Plus dif­fi­cile pour les fa­milles de trou­ver un toit

Journal de Rosemont - - ACTUALITÉS - EM­MA­NUEL DE­LA­COUR em­ma­nuel.de­la­cour@tc.tc

La vi­ta­li­té du mar­ché im­mo­bi­lier dans Ro­se­mont – La Pe­tite-Pa­trie est in­dis­cu­table, mais l’ac­ces­si­bi­li­té à la pro­prié­té et au lo­ge­ment abor­dable est de plus en plus dif­fi­cile pour les jeunes fa­milles.

C’est ce que confirme un por­trait dres­sé par la firme JLR So­lu­tions fon­cières dans le­quel on constate que « la va­leur moyenne d’un im­meuble a aug­men­té de 28% entre 2007 et 2010 et de 25 % entre 2010 et 2013. »

En ef­fet, en 2016, Ro­se­mont–La Pe­tite-Pa­trie af­fi­chait «le taux d’aug­men­ta­tion de la va­leur fon­cière le plus éle­vé par­mi tous les ar­ron­dis­se­ments de Mon­tréal, avec une hausse de 10 % par rap­port au rôle d’éva­lua­tion im­mo­bi­lier pré­cé­dent, peut-on lire dans le do­cu­ment. De jan­vier à mai 2017, le ra­tio entre le prix de vente et l’éva­lua­tion mu­ni­ci­pale ob­ser­vé pour le seg­ment du mar­ché des mai­sons uni­fa­mi­liales était de 105, ce qui est 2 points de pour­cen­tage au-des­sus du ra­tio ob­ser­vé pour l’ag­glo­mé­ra­tion. Ce­ci sug­gère que le prix de ce type de lo­ge­ment pro­gresse plus ra­pi­de­ment que pour le reste de l’île. »

Le do­cu­ment note aus­si une forte crois­sance dans le prix mé­dian des mai­sons uni­fa­mi­liales et des plex au cours de la der­nière an­née. «De juin 2016 à mai 2017 [… ] le prix mé­dian des plex (550 000 $) a aug­men­té d’en­vi­ron 8 % au cours de la pé­riode, tan­dis que ce­lui des mai­sons uni­fa­mi­liales a at­teint 435 000 $, avec une crois­sance de 12 %. Ces prix étaient tous su­pé­rieurs aux sta­tis­tiques com­pa­rables pour l’ag­glo­mé­ra­tion de Mon­tréal. »

DIF­FI­CILE DE LOUER AUS­SI

Mal­gré d’im­por­tants in­ves­tis­se­ments dans les in­fra­struc­tures de l’ar­ron­dis­se­ment au cours des der­nières an­nées, les fa­milles, sur­tout avec plus d’un en­fant, peines à trou­ver un toit dans le sec­teur, et ce même dans le parc lo­ca­tif.

Se­lon les es­ti­ma­tions du Co­mi­té lo­ge­ment de Ro­se­mont, il fau­drait construire dès main­te­nant en­vi­ron 1500 uni­tés de lo­ge­ment pour ré­pondre à la de­mande des mé­nages dans l’est de l’ar­ron­dis­se­ment.

« Nous avons près de 200 fa­milles chaque an­née qui viennent nous consul­ter sur les hausses de loyer im­po­sées par les pro­prié­taires et sur leur droit de les re­fu­ser », af­firme Sé­bas­tien La­li­ber­té, co­or­don­na­teur pour le Co­mi­té lo­ge­ment Ro­se­mont.

Si plu­sieurs fac­teurs, in­cluant l’ap­pa­ri­tion d’ap­pli­ca­tions comme AirBnb et la conver­sion de lo­ge­ments en co­pro­prié­tés in­di­vise, peuvent ex­pli­quer les hausses de loyer, la flam­bée des va­leurs im­mo­bi­lières y est aus­si pour quelque chose, in­dique-t-il. « Les im­meubles valent de plus en plus cher, ce qui en­traîne une hausse des taxes fon­cières et ça se ré­per­cute sur les loyers. Pour une fa­mille avec deux en­fants, c’est plus dif­fi­cile de se lo­ger, parce que le loyer pour un ap­par­te­ment avec trois chambres à cou­cher tourne dé­sor­mais aux alen­tours de 1200 à 1500 $ par mois dans Ro­se­mont. »

- Sé­bas­tien La­li­ber­té, co­or­don­na­teur pour le Co­mi­té lo­ge­ment Ro­se­mont.

Ar­chives TC Me­dia

Le mar­ché im­mo­bi­lier conti­nu de croître dans Ro­se­mont.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.