Triple an­ni­ver­saire au Club Ro­ta­ry de La Tuque

L'Écho de La Tuque - - COMMUNAUTAIRE - MI­CHEL SCAR­PI­NO mi­chel.scar­pi­no@tc.tc

Le Club Ro­ta­ry de La Tuque a ré­cem­ment cé­lé­bré un triple an­ni­ver­saire. Se­lon le nou­veau pré­sident du club, Gas­ton Ha­mel, le re­grou­pe­ment sou­ligne son 75e an­ni­ver­saire de fon­da­tion, le 25e an­ni­ver­saire de la mise sur pied de son té­lé bin­go ain­si que le quart de siècle de son en­tre­prise, les Ate­liers La­tu­quois.

Le pre­mier pré­sident du club Ro­ta­ry de La Tuque a été le pré­sident et di­rec­teur gé­né­ral de la com­pa­gnie Brown Cor­po­ra­tion, Went­worth Brown. Ar­thur La­gueux de Qué­bec était ve­nu fon­der le club de La Tuque, le 19 oc­tobre 1942. Au cours de la même an­née, on avait éga­le­ment don­né nais­sance aux clubs de Trois-Ri­vières, Sha­wi­ni­gan et Grand-Mère.

Au mo­ment de la fon­da­tion, War­ren B. Be­ck­ler, John Grieve, Jack Ra­cey, J.A. Jones, Dr Lu­cien Rin­guet, Do­nald S. Dres­ser, Ken­nett Nes­bitt, Hec­tor La­mothe, F.X. La­mon­tagne, , Dr Léo Ber­ge­ron, Me Ro­mu­lus Du­charme, J.F. Kee­nan, J.G. Ha­me­lin Phi­lo­gène Mon­grain, R.D. Pa­chard et Adé­lard Lan­dry for­maient les rangs du club, en plus de leur pré­sident.

Le but prin­ci­pal choi­si par le club Ro­ta­ry a tou­jours été de ve­nir en aide aux per­sonnes han­di­ca­pées dans le be­soin »

Dr Pierre Ber­ge­ron, Jacques For­tin, Louis Le­jeune, El­sie Si­mard, Ro­bert Trem­blay, Paul Naud, Guy Ar­cand, Lor­raine Pou­liot, Rei­na Pi­geon, Lu­cien No­reau, Gas­ton Ha­mel, Claude Pot­vin et De­nis Le­clerc, voi­là au­tant d’an­ciens pré­si­dents en­core vi­vants du Club.

« Le but prin­ci­pal choi­si par le club Ro­ta­ry a tou­jours été de ve­nir en aide aux per­sonnes han­di­ca­pées dans le be­soin. Les moyens pour at­teindre ce but ont été prin­ci­pa­le­ment la créa­tion d’em­plois par la mise sur pied de l’ate­lier de tra­vail, Les Ate­liers La­tu­quois, de l’aide fi­nan­cière pour les cas par­ti­cu­liers, des trans­ports pour des be­soins mé­di­caux et autres aides sem­blables», rap­pelle le pré­sident Gas­ton Ha­mel.

LE TÉ­LÉ BIN­GO

C’est en sep­tembre 1992 que le club Ro­ta­ry de La Tuque pré­sen­tait son tout pre­mier té­lé bin­go. De­ve­nu une vé­ri­table tra­di­tion, le té­lé bin­go a en­tre­pris le 13 sep­tembre sa 26e an­née de dif­fu­sion. Il consti­tue une ac­ti­vi­té de fi­nan­ce­ment pour les oeuvres du club Ro­ta­ry.

À rai­son de 35 bin­gos par an­née, l’ac­ti­vi­té de fi­nan­ce­ment a per­mis de re­mettre 875 000 $ à tous ceux qui se pro­cu­rer des cartes, à rai­son de 1000 $ par se­maine. « Une somme de 525 000 $ a été uti­li­sée par le club Ro­ta­ry pour les be­soins de ses oeuvres, prin­ci­pa­le­ment pour ve­nir en aide à des per­sonnes han­di­ca­pées. Tout le tra­vail a été four­ni gra­tui­te­ment par des membres et des bé­né­voles, ce qui a per­mis de ré­duire au mi­ni­mum les dé­penses obli­ga­toires né­ces­saires », a pour­sui­vi M. Ha­mel.

AN­NI­VER­SAIRE.

LES ATE­LIERS LA­TU­QUOIS

Ate­lier de tra­vail pour les per­sonnes han­di­ca­pées, les ate­liers La­tu­quois visent à ce que

60% de ses em­ployés soient des per­sonnes han­di­ca­pées. Ces gens ef­fec­tuent des tra­vaux dans dif­fé­rents do­maines qui, sou­vent, sont de na­ture ré­pé­ti­tive.

« On peut par exemple four­nir des em­ployés à des en­tre­prises pour ef­fec­tuer des tâches telles que l’en­tre­tien mé­na­ger, pho­to­co­pies, dé­chi­que­tage ou autres tra­vaux com­pa­tibles avec leurs ca­pa­ci­tés », pré­cise Gas­ton Ha­mel.

Les Ate­liers La­tu­quois ont dé­jà comp­té sur les ser­vices de 47 per­sonnes. « Ses prin­ci­pales in­ter­ven­tions ont été la four­ni­ture de main-d’oeuvre pour opé­ra­tion du centre de tri pour les ma­tières résiduelles, l’opé­ra­tion du quai de trans­bor­de­ment des or­dures mé­na­gères et des ma­tières re­cy­clables et le net­toyage de l’île Gil­bert, et où une ving­taine de bâ­tisses à l’aban­don ont été dé­mo­lies et les pro­duits dis­po­sés de fa­çon sé­cu­ri­taire se­lon les normes éta­blies», a éga­le­ment fait sa­voir M. Ha­mel. En ef­fet, 17 cha­lets avaient été aban­don­nés en

1972 suite à une inon­da­tion. Lors de sa mise sur pied en 1992, l’en­tre­prise les Ate­liers La­tu­quois s’ap­pe­lait alors la Cor­po­ra­tion de l’Île Gil­bert. Il faut sa­voir qu’à ce mo­ment, elle avait été mise sur pied pour ac­qué­rir l’Île dans le but de créer des em­plois pour des tra­vailleurs han­di­ca­pés. Un pre­mier pro­jet avait été mis sur pied, vi­sant le mé­nage com­plet de l’île et un deuxième pro­jet per­met­trait l’amé­na­ge­ment de sen­tiers pé­destres, l’ins­tal­la­tion de bel­vé­dère au­tour de l’île et la mise en va­leur d’un pin, consi­dé­ré comme le 4e plus gros au Qué­bec.

L’île Gil­bert est tou­jours la pro­prié­té des Ate­liers La­tu­quois, même si au­cun pro­jet n’y est ac­tuel­le­ment dé­ve­lop­pé.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.