Rup­tures

Cette nou­velle sé­rie de 12 épi­sodes nous plonge au coeur du droit de la famille. Ariane, jeune avo­cate en­ga­gée au sein d’un ca­bi­net re­con­nu, nous conduit dans son uni­vers, par­fois joyeux par­fois triste. Da­niel Thi­bault, qui co­écrit la sé­rie avec Isa­belle

Hors-Série - - La Une - Ma­rie-eve Le­clerc

Cette sé­rie nous pré­sente Ariane (Mé­lis­sa Dé­sor­meaux-pou­lin), une avo­cate en droit de la famille. Son tra­vail est de dé­fendre des causes dou­lou­reuses di­rec­te­ment liées à l’hu­main. Ain­si, elle se trouve la plu­part du temps à faire face à des drames tou­chant plus par­ti­cu­liè­re­ment des en­fants. Les au­teurs se sont ins­pi­rés de cas qu’a vé­cus l’avo­cate Su­zanne Pringle, qui a ac­cep­té de ra­con­ter les his­toires dont elle a été té­moin au cours de sa car­rière, mais aus­si de les gui­der dans le monde com­plexe du droit. «Nous l’avons ren­con­trée et elle nous a ra­con­té une pa­no­plie d’his­toires. Mme Pringle s’im­pli­quait émo­ti­ve­ment au­près des gens pour les­quels elle tra­vaillait, et nous avons vou­lu trans­mettre ça à notre hé­roïne. Ariane veut sau­ver les per­sonnes au­tour d’elle et crée des liens forts» , nous ra­conte l’au­teur.

Des conflits entre Ariane et sa pa­tronne

Claude (Isa­bel Ri­cher), pa­tronne et men­tore d’ariane, est par­tie en congé dans des cir­cons­tances plu­tôt né­bu­leuses. Ses col­lègues, à qui elle n’a rien vou­lu dé­voi­ler, s’in­ter­rogent et croient qu’il s’agit d’un épui­se­ment pro­fes­sion­nel. C’est donc sa pro­té­gée qui l’a rem­pla­cée du­rant huit mois. Lors de son re­tour, Claude est plus fra­gi­li­sée que ja­mais, à la suite de ce qui lui est ar­ri­vé: «Des fric­tions sont d’ailleurs à pré­voir entre Claude et Ariane, deux femmes qui s’en­ten­daient très bien au dé­part. Cette der­nière, qu’on sur­nomme «Sainte-ariane», est une fille hy­per-res­pon­sable, qui se dé­fi­nit par ce qu’elle fait et veut sau­ver tout le monde. À 33 ans, cette jeune femme a en­core une foule de choses à ap­prendre.»

Un en­tou­rage com­plexe

Par­mi les gens qui gra­vitent au­tour d’ariane, il y a son amou­reux, Étienne (Vincent-guillaume Otis), un homme qui tra­vaille dans le même ca­bi­net qu’elle, mais dans la branche du droit des af­faires. «Il est plu­tôt rai­son­nable, et pour lui, la vie est un long fleuve qui s’en va dans une di­rec­tion pré­cise. Cette fa­çon de pen­ser va cau­ser quelques que­relles avec Ariane, qui a pro­ba­ble­ment les mêmes pro­jets en ce qui a trait à la famille, à l’achat d’une mai­son, etc., mais pour l’ins­tant, elle se dé­voue com­plè­te­ment à sa car­rière» , nous ex­plique Da­niel Thi­bault.

Les té­lé­spec­ta­teurs fe­ront aus­si la connais­sance de Jean-luc De Vries (Nor­mand D’amour), un des as­so­ciés de Claude et une fi­gure im­por­tante du ca­bi­net pour le­quel

tra­vaillent Étienne et Ariane. «Jean-luc a un lé­ger pen­chant pour la sé­duc­tion et la ma­ni­pu­la­tion, ce qui pro­vo­que­ra des flam­mèches avec notre hé­roïne.» Du cô­té fa­mi­lial, Ariane a un pas­sé mou­ve­men­té, entre autres avec son père. Sa mère, Mi­reille (Syl­vie Léo­nard), fuyait les pro­blèmes fa­mi­liaux en se plon­geant dans le tra­vail. Au­jourd’hui, Ariane est de­ve­nue un peu «la mère de sa mère», puis­qu’elle la sort sou­vent du pé­trin. Avec son frère ca­det, Mi­chaël (Steve Ga­gnon), Ariane en­tre­tient une re­la­tion très fu­sion­nelle, en rai­son de ce qu’ils ont vé­cu lors­qu’ils étaient plus jeunes. Ayant tra­ver­sé des épreuves trau­ma­ti­santes (qu’on dé­cou­vri­ra au cou­rant de la sai­son), Ariane et Mi­chaël sont de­ve­nus sou­dés: «Ils s’aiment beau­coup, même s’ils sont aux an­ti­podes l’un de l’autre. Ce po­ly­game en sé­rie, qui a de la dif­fi­cul­té avec l’en­ga­ge­ment, n’est pas car­rié­riste comme sa soeur. Il est aus­si pro­tec­teur avec elle, ne trou­vant per­sonne d’as­sez par­fait pour Ariane.»

Fi­na­le­ment, le der­nier per­son­nage prin­ci­pal qui fait par­tie du noyau d’ariane est An­toine (Guillaume Le­may-thi­vierge), un pro­fes­seur de théâtre qui l’ai­de­ra avec sa dic­tion et sa voix: «Comme elle doit plai­der avec la pa­role, elle doit amé­lio­rer sa voix. Ce pro­fes­seur lui vien­dra en aide de bien des fa­çons.»

Des cas émou­vants

Au fil des épi­sodes, nous fe­rons éga­le­ment la connais­sance de plu­sieurs per­son­nages qui tra­versent des épreuves fa­mi­liales, et qu’ariane de­vra dé­fendre. Par­mi les cas que l’hé­roïne re­pré­sen­te­ra, les cinq pre­miers épi­sodes se­ront consa­crés à l’his­toire d’une femme bi­po­laire qui a fait une fugue avec ses en­fants. «Le client d’ariane, le père, a quelque chose qui dé­range beau­coup l’avo­cate. Ce­la pour­rait avoir un lien avec ce qu’elle a vé­cu plus jeune. Cet homme pour­rait être violent» , nous dit Da­niel Thi­bault. On ver­ra éga­le­ment un deuxième cas, qui est un père de famille ayant ou­blié son en­fant dans la voi­ture. On peut pré­voir une fu­ture sé­pa­ra­tion entre le père et la mère…

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.