Une sai­son d’im­pro qui dé­bute sur les cha­peaux de roues

L'Écho de La Tuque - - CULTURE - MI­CHEL SCARPINO mi­chel.scarpino@tc.tc

Il y avait une forte as­sis­tance pour le pre­mier match de l’Im­proPé­che­resse, le di­manche 22 oc­tobre.

La sai­son dé­bute sur les cha­peaux de roues et l’as­sis­tance nom­breuse a vi­si­ble­ment fait plai­sir à ce­lui qui or­ga­nise l’évé­ne­ment de­puis trois ans, Carl Char­land.

« Je vou­lais com­men­cer plus petit, je ne vou­lais pas trop faire de pub pour le pre­mier match, pour qu’on se dé­rouille », confiait l’or­ga­ni­sa­teur et joueur Carl Char­land. Peine per­due. La salle était pleine.

« On a fi­ni en lion l’an­née pas­sée, avec une salle pleine. Les gens en ont par­lé et ils ont at­ten­du que ça re­com­mence », ana­lyse-t-il.

Neuf joueurs font par­tie de l’ali­gne­ment, ac­tuel­le­ment. Mais M. Char­land in­siste : ceux qui ont le goût de ten­ter leur chance sont les bien­ve­nus. La for­mule laisse la place à ceux qui ont le goût d’y al­ler.

« Que ce soit pour une im­pro, pour un match com­plet, on n’a ja­mais trop de joueurs », ex­plique-t-il.

La for­mule est moins for­melle que dans le temps de la Ligue d’im­pro­vi­sa­tion la­tu­quoise (LIL). Les pé­na­li­tés sont moins fré­quentes. « Il n’y a à peu près plus de rè­gle­ment, nous avons pra­ti­que­ment tout abo­li. Mais c’est sûr qu’on veut que les gens construisent quelque chose. Mais vu qu’on est dans un éta­blis­se­ment pour les 18 ans et plus, il y a moins de filtre. On peut abor­der n’im­porte quel su­jet. Ce qu’on veut, c’est un bon show. On veut en­tendre rire le pu­blic, qu’il y ait de l’écoute et que les gens re­viennent », pour­suit-il.

IM­PRO­VI­SA­TION.

AIDE À LA RE­LÈVE

Lors du match de dé­but de sai­son, Carl Char­land a an­non­cé qu’un mon­tant de 278$ se­ra re­mis à l’Im­pro jeu­nesse de l’école se­con­daire Cham­pa­gnat, des­ti­né aux jeunes qui veulent ap­prendre l’art d’im­pro­vi­ser. Ce­la re­pré­sente les pro­fits réa­li­sés avec les matchs pré­sen­tés au cours de la sai­son der­nière.

Pour M. Char­land, il faut sou­te­nir les jeunes. « C’est notre re­lève, c’est im­por­tant. On a Ke­ven Per­ron qui vient de sortir de l’im­pro jeu­nesse et qui a main­te­nant 18 ans. Il joue avec nous, donne-t-il à titre d’exemple. C’est im­por­tant de mi­ser dans notre re­lève pour qu’on puisse l’avoir avec nous, un jour ».

« Cette an­née, on va pro­ba­ble­ment s’équi­per en dos­sards pour iden­ti­fier les deux équipes. C’est im­por­tant d’in­ves­tir dans la ligue, mais on veut aus­si don­ner de l’ar­gent à un ou deux or­ga­nismes lo­caux », pense-t-il éga­le­ment.

Les par­ties se pour­sui­vront jus­qu’au prin­temps pro­chain. L’en­trée est gra­tuite, mais on peut ver­ser une con­tri­bu­tion vo­lon­taire.

Les matchs ont lieu le di­manche à 19 h 30, à la mi­cro­bras­se­rie la Pé­che­resse, chaque deux se­maines. La pro­chaine soi­rée d’im­pro se­ra pré­sen­tée le di­manche 29 oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.