Main d’oeuvre : une si­tua­tion prise au sé­rieux

L'Écho de La Tuque - - ACTUALITÉS - MI­CHEL SCAR­PI­NO mi­chel.scar­pi­no@tc.tc

Le di­rec­teur du Ser­vice de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et fo­res­tier (SDÉF) de Ville de La Tuque, Pa­trice Ber­ge­ron, prend la si­tua­tion très au sé­rieux.

« Le pro­blème n’est pas unique à La Tuque, mais il est pré­sent par­tout au Qué­bec », nuance-t-il.

Voi­là pour­quoi Choi­sir La Tuque, ré­gi par le Car­re­four em­ploi Haut-St-Mau­rice, est pré­sent dans dif­fé­rentes foires de l’em­ploi, comme celle te­nue ré­cem­ment à Mon­tréal.

« Il faut conti­nuer à y être pré­sent. On vit un phé­no­mène dé­so­lant, les ré­gions se dé­vi­ta­lisent au pro­fit des grands centres comme Qué­bec ou Mon­tréal », in­siste M. Ber­ge­ron.

Une opi­nion que par­tage Ka­rine Pé­russe di­rec­trice du CJE : « Si on réus­sit à ob­te­nir le fi­nan­ce­ment,

EM­PLOI.

ce qu’on veut faire, c’est pro­cé­der à l’em­bauche d’une res­source ad­di­tion­nelle pour al­ler en­core plus de sa­lons». Elle sou­haite faire da­van­tage de maillages avec les co­hortes d’étu­diants dans des do­maines où on a be­soin de main-d’oeuvre.

Par contre, il est pos­sible d’at­ti­rer de la main-d’oeuvre de qua­li­té à La Tuque. M. Ber­ge­ron mise beau­coup sur la pro­mo­tion de la qua­li­té de vie of­ferte en Haute-Mauricie pour at­ti­rer les jeunes fa­milles dé­si­reuses d’y tra­vailler.

Se­lon lui, il faut ré­pé­ter la proxi­mi­té d’ins­tal­la­tions comme le club de golf, la piste cy­clable, le centre de ski.

« Ça va prendre la col­la­bo­ra­tion des gou­ver­ne­ments pour nous ai­der à ren­ver­ser la va­peur », croit-il, ce­pen­dant.

Pa­trice Ber­ge­ron croit aus­si au po­ten­tiel qu’offre l’an­cienne école Ma­rie-Mé­dia­trice. «La pré­sence du col­lège Sha­wi­ni­gan à La Tuque est im­por­tante», af­firme ce­lui qui pense qu’on doive bo­ni­fier en­core da­van­tage les for­ma­tions of­fertes.

Se­lon lui, les em­ployeurs pour­raient aus­si trou­ver leur sa­lut avec l’ar­ri­vée d’au­toch­tones dans les en­tre­prises lo­cales, une res­source qui pour­rait s’avé­rer fort pré­cieuse.

La di­rec­trice gé­né­rale de la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie du Haut-Saint-Mau­rice (CCIHSM), Ka­rine Ro­chette va dans le même sens. Des be­soins criants en main-d’oeuvre, no­tam­ment dans des mé­tiers tels la sou­dure et la mé­ca­nique ont été ex­pri­més par l’in­dus­trie. Puis­qu’on ne par­vient pas à trou­ver de fi­nis­sants pou­vant com­bler ces postes, on re­garde du cô­té des Ati­ka­mekw qu’on pour­rait for­mer pour de­ve­nir de pré­cieux aides.

Si­non, on re­garde aus­si loin que les Phi­lip­pines, où de la main-d’oeuvre pour­rait être im­por­tée afin de sa­tis­faire les be­soins des en­tre­prises, qui, au­tre­ment, pour­raient en ve­nir à res­treindre leurs ac­ti­vi­tés, faute de tra­vailleurs.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Une pho­to prise dans un ré­cent Sa­lon de l’em­ploi. On voit Pa­trice Ber­ge­ron, di­rec­teur de la SDÉF ain­si que So­nia Cham­pagne et Émi­lie Bé­dard du CJE..

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.