PLUS D’UNE VING­TAINE D’AC­TI­VI­TÉS – DE LA PHO­TO­GRA­PHIE À LA RA­DIO SCO­LAIRE, EN PAS­SANT PAR LA SLACKLINE ET LES JEUX VOYA­GEURS – ÉTAIENT PRO­PO­SÉS AUX ÉLÈVES POUR CETTE 38E ÉDI­TION DE LA GAILLAR­DISE. PE­TIT TOUR D’HO­RI­ZON AVEC QUATRE DES ANI­MA­TEURS.

La Liberté - La Gaillardise - - LA UNE -

« La Gaillar­dise, c’est un avant tout un ras­sem­ble­ment étu­diant »

- Hu­guette Val­lée, Ate­lier Beignes

L’odeur flotte en­core dans les cou­loirs. Du la­bo­ra­toire de chi­mie de l’école Saint-Joa­chim s’échappe une poi­gnée d’étu­diants, sac de conser­va­tion à la main et sou­rire aux lèvres. Tous sortent de l’ate­lier Beignes, te­nu par Hu­guette Val­lée, cui­si­nière de for­ma­tion. Sur les tables, des moules, des sprinkles et la fa­meuse réa­li­sa­tion : des dou­ceurs aus­si ap­pé­tis­santes d’ap­pa­rence que de goût. « Nous avons réa­li­sé plus de 100 beignes au­jourd’hui sur les deux heures de l’ate­lier, si­tue Hu­guette Val­lée, vê­tue de son at­ti­rail de pâ­tis­sière. 24 élèves sont ve­nus par­ti­ci­per à l’ac­ti­vi­té. Ils ont vrai­ment bien réus­si et il n’y a eu au­cun ra­té! », pé­tille-t-elle. Pour la jeune femme, être bé­né­vole ce 27 sep­tembre, c’était une évi­dence. Elle ex­plique : « La Gaillar­dise, c’est avant tout un ras­sem­ble­ment étu­diant. Quand Chan­tal m’a con­tac­tée, j’au­rai dit oui à n’im­porte quoi! C’est im­por­tant car, moi aus­si, j’ai eu la chance de prendre part à l’Af­faire Fa­rouche! »

« Les jeunes sont sources d’ins­pi­ra­tion »

- Ra­chelle Roque, Ate­lier Ta­bleau de vi­sion

Cha­cun a choi­si un des mots lis­tés sur le ta­bleau blanc : hob­bies, voyage, sport, rêves. De cette salle de classe, Ra­chelle Roque a fait le théâtre d’un ate­lier tout par­ti­cu­lier : ce­lui de Ta­bleau de vi­sion. « Le concept est as­sez simple. On choi­sit un thème qui cor­res­pond à ce qu’on ai­me­rait at­ti­rer dans sa vie. Au dé­but, on tra­vaille sur des mots qu’on dé­coupe dans des ma­ga­zines. Après, on es­saye d’illus­trer ces mots », ré­vèle la jeune femme. Au­tour d’elle, des feuilles de scrap­boo­king, des pa­piers dé­cou­pés, des pho­tos de fa­mille. Et, sur­tout, quelques jeunes ra­vis. « J’avais peur qu’ils trouvent ça ri­di­cule, car c’était la pre­mière fois que je réa­li­sais cette ac­ti­vi­té avec des ado­les­cents. Mais ils ont ado­ré! Beau­coup d’entre eux nous ont of­fert des beaux té­moi­gnages, cer­tains d’entre eux veulent dé­jà ex­plo­rer le monde. Les jeunes sont source d’ins­pi­ra­tion », re­prend cette en­sei­gnante de for­ma­tion. Même si la vé­ra­ci­té scien­ti­fique de ces créa­tions n’a ja­mais été dé­mon­trée, il n’a pas fal­lu plus à Ra­chelle Roque que sa propre ex­pé­rience pour pro­po­ser cette ac­ti­vi­té au CJP. Elle l’as­sure : « Si on pense po­si­tif, on at­tire du po­si­tif dans sa vie, non? »

« Tout le monde peut être pho­to­graphe »

- Sté­pha­nie Fon­taine, Ate­lier Pho­to­gra­phie

Sur le ter­rain de soc­cer et dans les rues, de pe­tits groupes, té­lé­phone in­tel­li­gent à la main, ar­pentent La Bro­que­rie. Des pho­to­graphes d’un jour en­cou­ra­gés par Sté­pha­nie Fon­taine, gé­rante de l’ate­lier pho­to­gra­phie. « C’est la pre­mière fois que j’anime à la Gaillar­dise. J’ai eu la chance de ve­nir à plu­sieurs ren­contres du Conseil jeu­nesse pro­vin­cial et de sié­ger sur le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion. Ça me te­nait à coeur d’être là pour en­ca­drer les jeunes », af­firme cette as­sis­tante ad­mi­nis­tra­tive au World Trade Centre Win­ni­peg. Et de re­prendre : « Tout le monde peut être pho­to­graphe. Il suf­fit de connaître quelques trucs, comme la règle des tiers et de choi­sir son su­jet : por­traits, pay­sages ou scènes ur­baines. Ça s’ap­prend », té­moigne Sté­pha­nie Fon­taine. « C’est beau­coup plus fa­cile main­te­nant. On a tous une ca­mé­ra at­ta­chée à notre té­lé­phone! Prendre de bonnes pho­tos, ça prend de bonnes bases. Et ve­nir ici pour les jeunes, comme pour moi, c’est dé­fi­ni­ti­ve­ment une belle ex­pé­rience ».

« Être ani­ma­teur, c’est re­don­ner à la com­mu­nau­té »

- Da­niel Gi­rard, Ate­lier Jeux Voya­geurs

Dans la foule, dif­fi­cile de le ra­ter, entre son cha­peau et sa te­nue d’époque. Sur sa pan­carte, en lettres ca­pi­tales : Jeux Voya­geurs. Un ate­lier que Da­niel Gi­rard, co­or­di­na­teur ad­joint au Centre cultu­rel fran­co-ma­ni­to­bain, te­nait à or­ga­ni­ser cette an­née. « Ce­la fait plu­sieurs an­nées que je suis ani­ma­teur. J’ai pré­sen­té la jam­bette, la lutte, mais aus­si des jeux tra­di­tion­nels en fai­sant un mé­lange avec des dis­ci­plines plus contem­po­raines », in­dique-t-il. Pas moins de 50 étu­diants ont te­nu à as­sis­ter à l’ac­ti­vi­té, après s’être ins­crit au préa­lable sur le site du Conseil jeu­nesse pro­vin­cial. « Pour ceux qui s’in­ves­tissent vrai­ment, c’est une ex­pé­rience. J’ai eu beau­coup de plai­sir à or­ga­ni­ser ces jeux. Être ani­ma­teur, c’est re­don­ner à la com­mu­nau­té puisque je me rap­pelle moi aus­si avoir as­sis­té aux ras­sem­ble­ments du CJP. Et c’est aus­si une pause après la ren­trée, une fa­çon d’ou­blier le stress pour une jour­née et c’est sur­tout une chance de se ren­con­trer! ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.