Une pe­tite terre, une grande pro­blé­ma­tique

Journal Le Lac St-Jean - - ACTUALITÉS - MARIE-GA­BRIELLE GA­GNÉ marie-ga­brielle.gagne@tc.tc

AD­VER­SI­TÉ. Les grands champs à perte de vue le long de routes et les im­po­santes fermes sont quelque chose de com­mun. Mais qu’en est-il de la dis­po­ni­bi­li­té des pe­tites terres? Au­drey Pa­ra­dis sou­ligne une pro­blé­ma­tique im­por­tante qui em­pêche de nom­breux jeunes agri­cul­teurs de se lan­cer dans le do­maine.

N’ayant pas d’an­té­cé­dents dans le do­maine agri­cole, pas de fa­mille qui pos­sé­dait une terre, Au­drey Pa­ra­dis a dû trou­ver une al­ter­na­tive pour lui per­mettre de mettre au monde la ferme de ses rêves. Elle a dé­ci­dé de louer la terre.

Elle convient par contre qu’il y a une pro­blé­ma­tique im­por­tante dans le mi­lieu. « On n’ar­rête pas de vou­loir dé­mar­gi­na­li­ser l’agri­cul­ture, on veut être re­con­nu pour ce qu’on fait, mais en même temps, les écoles dé­bordent et lorsque les étu­diants vont vou­loir s’éta­blir, c’est im­pos­sible de trou­ver une pe­tite terre, parce qu’on ne peut plus les mor­ce­ler. Ça n’existe plus des pe­tites terres », dé­plore-t-elle.

Ques­tion­née sur les so­lu­tions pour ré­gler ce pro­blème, Mme Pa­ra­dis af­firme que pour l’ins­tant, il n’y a pas de so­lu­tion. « Une chose est cer­taine, c’est que l’agri­cul­ture va chan­ger. Le mo­dèle agri­cole est en train de prendre un tour­nant. Ça va beau­coup vers le bio, les pe­tites sur­faces. Il va fal­loir qu’on se pré­pare à ce chan­ge­ment et qu’on fasse de la place à cette nou­velle men­ta­li­té », sou­ligne-telle tout en res­tant op­ti­miste face à un fu­tur chan­ge­ment.

UNE SAINE EN­TRAIDE

Le mi­lieu ma­raî­cher du Sa­gue­nay-Lac-SaintJean est très dif­fé­rent de ce qui au­rait pu être ima­gi­né. Loin de la com­pé­ti­tion, les pe­tits pro­duc­teurs ont dé­ci­dé de s’unir pour le bien de tous. La dif­fi­cile réa­li­té des pe­tites terres y est peut-être pour quelque chose. Co­opé­ra­tion, échanges de ser­vices, la so­li­da­ri­té est né­ces­saire se­lon Au­drey Pa­ra­dis. « Ce n’est même pas une com­pé­ti­tion, c’est de la pure en­traide. On veut sim­ple­ment la réus­site des paniers de lé­gumes. On tra­vaille en­semble à la sen­si­bi­li­sa­tion, il faut tra­vailler en­semble, on doit tra­vailler en­semble », ex­plique-t-elle.

Au­drey Pa­ra­dis.

Au to­tal, 5 em­ployés tra­vaillent à ac­com­plir la com­plexe tâche sur les deux hec­tares de terre.

(Pho­tos: TC Me­dia – Marie-Ga­brielle Ga­gné)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.