Pri­meur de l’au­teur

Les té­lé­spec­ta­teurs n’ont ja­mais su ce qui était ar­ri­vé à la mère de Carl et ex-femme de Ca­rol, car ce der­nier a tou­jours re­fu­sé d’en­tendre son nom. Dans le der­nier épi­sode, on la ver­ra ap­pa­raître. Mais le nom de l’ac­trice qui in­car­ne­ra cette dame de­meure

Hors-Série - - La Théorie Du K.o. -

Jai­mie, sa fille ado­les­cente, lui en a fait voir de toutes les cou­leurs. S’as­sa­gi­ra-t-elle un peu? «Carl prend da­van­tage ses res­pon­sa­bi­li­tés de père à coeur, mais la ges­tion avec sa fille de 16 ans n’est pas fa­cile. On n’est plus dans les an­nées 1950, et sa fille est très ac­tive sexuel­le­ment. Cette sai­son, Jai­mie (Lu­di­vine Re­ding) se fait éga­le­ment un chum qui se­ra en pri­son. Il y a de quoi faire pa­ni­quer un père.» Fi­na­le­ment, Carl a dé­ci­dé d’intégrer la lutte pour ga­gner un peu d’ar­gent. Qu’est-ce qui l’at­tend au bou­lot? «Il y a plus d’ar­gent qui entre à la mai­son, mais n’étant pas très riche, Carl a un peu de dif­fi­cul­té lorsque les fins de mois ar­rivent. Pour gar­nir son por­te­feuille, il se fait sug­gé­rer de par­tir en tour­née avec Su­gar Ch­ris (Alexandre Goyette). Même s’il n’a pas du tout le goût d’y al­ler avec lui, il ac­cepte. Su­gar Ch­ris pro­fite donc de la si­tua­tion! Pour le reste, tout de­meure as­sez stable. Guy (Gil­dor Roy), le pro­mo­teur, a tou­jours de bonnes idées pour ame­ner sa ligue de lutte à un autre ni­veau. Par­mi ces pro­jets, il dé­sire intégrer des loges cor­po­ra­tives comme au Centre Bell, créer un ca­len­drier de lut­teurs et or­ga­ni­ser un com­bat-o-thon.»

M-E.L.: Com­ment est né ce projet té­lé­vi­suel? J.A.: «Je tra­vaillais sur Les res­ca­pés et le projet s’est ar­rê­té. On m’a en­suite de­man­dé si j’avais autre chose dans mes ti­roirs d’écri­ture. J’avais fait un film dans le­quel il y avait un groupe de té­moins re­pen­tis et je me suis dit que ça se­rait in­té­res­sant de créer une série sur ce su­jet. Je vou­lais écrire une his­toire avec quel­qu’un qui vit dans le men­songe.» Jean-fran­çois Ga­gnon, le per­son­nage prin­ci­pal, cache donc un im­mense se­cret… «Oui! À prio­ri, il n’y a rien qui cloche chez lui, jus­qu’à ce qu’un co­or­don­na­teur de té­moins re­pen­tis vienne le voir. On com­prend donc à ce mo­ment que Jean-fran­çois (Sé­bas­tien Ri­card) cache sa vé­ri­table iden­ti­té aux gens au­tour de lui, et ce, de­puis qu’il est ar­ri­vé dans la mu­ni­ci­pa­li­té de Vaillan­court. Tran­quille­ment, dans le pre­mier épi­sode, on fait la dé­cou­verte d’une fa­mille au Nou­veau-bruns­wick et on se rend compte que ces per­sonnes consti­tuent la pre­mière fa­mille de Jean-fran­çois, an­cien­ne­ment ap­pe­lé Yan­nick Mo­reau.» Pour­quoi doit-il ca­cher son iden­ti­té? «Ses frères et son père le dé­testent, car ils sont convain­cus que c’est à cause de lui qu’ils ont été ar­rê­tés il y a huit ans. Il y a une grande ri­va­li­té entre Jean-fran­çois et sa fa­mille. Ses frères veulent le tuer. Le re­trou­ve­ront-ils? Sa vie est en danger!» Ce­la est-il pé­nible à vivre pour sa mère? «Oui, c’est très dif­fi­cile pour elle. Ca­ro (De­nise Bou­chard) a tou­te­fois moins d’af­fi­ni­tés avec son fils violent, Steve (Louis-phi­lippe Dan­de­nault). Les quatre frères ont des per­son­na­li­tés dif­fé­rentes. Steve suit les traces de son père, Don (Ro­ger Lé­ger), un cri­mi­nel agréé. Il y a éga­le­ment Pascal (Pierre-yves Car­di­nal), un gars dans la drogue, dé­pen­dant af­fec­tif, mais moins violent que les autres. Il a l’art de se mettre les pieds dans les plats. Fi­na­le­ment, Mathieu (Jean-sé­bas­tien Cour­chesne), le plus jeune de la fa­mille, est sor­ti de pri­son avant son père et ses frères. Il

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.