L’École fo­res­tière, proche col­la­bo­ra­trice

L'Écho de La Tuque - - ACTUALITÉS -

Ce n’est pas d’hier qu’on parle du dé­fi de la main-d’oeuvre dans le monde de l’en­sei­gne­ment. L’école Fo­res­tière de La Tuque (ÉFLT) a vu ve­nir le phé­no­mène et veut tra­vailler en amont pour s’at­ta­quer à cette pro­blé­ma­tique vé­cue par les en­tre­prises. « Il y a deux ans, le thème du Sym­po­sium fo­res­tier trai­tait jus­te­ment de la main-d’oeuvre », se sou­vient Gilles Re­naud, di­rec­teur de L’ÉFLT. On a une double clien­tèle. La pre­mière, c’est l’élève et la deuxième, c’est l’en­tre­prise à qui on four­nit de la main-d’oeuvre », rap­pelle-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.