Le mal de vivre de Dia­na

Kdif­fi­cul­tés L So­li­tude, troubles ali­men­taires, dé­pres­sion, adul­tère de son mari… Der­rière le sou­rire de la dame se ca­chaient bien des choses.

Hors-Série - - Sommaire -

En 1992, un cli­ché de la prin­cesse de Galles de­vien­dra un mal­heu­reux sym­bole de sa so­li­tude: elle est pho­to­gra­phiée, seule, as­sise de­vant l’im­men­si­té du Taj Ma­hal en Inde (voir page 28). Son quo­ti­dien est bien rem­pli, elle a des en­ga­ge­ments de prin­cesse, est ma­man de deux en­fants et l’épouse du fu­tur roi. N’a-t-elle pas tout pour elle? Non, le bon­heur n’est pas au ren­dez-vous.

À par­tir du mo­ment où elle entre dans la fa­mille royale, on ra­conte qu’elle est sur­veillée par des psy­chiatres. Dé­jà, on sent sa fra­gi­li­té. La reine la sait dif­fé­rente d’eux, mais re­jette le blâme sur son jeune âge.

Quand les troubles ali­men­taires ont-ils com­men­cé? Avant le ma­riage, confes­se­ra-t-elle plus tard. Sa soeur Sa­rah était tom­bée dans l’ano­rexie à 20 ans, après une rup­ture amou­reuse. Comment la prin­cesse a-t-elle pu suivre ce même che­min après l’avoir vue com­battre ce dé­mon? Ces désordres ont du­ré et ont fait craindre le pire à son en­tou­rage tan­dis qu’elle au­rait ten­té de s’en­le­ver la vie à au moins deux re­prises. Lors­qu’elle par­le­ra de cette pé­riode sombre, elle n’hé­si­te­ra pas à dire

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.