Entrevue

Hors-Série - - L’auberge Du Chien Noir -

et de re­mises en ques­tion, en par­ti­cu­lier pour Phi­lippe (Ro­ger Lé­ger). La pers­pec­tive de perdre sa conjointe avec trois jeunes en­fants lui im­pose un stress énorme.» Ma­non connaît un beau suc­cès avec son livre éro­tique. On ima­gine que cette réus­site com­por­te­ra quelques in­con­vé­nients… «Le livre ob­tient un gros suc­cès en li­brai­rie, et un tra­duc­teur est en­ga­gé pour faire une ver­sion en an­glais et peut-être même en es­pa­gnol. Évi­dem­ment, à la suite de cette no­to­rié­té, la mai­son d’édi­tion de­man­de­ra à Ma­non (So­phie Pa­ra­dis) d’écrire un deuxième tome. Tou­te­fois, l’au­teure a le syn­drome de la page blanche et est in­ca­pable de pro­duire ce­lui-ci. Elle se­ra donc sou­mise aux an­goisses de l’écri­vain. Ce se­ra aus­si dif­fi­cile pour son couple, car Alex (Pierre-alexandre For­tin) ré­agit de fa­çon mi­ti­gée au suc­cès de sa blonde. C’était lui l’ar­tiste de la fa­mille, mais c’est fi­na­le­ment elle qui réus­sit à ti­rer son épingle du jeu…» Le couple for­mé par Mathieu et Ariane vi­vra des dif­fi­cul­tés cette an­née. Quels obs­tacles de­vront-ils sur­mon­ter? «Ce n’est pas tant de la bis­bille que du fan­tasme, je di­rais. Ariane (Ju­lie Daoust) a une at­ti­rance sexuelle pour son en­traî­neur et ce der­nier va par­ti­ci­per à la té­lé­réa­li­té pro­duite par Deux par deux. Ariane, étant une per­sonne en­tière, s’en veut ter­ri­ble­ment de fan­tas­mer sur lui. Mathieu (Fran­çois Gad­bois), très sen­sible, se ren­dra compte que sa blonde passe un mo­ment an­gois­sant.» Fi­na­le­ment, qu’ad­vient-il de la re­la­tion entre De­nis et son frère, Eu­gène? «Main­te­nant qu’eu­gène (Jean-pierre Chartrand) a son émis­sion de té­lé­vi­sion, il ne se prend pas pour n’im­porte qui! Di­sons que ça lui fait en­fler la tête et qu’il est convain­cu d’être la co­que­luche de toutes les femmes. Du cô­té de De­nis (Fran­çois L’écuyer) et de son frère, c’est tou­jours la même chose. De­nis vi­vra d’ailleurs une autre crise de pa­nique. L’épi­sode nu­mé­ro 333 se­ra ba­sé sur le thème 666, le diable. Il ver­ra des 666 par­tout, convain­cu que le ma­lin lui en veut. Pour se mo­quer de lui, Eu­gène or­ga­ni­se­ra un faux exor­cisme, n’ayant au­cune com­pas­sion pour De­nis.»

Vincent Gra­ton ap­prouve les choix de Marc

On ne sait pas en­core ce qui ad­vien­dra de l’his­toire entre Ma­thilde et Marc. Il y a un dé­bat chez les au­teurs, car ils ne sont pas sur la même lon­gueur d’onde quant au retour en couple de ces per­son­nages.» Les gens aiment-ils en­core ton per­son­nage? «Beau­coup de femmes ont de la dif­fi­cul­té à ac­cep­ter le choix de Marc. En même temps, je crois qu’elles com­prennent que la vie est com­plexe.»

Sous la su­per­vi­sion de Gilbert (Syl­vain Mar­cel), nos quatre criminologues, qui ont des mé­thodes d’in­ter­ven­tion op­po­sées, doivent épau­ler des dé­te­nus au pas­sé cri­mi­nel plus ou moins com­plexe. Par­mi ces der­niers se trouvent un an­cien mo­tard (Gil­dor Roy) condam­né pour meurtres, un ré­ci­di­viste (Étienne de Pas­sillé) ar­rê­té pour vols à main ar­mée, un homme (Di­dier Lu­cien) ac­cu­sé de vio­lence conju­gale et un agres­seur d’en­fants (Guy Thau­vette), entre autres. Les in­ter­ve­nants laissent ain­si de cô­té leurs idéaux et valeurs afin de bien en­ca­drer ces gens qui s’ap­prêtent à re­prendre le cours de leur vie en de­hors des murs du pé­ni­ten­cier.

Au fil des épi­sodes, nous en ap­pren­drons da­van­tage sur la nature des dé­lits qu’ont com­mis les ré­si­dents de la mai­son de tran­si­tion. Se­ront-ils en me­sure de re­prendre une vie nor­male et d’être libres? Cer­tains d’entre eux risquent fort de faire une re­chute une fois sor­tis de la mai­son de tran­si­tion, et c’est ce que les in­ter­ve­nants doivent an­ti­ci­per. Car oui, les criminologues ont en quelque sorte le sort de ces dé­te­nus entre leurs mains. Par ailleurs, même si l’on nous ra­conte au compte-goutte l’his­toire de ces cri­mi­nels, le noyau cen­tral de cette série de­meure l’exis­tence des quatre jeunes in­ter­ve­nants qu’on sui­vra au bou­lot et à la mai­son. Ra­chel Mar­chand (Lau­rence Le­boeuf): Âgée de 25 ans, Ra­chel est une fille qu’on qua­li­fie de ca­rac­té­rielle, mais qui a aus­si beau­coup de com­pas­sion en­vers les dé­te­nus. De retour après une dé­pres­sion qu’elle a faite à la suite du sui­cide d’un ré­sident dont elle était res­pon­sable, elle dé­sire re­prendre le bou­lot plus forte que ja­mais. Des fric­tions sont à pré­voir entre elle et Au­drey, qui ont des mé­thodes d’in­ter­ven­tion to­ta­le­ment dif­fé­rentes. Au­drey Car­din (Ca­the­rine Brunet): Cette jeune femme de 23 ans est une ex-mi­li­taire qui s’est ren­due en Af­gha­nis­tan pour dé­fendre ses troupes. Connue pour son tem­pé­ra­ment dur, elle ap­plique les rè­gle­ments à la lettre. D’ailleurs, elle ne croit pas en la ré­ha­bi­li­ta­tion des dé­te­nus, ce qui pro­voque des dé­bats avec ses col­lègues. Sur le plan des amours, elle a le bé­guin pour Mathieu, l’ex-co­pain de Ra­chel. Tom Fa­vreau (Éric Ro­bi­doux): Ce cri­mi­no­logue de 35 ans vit avec son fils, Phi­lippe, et sa blonde, man­ne­quin, La­na, qui n’est clai­re­ment pas une fille pour lui. Il a d’ailleurs un faible pour Ra­chel. Bon père de fa­mille, il a à jon­gler avec les pro­blèmes d’al­ler­gies et d’asthme de son fils. Ce der­nier – dé­si­rant avoir une vie nor­male d’adolescent – doit se faire ai­der par Tom afin de trou­ver l’équi­libre et réussir à être heu­reux. Ta­nia Lessard (Ève Du­ran­ceau): Âgée de 29 ans, Ta­nia est la meilleure amie de Ra­chel. Elle est éga­le­ment la plus ma­ter­nelle des agentes de li­bé­ra­tion au sein de la mai­son de tran­si­tion. Très sen­sible, elle s’est fixé pour mis­sion de sau­ver les dé­te­nus et de les re­mettre sur la bonne voie. Sa sen­si­bi­li­té lui per­met aus­si d’en­trer dans l’émo­tion avec Ra­chel, celle-ci étant très ren­fer­mée. Sur le plan amou­reux, Ta­nia a un co­pain de­puis quelques an­nées et es­saie de tom­ber en­ceinte. Gilbert Le­vac (Syl­vain Mar­cel): Su­per­vi­seur du centre, il doit as­sis­ter les agents lors des ren­contres dis­ci­pli­naires et s’as­su­rer du bon sui­vi des ré­si­dents. Il gar­de­ra l’oeil ou­vert sur Ra­chel, pour qui il est très in­quiet. Et si cel­le­ci vou­lait ré­pa­rer les choses avec les cri­mi­nels par ex­cès de com­pas­sion?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.