Ja­cki Ouel­let as­pire aux plus grands hon­neurs

Journal Le Lac St-Jean - - SPORTS - JACQUES LA HAYE jacques.la­haye@tc.tc JACQUES LA HAYE jacques.la­haye@tc.tc

FORCE.Ori­gi­naire de Dol­beau-Mis­tas­si­ni, Ja­cki Ouel­let par­ti­cipe à des com­pé­ti­tions d’hommes forts de­puis 2010. En fin de semaine, il était du nombre des par­ti­ci­pants, un groupe sé­lect par­mi les hommes les plus forts du Ca­na­da.

Afin de de­meu­rer par­mi le groupe sé­lect, Ja­cki Ouel­let doit s’en­traî­ner ré­gu­liè­re­ment, et suivre un rythme de vie exem­plaire. « Un homme fort, ce n’est plus comme dans le temps. Il se doit de s’en­traî­ner de fa­çon ré­gu­lière, avoir une nu­tri­tion ap­pro­priée, être agile et avoir un bon car­dio. Le monde pense qu’on a de la mi­sère à bou­ger, mais on tra­vaille beau­coup à être ex­plo­sif dans cha­cune des épreuves d’un concours du Cir­cuit Hommes forts. »

Le le­vage de poids était l’une des épreuves au pro­gramme de la com­pé­ti­tion d’hommes forts d’Al­ma. On a pu éga­le­ment voir les ath­lètes se dé­pas­ser lors du le­ver de billot no­tam­ment et lors de l’épreuve du sou­le­vé de roches dont le poids peut at­teindre 375 livres ou 420 livres.

Avant d’en­tre­prendre le concours du Cir­cuit Hommes forts, Ja­cki Ouel­let nous a men­tion­né que c’est l’épreuve du lan­cer du ba­ril de bière qui le pré­oc­cu­pait le plus. « Même si l’or­ga­ni­sa­tion nous per­met de pra­ti­quer toutes les autres épreuves, le tir du ba­ril est une épreuve que l’on a ajou­té cette an­née en rem­pla­ce­ment de la marche. J’ai fait un ap­pel Fa­ce­book pour trou­ver quel­qu’un qui pour­rait me four­nir des ba­rils, mais je n’ai pas ob­te­nu de ré­ponses po­si­tives. En ce qui concerne les autres épreuves du concours, je m’en tire as­sez bien. Il y a deux se­maines, lors du cham­pion­nat pro­vin­cial de Saint-Odi­lon, j’ai ob­te­nu une deuxième po­si­tion au classement cu­mu­la­tif. »

FEUILLE DE ROUTE

La feuille de route de Ja­cki Ouel­let est très in­té­res­sante. Ce der­nier a ter­mi­né 5e au cham­pion­nat pro­vin­cial de 2016, 7e au Ca­na­da en 2015. En 2013, Ja­cki Ouel­let a ter­mi­né 4e de la Strong­man cham­pions league Ca­na­da de Sher­brooke, en plus de se clas­ser 5e au concours de l’homme le plus fort du Ca­na­da. Ouel­let a été clas­sé au 2e rang de l’homme le plus fort du Qué­bec entre 2010 et 2012, et a ter­mi­né au 3e rang du concours nord-amé­ri­cain de Ga­ti­neau en 2012.

« Dès le dé­but, étant don­né ma gé­né­tique, j’ai été tout de suite ca­té­go­ri­sé chez les pro­fes­sion­nels. À ma pre­mière com­pé­ti­tion pro­vin­ciale, j’ai ter­mi­né au deuxième rang, et la pre­mière an­née où j’ai com­pé­ti­tion­né au Ca­na­da, je suis ar­ri­vé à me clas­ser au qua­trième rang. Contrai­re­ment à ce que l’on peut croire, les concours d’hommes forts sont ac­ces­sibles à tout le monde.

Chaque par­ti­ci­pant est clas­sé soit dans la di­vi­sion Ama­teur, Se­mi-pro ou Pro­fes­sion­nel. On a même une ca­té­go­rie pour les femmes fortes. Mal­heu­reu­se­ment, pour le concours Hommes forts d’Al­ma, ces dames n’étaient pas pré­sentes, mais Al­ma pou­vait comp­ter sur les 11 meilleurs Ca­na­diens de cette dis­ci­pline. D’ailleurs, plu­sieurs re­cords ca­na­diens étaient dans la mire des par­ti­ci­pants», de sou­li­gner Ja­cki Ouel­let.

Avec l’ap­pui de par­te­naires fi­nan­ciers, Ja­cki Ouel­let est en mesure de prendre part à plu­sieurs concours pro­vin­ciaux d’hommes forts, et à quelques évé­ne­ments ca­na­diens. « Il est cer­tain que l’on ne roule pas sur l’or avec ces concours, mais pour cha­cun des ath­lètes de l’équipe du Cir­cuit Hommes forts, c’est la pas­sion qui nous anime et qui nous ap­pelle à l’en­traî­ne­ment. »

Ja­cki Ouel­let a par­ti­ci­pé au concours Hommes forts d’Al­ma au cours de la der­nière fin de semaine. On le voit ici lors d’une dé­mons­tra­tion.(Pho­to

TC Me­dia - ar­chives)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.