Le tra­vail de mi­lieu en­globe dé­sor­mais les mu­ni­ci­pa­li­tés du sec­teur Sud

Journal Le Lac St-Jean - - COMMENTAIRE - JACQUES LA HAYE jacques.la­haye@tc.tc

COM­MU­NAU­TÉ. En 2001, les par­te­naires du mi­lieu éco­no­mique de Mé­ta­bet­chouanLac-à-la-Croix ex­pri­maient le be­soin d’of­frir une pré­sence et un sup­port si­gni­fi­ca­tif pour l’épanouissement des jeunes au sein de leur com­mu­nau­té. Le pro­jet Tra­vail de mi­lieu éten­dra dé­sor­mais ses ac­ti­vi­tés dans les mu­ni­ci­pa­li­tés de Des­biens, Hé­bert­ville et Hé­bert­ville-Sta­tion.

« Pour le mo­ment, les mu­ni­ci­pa­li­tés de Saint-Gé­déon et de Saint-Bruno n’ont pas en­core adhé­ré à notre pro­jet, mais ce­la ne de­vrait pas tar­der. Le ser­vice a fait ses preuves au fil des an­nées. Les in­ter­ven­tions de notre tra­vailleur du mi­lieu se font dans les écoles, dans les camps de jour, dans les mai­sons de jeu, et na­tu­rel­le­ment dans la rue. La clien­tèle ci­blée par notre tra­vailleur du mi­lieu se si­tue de 11 à 25 ans », ex­plique Anick St-Ge­lais, ges­tion­naire du pro­jet Tra­vail de mi­lieu Sec­teur Sud.

Le tra­vail de mi­lieu est un ser­vice d’écoute et d’ac­com­pa­gne­ment. Les in­ter­ven­tions in­di­vi­duelles et de groupe ont de mul­tiples fa­cettes. « Notre res­source sur le ter­rain touche n’im­porte quel vo­let de pro­blé­ma­tique que ce soit la toxi­co­ma­nie, la sexua­li­té, la vio­lence, l’in­ti­mi­da­tion. Plu­sieurs ate­liers sont pré­pa­rés afin de sen­si­bi­li­ser les jeunes à ces dif­fé­rentes pro­blé­ma­tiques. Stéphanie Cô­té était jus­qu’à main­te­nant notre unique tra­vailleuse de mi­lieu. Mais, avec l’aide fi­nan­cière de 37 991 $ ac­cor­dée par le gou­ver­ne­ment du Qué­bec, nous pour­rons ad­joindre une deuxième res­source », sou­ligne Anick St-Ge­lais.

Dans son com­mu­ni­qué an­non­çant la contri­bu­tion fi­nan­cière du gou­ver­ne­ment du Qué­bec, le pre­mier mi­nistre Phi­lippe Couillard a rap­pe­lé que le Centre S.P.O.T., fi­du­ciaire du pro­jet du tra­vail de mi­lieu de­puis 16 ans, ef­fec­tuait un tra­vail de ter­rain im­por­tant en ma­tière de pré­ven­tion de la cri­mi­na­li­té dans la ré­gion.

Le pro­jet Tra­vail de mi­lieu peut éga­le­ment comp­ter sur l’ap­pui fi­nan­cier de plu­sieurs or­ga­ni­sa­tions, no­tam­ment la Fon­da­tion Qué­bec en tête, le Plan d’ac­tion ré­gio­nal (PAR). Les mu­ni­ci­pa­li­tés contri­buent aus­si fi­nan­ciè­re­ment.

DES RÉ­PER­CUS­SIONS IN­TÉ­RES­SANTES

Chaque an­née, quelque 900 jeunes sont ap­pro­chés par le pro­jet Tra­vail de mi­lieu, et bien que l’on ne tienne pas de sta­tis­tiques, les effets du pro­gramme sont pal­pables.

« Ici, à Mé­ta­bet­chouan-Lac-à-la-Croix, le taux de van­da­lisme a sen­si­ble­ment di­mi­nué. La mu­ni­ci­pa­li­té nous avait de­man­dé de sur­veiller ce vo­let de van­da­lisme, prin­ci­pa­le­ment lors des sor­ties de classes. Notre tra­vailleuse de mi­lieu s’est in­ves­tie beau­coup et les ré­sul­tats ont été ra­pi­de­ment pro­bants. Pour ce qui est de la consom­ma­tion, c’est un vo­let dif­fi­ci­le­ment quan­ti­fiable. La tra­vailleuse du mi­lieu s’est plu­tôt concen­trée sur la pré­ven­tion et des in­ter­ven­tions concrètes. De­puis les an­nées, un beau tra­vail a été réalisé, et ça conti­nue en­core », de conclure Anick St-Ge­lais.

Dé­mar­ré sur une base es­ti­vale, le ser­vice de Tra­vail de mi­lieu est of­fert à l’an­née de­puis sep­tembre 2013 pour mieux ré­pondre aux be­soins des dif­fé­rentes com­mu­nau­tés.

Kim Dal­laire et Stéphanie Cô­té ont été les tra­vailleuses de mi­lieu au cours de la der­nière an­née.

Dif­fé­rents ate­liers ont été pré­sen­tés dans les écoles du sec­teur et de la Com­mis­sion sco­laire du Lac-Saint-Jean.(Pho­tos

Gra­cieu­se­té)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.