d’une ma­nière dé­pla­cée. Pa­trice Ro­bi­taille dé­crit son per­son­nage et sou­haite bien le dé­fendre à l’écran, afin que les gens réus­sissent à s’y att

Hors-Série - - Nouvelle Adresse - Luc De­non­court

L.D.: Tu in­ter­prètes le père de Cé­dric. Com­ment ton per­son­nage vit-il cet ac­ci­dent? P.R.: «L’ac­ci­dent a non seule­ment des ré­per­cus­sions sur la vie de fa­mille de nos per­son­nages, mais aus­si sur les couples. L’évé­ne­ment cham­boule de grandes ami­tiés qui s’étaient créées.» En tant que père de fa­mille, es-tu al­lé pui­ser l’émo­tion dans ta pa­ter­ni­té pour jouer? «Oui, c’est sûr! Comme ac­teur, on se sert tou­jours de ce qu’on est. Mais je ne sou­hai­te­rais pas vivre ce genre de pro­blèmes avec mes en­fants. Fran­çois Ro­zon, dont Jus­tine, sa fille, a été l’inspiration de cette série, m’a par­lé de son vé­cu et j’en ai été très tou­ché. Je trouve ça ”tri­pant“d’avoir à dé­fendre le per­son­nage que j’in­carne, qui est vi­lain sans l’être vrai­ment.» Ton per­son­nage dé­fend donc son fils… «Oui, à fond! C’est un père qui vit un peu le suc­cès par pro­cu­ra­tion à tra­vers ce­lui de son fils. Cé­dric est un joueur de foot­ball et mon per­son­nage le pousse beau­coup dans ce do­maine. Ain­si, c’est un peu son rêve à lui aus­si qui s’ef­fondre après l’ac­ci­dent. Il fe­ra cer­tains gestes par amour, mais un amour mal pla­cé. J’es­père réussir à le rendre at­ta­chant.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.