Le Chef La­voie a main­te­nant une ca­serne à son nom

Journal Le Lac St-Jean - - COMMENTAIRE - FRANCE PA­RA­DIS france.pa­ra­dis@tc.tc

DÉ­VOI­LE­MENT. Ce­lui que les em­ployés ap­pe­laient af­fec­tueu­se­ment « Chef La­voie », Antoine La­voie, voit son nom ho­no­ré. En ef­fet, la ca­serne Sud du Ser­vice de pré­ven­tion des in­cen­dies de la Ville d’Al­ma por­te­ra do­ré­na­vant le nom de « Ca­serne An­toi­neLa­voie » en hom­mage à ce­lui qui fut chef du corps de po­li­ciers-pom­piers de Ville d’Al­ma, pen­dant 25 ans, de 1953 à 1978.

Lors d’une brève cé­ré­mo­nie ci­vile, on a dé­voi­lé la plaque com­mé­mo­ra­tive qui pren­dra place à l’en­trée du bâ­ti­ment. La fa­mille a pu ain­si tour­ner la page du grand livre fa­mi­lial alors que sept des huit en­fants du Chef La­voie ont as­sis­té à l’an­nonce de cette re­con­nais­sance, eux dont l’en­fance et la vie a été mar­quée par le fait que leur père oc­cu­pait une fonc­tion aus­si im­por­tante à Ville d’Al­ma à une pé­riode où de mul­tiples évé­ne­ments sont ve­nus per­tur­ber la ville.

L’am­pleur de la contri­bu­tion du chef Antoine La­voie ne peut être ré­su­mée en quelques lignes et mé­ri­tait d’être sou­li­gnée de fa­çon par­ti­cu­lière. C’est pour­quoi, le Co­mi­té de to­po­ny­mie de Ville d’Al­ma a re­com­man­dé au conseil mu­ni­ci­pal de nom­mer la ca­serne Sud en l’hon­neur de ce grand homme.

UN HU­MA­NISTE AVANT TOUT

« Le chef La­voie a mar­qué l’his­toire de la Ville d’Al­ma de bien des ma­nières. Âgé de seule­ment 24 ans lors de sa no­mi­na­tion, ce qui fai­sait de lui le plus jeune chef d’un corps de po­li­ciers­pom­piers au Ca­na­da, il a oeu­vré avec dé­voue- ment au­près de la po­pu­la­tion al­ma­toise tout au long de ses an­nées de ser­vice. Le chef La­voie était un homme de coeur qui avait une ap­proche pa­ter­nelle avec les jeunes pour les ra­me­ner dans le droit che­min », sou­ligne Marc As­se­lin, maire de la Ville d’Al­ma, et qui a lui-même dé­jà goûté à la mé­de­cine du Chef La­voie.

En ef­fet, en­core ado­les­cent, avec des amis, Marc As­se­lin avait vo­lé des ca­rottes dans un jar­din du voi­si­nage à Naud­ville. Pris sur le fait par les po­li­ciers, il s’est re­trou­vé au poste. Le Chef La­voie connais­sait bien le père de Marc As­se­lin, Gé­rard, qui tra­vaillait au ser­vice du maire de l’époque, Léonce Des­meules. Le Chef La­voie avait alors ver­te­ment ser­mon­né ce­lui qui al­lait de­ve­nir maire d’Al­ma quelque 30 ans plus tard.

Le chef La­voie a tra­vaillé de fa­çon re­mar­quable, no­tam­ment au ni­veau de la pré­ven­tion des in­cen­dies, ce qui a per­mis à la Ville d’Al­ma et aux po­li­ciers-pom­piers de l’époque d’être re­con­nus à de nom­breuses re­prises sur la scène pro­vin­ciale. Il a été im­pli­qué dans bien des pro­jets de la mu­ni­ci­pa­li­té entre autres au ni­veau de la to­po­ny­mie ain­si que des sports et loi­sirs.

On re­trouve ici les en­fants Louise, Édith et Lin­da; le maire Marc As­se­lin; de même que Mo­na, Jo­ce­lyn, Su­zanne et Jean.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.