Jac­que­line Cou­ture : l’his­toire d’une bat­tante

Journal Le Lac St-Jean - - CULTUREL - LAU­RIE GOBEIL lau­rie.gobeil@tc.tc

BI­LAN. Après trois ans de tra­vail, Jac­que­line Cou­ture est heu­reuse de pré­sen­ter son au­to­bio­gra­phie, dans la­quelle elle ex­pose les grands mo­ments de sa vie comme le fait d’avoir une fille dé­fi­ciente in­tel­lec­tuelle ou d’avoir vé­cu avec un conjoint al­coo­lique.

Quand ses en­fants ont fê­té son 70e an­ni­ver­saire de nais­sance, elle a réa­li­sé qu’on ou­bliait les dates et les évé­ne­ments du pas­sé.

«Je me suis dit que je de­vais écrire mon his­toire pour la lais­ser en hé­ri­tage à mes en­fants et des­cen­dance», lance-t-elle.

Aî­née d’une fa­mille de 10 en­fants, elle ne re­çoit que très peu d’édu­ca­tion jeune, comme plu­sieurs autres de sa gé­né­ra­tion. C’est plus tard qu’elle dé­cide de re­prendre ses études et se rend même au bac­ca­lau­réat en tra­vail so­cial.

Une grande par­tie de son livre est consa­crée à l’une de ses filles, née avec une lourde dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle. Elle ex­plique comment elle a ab­sor­bé la nou­velle puis comment elle est pas­sée au tra­vers.

Une fois qu’elle a terminé son livre, ce qui l’a le plus mar­qué fut de prendre conscience de toute l’évo­lu­tion tech­no­lo­gique des der­nières dé­cen­nies.

« Mes pe­tits-en­fants ne croi­ront pas tout ce que j’ai vé­cu quand j’étais jeune, il n’y avait même pas d’élec­tri­ci­té. Là, nous sommes ren­dus avec des ro­bots in­tel­li­gents », de sou­li­gner celle qui croit aus­si que les com­mu­ni­ca­tions, même si elles ont évo­lué, ont dé­pé­ri.

« On ne se parle plus, on s’écrit note-t-elle.

Au­jourd’hui, la vie sou­rit à Mme Cou­ture. Se dé­cri­vant elle-même comme une bat­tante, elle a long­temps été bé­né­vole dans des or­ga­ni­sa­tions re­liées à la dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle ou l’al­coo­lisme.

«J’ai ap­pris beau­coup avec eux autres [groupe Al-Anon]. Au lieu de m’abattre, ça me don­nait la force pour m’en sor­tir », ex­plique celle qui a eu deux conjoints de­puis, dont le de­nier Ni­co­las, avec qui elle est de­puis 18 ans.

«Là je suis heu­reuse. Il est for­mi­dable! Il me fait rire tous les jours, est tou­jours de bonne hu­meur. Je suis dans le bon­heur par-des­sus la tête.[…] C’est comme si j’avais vé­cu l’en­fer les pre­mières an­nées de ma vie et là, avec Ni­co­las, le paradis», confie la dame.

C’est dans le cadre du pro­jet Je me ra­conte,

», of­fert à la So­cié­té d’his­toire du Lac-Saint-Jean, que Jac­que­line Cou­ture a éla­bo­ré son au­to­bio­gra­phie. Jo­ce­lyne Cou­dé et Gaé­tan Cô­té l’ont sup­por­té les deux pre­mières an­nées alors que la der­nière an­née elle l’a pas­sé aux cô­tés de Ma­rie-Ève Bé­dard.

Pen­ser à la sor­tie de son vo­lume la rend émo­tive. «C’est comme si j’avais été en­ceinte trois ans et que j’ac­cou­chais bien­tôt, c’est la même chose.

Le lan­ce­ment de l’au­to­bio­gra­phie de Mme Cou­ture, Des anges sur mon che­min, au­ra lieu le ven­dre­di 5 mai à 19h, à la Bi­blio­thèque Geor­ge­sHen­ri Lé­vesque à Ro­ber­val, et le sa­me­di 6 mai, dès 15h, à la So­cié­té d’his­toire du Lac-Saint-Jean à Al­ma.

Jac­que­line Cou­ture est fière du tra­vail ac­com­pli lors des trois der­nières an­nées.(Pho­to

TC Me­dia – Lau­rie Gobeil)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.