Prin­cesse des coeurs

C’est au­près de ses fils et des per­sonnes souf­frantes que Dia­na a trou­vé un sens à sa vie. Voi­ci ses mul­tiples obli­ga­tions sociales.

Hors-Série - - Sommaire -

Elle en­voûte les foules, conquiert le coeur des plus dé­mu­nis et per­met à des causes d’avan­cer grâce à son im­pli­ca­tion

bé­né­vole. «Elle avait quelque chose de ma­gique. Elle était gé­né­reuse et gen­tille. Elle ai­mait sin­cè­re­ment les gens et pos­sé­dait une beau­té in­té­rieure. Sur les photos, on per­çoit sa bon­té. Son charme était na­tu­rel, elle ne cal­cu­lait

pas…» , se sou­vient Pa­trick De­mar­che­lier, qui est de­ve­nu son pho­to­graphe of­fi­ciel au dé­but des an­nées 1990.

Tout au long de sa vie de prin­cesse, Dia­na se dé­voue à de nom­breuses causes. Une de ses pre­mières est une as­so­cia­tion pour les sourds, qu’elle par­raine.

«Elle avait quelque chose de ma­gique.» – Pa­trick De­mar­che­lier

Après la nais­sance de William, elle ap­prend d’ailleurs le lan­gage des signes.

Elle est très tou­chée par les en­fants dé­mu­nis d’afrique et fait plu­sieurs voyages qui l’amènent à cô­toyer Nel­son Man­da­la, mère Te­re­sa et le da­laï-la­ma.

En 1987, elle crée une onde de choc quand elle prend la main d’une per­sonne at­teinte du si­da, alors qu’on croit à tort qu’un simple contact peut être mor­tel. La com­pas­sion, elle s’y connaît. Grâce à elle, comme ja­mais au­pa­ra­vant, les sé­ro­po­si­tifs ont l’es­poir d’être mieux ac­cep­tés par tous.

Après le di­vorce de Dia­na et Charles, la reine en­lève à la belle son titre d’al­tesse Royale pour lui ac­cor­der seule­ment ce­lui de prin­cesse de Galles. Qu’à ce­la ne tienne, Dia­na est la prin­cesse des coeurs. D’ailleurs, le 11 décembre 1996, elle rem­porte le titre de l’hu­ma­ni­taire de l’an­née. Sa ré­com­pense lui est re­mise par Hen­ry Kis­sin­ger, Prix No­bel de la paix.

Les der­niers mois de sa vie, elle s’in­ves­tit en­core plus. On la voit entre autres prendre po­si­tion contre les mines an­ti­per­son­nelles qui font d’in­no­centes vic­times. En jan­vier 1997, elle part en An­go­la à titre de vo­lon­taire de la Croix-rouge et du Crois­sant-rouge pour vi­si­ter des sur­vi­vants. Vê­tue d’une ca­mi­sole, elle marche sur des champs de mines: ces photos fe­ront le tour du monde. k

Elle cherche tou­jours à re­pous­ser les li­mites afin d’of­frir aux en­fants dé­fa­vo­ri­sés ou ma­lades une vie meilleure. Les en­fants d’afrique tiennent une place par­ti­cu­lière dans le coeur de la prin­cesse.

Une des der­nières causes qu’elle en­dosse: le dé­mi­nage en An­go­la. Ces champs de mines qu’elle a vi­si­tés sont au­jourd’hui de­ve­nus des ma­ga­sins et des routes.

Tous les com­bats de Dia­na sont re­pris dans la presse, et les photos d’elle sur le ter­rain font le tour du monde.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.