Les Qué­bé­cois confiants dans leurs fi­nances

Journal de Rosemont - - ACTUALITÉS - RÉ­DAC­TION TC ME­DIA

Près de 64 % des Qué­bé­cois se­raient prêt à dépasser leur bud­get pour ache­ter une pro­prié­té même si ce­la les met­trait dans l’em­bar­ras fi­nan­cier, se­lon un son­dage ré­vé­lé par la TD.

Alors que l’achat d’une mai­son de­vrait être un pro­ces­sus ra­tion­nel et me­né avec lo­gique, plus de la moi­tié (59 %) af­firment éga­le­ment qu’ils pour­raient payer jus­qu’à 50000$ plus cher que pré­vu.

«Les émo­tions jouent un trop grand rôle dans le pro­ces­sus d’achat d’une pro­prié­té et poussent les ache­teurs à payer plus que ce qu’ils peuvent se per­mettre », sou­ligne Jean-Fran­çois Lau­rin, di­rec­teur ré­gio­nal, Est du Ca­na­da, spé­cia­liste hy­po­thé­caire mo­bile, TD Ca­na­da Trust.

Plus de la moi­tié des ache­teurs in­ter­ro­gés (53%) se disent confiants par rap­port à leurs fi­nances et sont cer­tains de ce qu’ils peuvent payer.

Néan­moins, ce sont 98 % des pro­prié­taires qui ad­mettent qu’ils au­raient ai­mé pen­ser à te­nir compte de leurs autres obli­ga­tions fi­nan­cières, comme les taxes fon­cières (64 %), les coûts d’en­tre­tien de la pro­prié­té (57%), ain­si que les dé­penses de style de vie en gé­né­ral (36 %).

« Pos­sé­der une pro­prié­té est bien plus coû­teux que ce à quoi s’at­tendent les ache­teurs. Ceux qui ne tiennent pas compte des coûts sup­plé­men­taires pour­raient vivre un grand stress fi­nan­cier si leur si­tua­tion chan­geait sou­dai­ne­ment. Ils risquent aus­si de ne pas avoir as­sez d’ar­gent dis­po­nible pour main­te­nir leur style de vie et conti­nuer à épar­gner pour l’ave­nir», af­firme M. Lau­rin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.