25 ans à ou­tiller les jeunes de l’est de Mon­tréal

Journal de Rosemont - - ACTUALITÉS - > Guillaume Pi­card

Le Bou­lot vers…, un or­ga­nisme d’in­ser­tion so­ciale et pro­fes­sion­nelle pour les jeunes de l’est de Mon­tréal, dont plu­sieurs ha­bi­tant Ro­se­mont, a tra­ver­sé le der­nier quart de siècle contre vents et ma­rées en of­frant à la re­lève en dif­fi­cul­té le plus pré­cieux des pré­sents: du temps.

En 1983, alors qu’Ho­che­la­gaMai­son­neuve com­po­sait avec un taux de chô­mage chro­nique, consé­quence de la dés­in­dus­tria­li­sa­tion, les fon­da­teurs de l’or­ga­nisme Le Bou­lot vers… vou­laient in­suf­fler un vent d’espoir et chas­ser la mo­ro­si­té am­biante. Pour ce faire, ils ont pro­po­sé aux

jeunes sans em­ploi un stage de for­ma­tion per­son­na­li­sée dans un cadre réel de tra­vail.

Ain­si est né le pro­jet de fa­bri­quer des meubles à uti­li­té so­ciale, un pré­texte pour sor­tir les jeunes de leur tor­peur et leur pro­po­ser une ex­pé­rience de tra­vail aus­si sa­tis­fai­sante qu’exi­geante, avec tout ce que ce­la com­porte de va­lo­ri­sa­tion et de res­pon­sa­bi­li­sa­tion. Vingt-cinq ans plus tard, les stages se pour­suivent – et durent main­te­nant jus­qu’à six mois – et la pe­tite ins­tal­la­tion si­tuée der­rière le mar­ché Mai­son­neuve s’est mise à l’ère du temps en éten­dant la gamme de ses pro­duits aux com­pos­tières.

DE PLUS EN PLUS DE DÉ­TRESSE

Les jeunes ar­rivent « pu­ckés » et les pro­blèmes qu’ils vivent sont de plus en plus ai­gus, af­firme Jeanne Do­ré, di­rec­trice gé­né­rale de l’or­ga­nisme de­puis 1994.

« Nous de­vons main­te­nant in­ter­ve­nir avant le stage, donc en amont, puis par la suite, en as­su­rant un sui­vi. […] Ces jeunes ont vé­cu des condi­tions de vie très pauvres. Ils ar­rivent ici sans em­ploi, mais aus­si sans di­plôme et sans ex­pé­rience, sou­vent avec d’im­por­tantes dettes. Cer­tains ne sont pas ca­pables de lire un ru­ban gra­dué. Il faut dire que, com­pa­ra­ti­ve­ment à il y a 25 ans, Le Bou­lot vers… part de plus en plus loin avec les jeunes. En 1983, ils ar­ri­vaient ici avec un se­con­daire 4, en moyenne. Au­jourd’hui, plu­sieurs ont dé­cro­ché en se­con­daire 1 et sont illet­trés», ex­plique Mme Do­ré, qui cherche à ac­croître son bud­get de 200 000$ pour in­ter­ve­nir plus long­temps au­près de sa clien­tèle.

Si les pou­voirs pu­blics sou­tiennent Le Bou­lot vers…, reste que Mme Do­ré mi­lite pour une re­con­nais­sance gou­ver­ne­men­tale ga­ran­tis­sant non seule­ment un fi­nan­ce­ment ré­cur­rent, mais aus­si un ser­vice mieux cal­qué sur les be­soins de 2009.

« Des gens en san­té, qui tra­vaillent et paient des im­pôts, qui ont une vie bien rem­plie et sa­tis­fai­sante, ce­la re­pré­sente d’im­por­tantes éco­no­mies pour la so­cié­té, d’où l’uti­li­té d’un or­ga­nisme comme le nôtre, re­late Mme Do­ré. Dans notre usine, qui est gé­rée comme une vraie en­tre­prise, nous en­sei­gnons un mé­tier aux jeunes, mais nous fai­sons beau­coup plus en leur ap­pre­nant à suivre des règles et à avoir une dis­ci­pline, ce que le dé­cro­chage, très tôt, ne leur a pas per­mis d’ac­qué­rir. Le Bou­lot vers…, c’est un cadre. Ici, on com­mence à 7h le ma­tin et l’or­ga­ni­sa­tion, c’est le pre­mier exer­cice pour les par­ti­ci­pants. On re­con­naît d’ailleurs le dé­pas­se­ment et l’ac­com­plis­se­ment en re­met­tant des cer­ti­fi­cats d’as­si­dui­té.»

«L’ébé­nis­te­rie n’est pas une fin en soi, c’est

un moyen pour les jeunes de dé­cou­vrir leurs forces et de dé­ve­lop­per leur confiance en eux­mêmes et en­vers les autres», ajoute-t-elle.

AVANT ET APRÈS

Em­ploi-Qué­bec ap­puie Le Bou­lot vers…, mais la di­rec­trice gé­né­rale croit que son or­ga­nisme pour­rait faire da­van­tage si on lui don­nait les moyens de s’at­ta­quer aux pro­blèmes de fond que vivent ces jeunes.

«Il y a le stage de six mois qui de­meure la pierre an­gu­laire de notre pro­jet au­près de notre clien­tèle, mais il y a aus­si tout le tra­vail que nos in­ter­ve­nants doivent faire avant et après. Nous de­vrions, dans plu­sieurs cas, avoir un en­ga­ge­ment de deux à trois ans avec ces jeunes qui vivent des pro­blèmes de san­té et avec la jus­tice. Beau­coup souffrent d’iso­le­ment et un jeune sur cinq ne peut pas être re­te­nu pour le stage parce qu’il doit d’abord ré­gler ses pro­blèmes. Pour ce faire, nous le ré­fé­rons à d’autres res­sources. Il faut aus­si sa­voir que neuf jeunes sur dix ont été éle­vés par un seul parent, dans la pau­vre­té, et ont donc dé­ve­lop­pé un sys­tème de sur­vie. Mais, ils s’épuisent à long terme», ra­conte Mme Do­ré.

UN NOU­VEAU VI­SAGE

La clien­tèle de l’or­ga­nisme pro­vient de Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve, mais aus­si de Ro­se­mont, Mon­tréal-Nord, Saint-Léo­nard, Saint-Mi­chel, en fait de l’en­semble de l’est de la mé­tro­pole.

«Mon­tréal a beau­coup chan­gé de­puis dix ans. Il y a de plus en plus d’im­mi­grants dans nos groupes. La moi­tié de nos jeunes sont is­sus d’autres com­mu­nau­tés cultu­relles. C’est pour cette rai­son qu’en 2009, nous comp­te­rons deux nou­veaux in­ter­ve­nants pro­ve­nant d’Afrique et du Mexique, pour re­flé­ter cette réa­li­té», re­late-t-elle.

Dans un monde idéal, af­firme Jeanne Do­ré, «il n’y au­rait pas de Bou­lot vers…, mais la réa­li­té, c’est que nos ser­vices sont chaque an­née plus larges et plus glo­baux. Les jeunes, dont plu­sieurs ont man­qué d’amour, ont be­soin d’aide dans toutes les sphères de leur vie et, sur­tout, de temps pour chan­ger leur vie et prendre la bonne di­rec­tion. Ici, ils trouvent un ter­rain et un es­pace pour s’ex­pri­mer et ap­prendre qui ils sont vrai­ment. Ils trouvent aus­si beau­coup de so­li­da­ri­té et d’entraide et com­prennent que la dif­fé­rence entre échec et suc­cès rime avec en­ga­ge­ment. J’ai sou­vent l’im­pres­sion que nous sommes comme une salle d’ur­gence. Les jeunes ar­rivent ici pa­ni­qués et dé­bous­so­lés, mais ils res­sortent gran­dis, avec un coffre à ou­tils qui leur per­met­tra de re­le­ver les dé­fis de la vie.»

Le Bou­lot vers… offre aux jeunes de Ro­se­mont et de tout l’est de Mon­tréal une ex­pé­rience de tra­vail en pré­sence d’in­ter­ve­nants spé­cia­li­sés.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.