La Mai­son Jean-Eudes Ber­ge­ron ob­tient un sur­sis

Journal Le Lac St-Jean - - COMMENTAIRE - FRANCE PA­RA­DIS france.pa­ra­dis@tc.tc

REN­CONTRE. La semaine der­nière, le voyage Al­ma-Qué­bec de quatre ré­si­dents de la Mai­son Jean-Eudes Ber­ge­ron n’au­ra pas été inu­tile. En ef­fet, le gou­ver­ne­ment a ac­cep­té de financer les ac­ti­vi­tés pour les mois de juillet et août, soit le temps de trou­ver une so­lu­tion dé­fi­ni­tive à la me­nace de fer­me­ture pour le 1er juillet.

Mar­di der­nier, sur le coup de 8 h, quatre ré­si­dents han­di­ca­pés, dont le porte-pa­role Gi­no Le­bel, et six ac­com­pa­gna­teurs ont quit­té Al­ma dans un vé­hi­cule adap­té pour se rendre à l’As­sem­blée na­tio­nale afin de ré­cla­mer un meilleur fi­nan­ce­ment pour leur centre in­ter­mé­diaire qui ac­cueille 20 ré­si­dents, mais qui me­na­çait de fer­mer ses portes.

L’opé­ra­tion a por­té fruit car la confé­rence de presse te­nue de­vant l’As­sem­blée na­tio­nale a son­né le ré­veil pour les grands mé­dias na­tio­naux qui se sont em­pa­rés de la nou­velle, ajou­tant ain­si une pres­sion ad­di­tion­nelle sur le gou­ver­ne­ment.Lors de la pé­riode de ques­tion, la mi­nistre Lu­cie Char­le­bois a été in­ter­pel­lée à ce su­jet et a don­né l’as­su­rance que tout était mis en oeuvre pour faire en sorte que ces per­sonnes han­di­ca­pées puissent conti­nuer à ré­si­der à la Mai­son Jean-Eudes Ber­ge­ron et que l’ins­ti­tu­tion ob­tienne un fi­nan­ce­ment adé­quat.

Ce­pen­dant, le gou­ver­ne­ment ne veut pas créer un pré­cé­dent avec ce dos­sier et agit avec pru­dence. Le bu­reau de la mi­nistre Char­le­bois a confir­mé que le fi­nan­ce­ment se­rait as­su­ré pour les deux pro­chains mois, ce qui per­met­trait de tra­vailler en cou­lisse pour trou­ver une so­lu­tion du­rable au pro­blème.

UN PEU D’ES­POIR

Cette dé­ci­sion re­donne de l’es­poir aux ré­si­dents, mais le pro­blème de­meure en­core en­tier alors qu’il faut trou­ver une so­lu­tion qui per­met­trait à Qué­bec de re­haus­ser de quelque 25 000 $ par mois sa contri­bu­tion fi­nan­cière dans un contexte où le mi­nis­tère doit fonc­tion­ner avec une grille de clas­si­fi­ca­tion qui pé­na­lise des ins­ti­tu­tions comme la Mai­son Jean-Eudes Ber­ge­ron, consi­dé­rée comme une res­source in­ter­mé­diaire en san­té phy­sique pour les per­sonnes han­di­ca­pées.

En au­cun temps, ces ré­si­dents ne veulent voir leur mai­son fer­mée, les obli­geant ain­si à être re­lo­ca­li­sée ailleurs, sans doute dans des centres de type CHSLD où ils consi­dèrent ne pas être à leur place en rai­son du type de clien­tèle qu’on l’y re­trouve.

Le dé­pu­té Alexandre Cloutier était fier d’ac­cueillir à l’As­sem­blée na­tio­nale cette dé­lé­ga­tion de quatre ré­si­dents de la Mai­son Jean-Eudes Ber­ge­ron.

(Pho­to gra­cieu­se­té – Bu­reau du dé­pu­té Alexandre Cloutier)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.