EN­VI­RON­NE­MENT.

Journal de Rosemont - - ACTUALITÉS -

Après les sacs en plas­tique, cer­tains pro­prié­taires de com­merces dé­cident de ré­duire les dé­chets à l’in­té­rieur de leur éta­blis­se­ment en ban­nis­sant les pailles.

C’est ce qu’a en­tre­pris Ca­the­rine Ar­cham­bault, co­pro­prié­taire du pub Yïsst, sur la rue Saint-Zo­tique Est, dans La Pe­tite-Pa­trie.

« Ce­la fait plus de deux ans que nous avons ou­vert Yïsst et j’étais fa­ti­guée de tou­jours mettre des pailles dans les cock­tails pour les mé­lan­ger. C’est en li­sant un ar­ticle à ce su­jet dans La Presse que ç’a confir­mé mes sus­pi­cions comme quoi il s’agit d’un énorme gas­pillage », ra­conte Mme Ar­cham­bault.

Ins­pi­rée par plu­sieurs autres com­mer­çants dans le monde, celle-ci a choi­si de prendre part au mou­ve­ment #StrawsSuck (mot clef an­glais pour « les pailles c’est nul ») et de ban­nir les pe­tits ob­jets en plas­tique de son éta­blis­se­ment.

« Jus­qu’à pré­sent, on n’a eu au­cune plainte. Les gens ne semblent pas y voir de grande dif­fé­rence. Si les clients ve­naient à les re­de­man­der, nous sommes prêts à trou­ver des al­ter­na­tives, des pailles en pa­pier, mais pour l’ins­tant tout va bien », af­firme la co­pro­prié­taire du pub.

DIF­FI­CILES À RE­CY­CLER

Le prin­ci­pal pro­blème avec les pailles à boire, c’est que leur pro­duc­tion de­mande beau­coup d’éner­gie et de res­sources pour une courte du­rée de vie.

« En terme de quan­ti­té qui se re­trouve dans les sites d’en­fouis­se­ment, c’est mons­trueux, sou­ligne Co­ra­lie De­ny, di­rec­trice gé­né­rale au Con­seil ré­gio­nal de l’en­vi­ron­ne­ment (CRE) de Mon­tréal. Le plas­tique uti­li­sé pour leur fa­bri­ca­tion, le po­ly­pro­py­lène, ne se re­cycle pas et elles se re­trouvent donc toutes au dé­po­toir. »

En ef­fet, con­si­dé­rant leur poids lé­ger com­pa­ra­ti­ve­ment à l’es­pace qu’elles prennent, les pailles ne sont pas amas­sées par les com­pa­gnies de ré­cu­pé­ra­tion au Qué­bec, les coûts de trans­ports étant pro­hi­bi­tifs.

Il est donc lo­gique pour les ci­toyens, mais aus­si pour les com­merces, de ré­duire à la source la con­som­ma­tion de pailles pour com­battre leurs ef­fets sur l’en­vi­ron­ne­ment, se­lon Mme De­ny, d’au­tant plus que leur du­rée d’uti­li­sa­tion ne dé­passe ra­re­ment plus de 20 mi­nutes et que ça peut prendre jus­qu’à 200 ans pour se dé­com­po­ser.

« L’im­pact col­lec­tif des ci­toyens et des ci­toyens cor­po­ra­tifs peut être ain­si très grand, comme dans le cas des sacs en plas­tique. C’est un bon dé­but pour sen­si­bi­li­ser les gens à pro­pos des mou­ve­ments sans dé­chet », ex­plique la di­rec­trice gé­né­rale du CRE Mon­tréal.

Pour sa part, Mme Ar­cham­bault en­tend conti­nuer à faire de son pub un com­merce plus vert. « Notre pro­chain che­val de ba­taille se­ra sans doute le com­post. Je veux vrai­ment ré­duire les pro­duits or­ga­niques, comme les zestes de ci­tron, qui se re­trouvent aux pou­belles », af­firme-t-elle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.