PEIN­TURE : ON RÉ­POND À VOS QUES­TIONS

Vous pré­voyez ra­fraî­chir votre dé­cor grâce à la pein­ture ? Nous avons ré­per­to­rié pour vous les ques­tions les plus fré­quentes en la ma­tière.

Je Décore - - Sommaire - Re­cherche Yas­mi­na Lah­lou Texte Mi­lé­na Ba­bin

Q. Com­ment choi­sir mes cou­leurs ?

R. Si vous comp­tez ache­ter votre pein­ture en quin­caille­rie sans faire ap­pel à un pro­fes­sion­nel de la dé­co­ra­tion, pre­nez soin d'ap­por­ter vos ri­deaux, vos cous­sins ou votre housse de couette pour vous as­su­rer de choi­sir des teintes qui s'en rap­prochent le plus. Ain­si, vous ob­tien­drez un dé­cor har­mo­nieux. Vous pou­vez op­ter pour une cou­leur pâle au pla­fond et plus fon­cée sur les murs pour don­ner une im­pres­sion de hau­teur à la pièce, ou faire plu­tôt l'in­verse pour don­ner l'im­pres­sion d'une pièce plus grande. Voyez en­suite si vous pré­fé­rez peindre les mou­lures, les portes et le pla­fond d'une même cou­leur sobre ou plu­tôt les cou­vrir de la même cou­leur que les murs. Notez que les bou­tiques spé­cia­li­sées en pein­ture offrent sur place le ser­vice de dé­co­ra­teur. Ces spé­cia­listes peuvent aus­si se dé­pla­cer pour ana­ly­ser votre dé­cor.

Q. En quoi dif­fèrent les gammes de pein­ture ?

R. Le prix des gal­lons de pein­ture va­rie en fonc­tion des com­po­santes de base du pro­duit. On re­com­mande d'op­ter pour les peintures haut de gamme dans les pièces que l'on uti­lise et qu'on lave fré­quem­ment, car elles ont une meilleure la­va­bi­li­té. Puis­qu'elles offrent aus­si gé­né­ra­le­ment un meilleur pou­voir cou­vrant, ces peintures ne né­ces­sitent pas l'ap­pli­ca­tion d'un ap­prêt, ce qui fait éco­no­mi­ser temps et éner­gie. Les peintures d'en­trée de gamme peuvent tou­te­fois être pra­tiques pour les dé­cors tem­po­raires ou les pièces moins fré­quen­tées de la mai­son. Dans ce cas, pré­voyez un ap­prêt.

Q. Quel type de pein­ture choi­sir pour l'in­té­rieur ?

R. La pein­ture 100 % acry­lique et celle au la­tex sont les plus com­munes pour l'in­té­rieur ré­si­den­tiel. Les peintures à l'huile, de leur cô­té, sont main­te­nant très rares en rai­son des normes en­vi­ron­ne­men­tales. Elles sont sou­vent rem­pla­cées par les peintures à base d'al­kyde pour les boiseries et les meubles. Les peintures 100 % acry­lique sont très du­rables et offrent l'avan­tage d'être fa­ciles à la­ver. Elles sont donc idéales pour les en­droits pas­sants et les chambres d'en­fants. La pein­ture au la­tex, bien qu'elle soit moins ré­sis­tante que celle 100 % acry­lique, est in­té­res­sante dans les pièces à haut taux d'hu­mi­di­té, comme la salle de bain ou de la­vage, ain­si que pour la cui­sine. Puis­qu'elle est gé­né­ra­le­ment plus mate, elle est éga­le­ment re­com­man­dée pour les pla­fonds. Quant à la pein­ture re­cy­clée, elle est éco­no­mique et éco­lo­gique, mais se veut moins cou­vrante.

Q. Quel fi­ni choi­sir ?

R. Pour les murs, le fi­ni ve­lou­té, aus­si connu sous les noms de « co­quille d'oeuf » et de « ve­lours », est le plus re­com­man­dé, puis­qu'il n'est pas trop brillant (ce qui per­met de dis­si­mu­ler les im­per­fec­tions !), en plus d'être fa­cile à net­toyer. Le fi­ni mat convient mieux pour les pla­fonds, puisque la lu­mière na­tu­relle a ten­dance à faire res­sor­tir leurs moindres im­per­fec­tions. Quant aux portes et aux boiseries, elles doivent être peintes avec le fi­ni perle ou en­core le se­mi-lus­tré.

Q. Com­ment pré­pa­rer la sur­face à peindre ?

R. Avant de peindre ou de re­peindre, il est for­te­ment re­com­man­dé de la­ver les murs avec un net­toyant dé­grais­sant de type TSP li­quide. Bien que cer­tains fa­bri­cants in­diquent de ne pas rincer par la suite, il vaut mieux le faire à l'aide d'un linge hu­mide et d'une eau claire, puis laisser sé­cher com­plè­te­ment les sur­faces. Dans le cas d'une sur­face brillante, il convient de la pon­cer très lé­gè­re­ment avant pour per­mettre à la pein­ture de mieux adhé­rer. Le pon­çage doit tou­jours être fait après le net­toyage et non l'in­verse.

Q. Com­bien de temps doit-on at­tendre entre l'ap­pli­ca­tion des couches ?

R. Le temps d'at­tente entre les couches va­rie en fonc­tion de la qua­li­té de la pein­ture, mais sur­tout de la tem­pé­ra­ture et du taux d'hu­mi­di­té dans la pièce. On compte gé­né­ra­le­ment de 4 à 6 heures pour le sé­chage de l'ap­prêt comme pour ce­lui de la pein­ture. En temps de ca­ni­cule, il faut pré­voir plus de temps pour le sé­chage. Vous pou­vez uti­li­ser un déshu­mi­di­fi­ca­teur pour ac­cé­lé­rer le pro­ces­sus. Pour un ré­sul­tat op­ti­mal, la tem­pé­ra­ture de­vrait se si­tuer entre 15 et 25 °C et l'hu­mi­di­té, entre 30 et 55 %.

Q. Quand faut-il re­peindre ?

R. Une bonne pein­ture ap­pli­quée dans les règles de l'art dans une mai­son ha­bi­tée par des non-fu­meurs dure en moyenne de sept à huit ans. Une fois ce dé­lai pas­sé, même si la pein­ture ne pré­sente pas de signes de dé­té­rio­ra­tion, les pro­prié­taires sou­haitent gé­né­ra­le­ment re­mettre leur dé­cor au goût du jour. Pour la main­te­nir en bon état le plus long­temps pos­sible, veillez à la la­ver à l'aide de pro­duits sans traces d'am­mo­niaque. Re­ti­rez la pous­sière à l'aide d'un ba­lai en mi­cro­fibres (de type Swif­fer) et en­le­vez les taches avec une eau sa­von­neuse dont vous im­bi­be­rez une gue­nille. Évi­tez de mettre les pro­duits di­rec­te­ment sur les murs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.