Conseils pra­tiques pour étu­dier su­per ef­fi­ca­ce­ment!

La Liberté - Le Réveil - - ÉTUDIANT6VIE E - Ke­nan KAMANGA ae­me­dias@mo­nusb.ca

Une ré­vi­sion com­plète

Comme vous vous en dou­tez, la ré­vi­sion est le prin­ci­pal, je di­rais même l’in­con­tour­nable, moyen de réus­sir toute éva­lua­tion qui vous se­ra pré­sen­tée à l’uni­ver­si­té et dans la vie. Chaque fois que vous se­rez éva­lué sur un su­jet, ré­vi­sez-le et étu­diez-le. Ce­la aug­mente la confiance en soi et ré­duit consi­dé­ra­ble­ment le ni­veau de stress. Je vous l’ac­corde, sur ce point, je ne vous ap­prends rien de nou­veau, mais l’as­tuce se trouve dans la fa­çon de ré­vi­ser. Avons­nous as­sez étu­dié? Avons-nous bien as­si­mi­lé la ma­tière? Quand de­vons-nous étu­dier? Eh bien, j’ai la ré­ponse à toutes vos ques­tions!

Avons-nous as­sez étu­dié?

Idéa­le­ment, la ré­ponse de­vrait être oui pour beau­coup d’entre nous, mais la vé­ri­té est que,

Il est vrai que la vie d’étu­diant est ba­sée sur un cer­tain nombre d'éva­lua­tions (pro­jets, de­voirs, tests, quiz, etc..). Et tout ce­la est gé­né­ra­le­ment ac­com­pa­gné d’une pres­sion qui se trans­forme en stress chez la plu­part des étu­diants. Bonne nou­velle! Le stress n’est pas une mau­vaise chose. Au contraire, nous en avons tous be­soin, mais la clé est de sa­voir com­ment le gé­rer. En pé­riode d’exa­men, pour cer­tains d'entre nous, le ni­veau de stress est à son comble, et on ne sait plus où don­ner de la tête. Pour y re­mé­dier, voi­ci quelques as­tuces pour sa­voir le gé­rer et s’as­su­rer de pas­ser de bons exa­mens!

sou­vent dans la plu­part des si­tua­tions, les ma­tières à étu­dier sont vrai­ment nom­breuses et le temps im­par­ti pour ré­vi­sion avant l’exa­men n’est pas tou­jours suf­fi­sant. La meilleure fa­çon de s’as­su­rer que l’on ré­vise bien est de le faire quo­ti­dien­ne­ment. Comme le dit An­dré Gior­dan, spé­cia­liste de la phy­sio­lo­gie des ré­gu­la­tions et de la di­dac­tique et de l’épis­té­mo­lo­gie des sciences, dans son livre Ap­prendre à ré­vi­ser : « Plus on uti­lise la mé­moire, plus elle est forte! Plus vous uti­li­sez votre mé­moire, mieux elle fonc­tionne. Plus vous l’en­traî­nez au quo­ti­dien, plus vous al­lez être per­for­mant. » En étu­diant ou en ré­vi­sant chaque jour, on n’au­ra pas for­cé­ment be­soin de re­lire cinq ou six cha­pitres d’un coup puisque notre cer­veau au­ra dé­jà sto­cké l’in­for­ma­tion. Re­lire deux ou trois fois ou re­faire un exer­cice ré­gu­liè­re­ment nous per­met de le com­prendre et le rend plus fa­cile. De cette ma­nière, nous n’avons pas à nous in­quié­ter de la quan­ti­té de tra­vail à faire quelques jours avant une éva­lua­tion.

Avons-nous bien as­si­mi­lé la ma­tière?

Le meilleur moyen de ré­pondre à cette ques­tion est de se ré­fé­rer à la taxo­no­mie de Bloom, une cé­lèbre mé­thode en pé­da­go­gie com­por­tant six ni­veaux hié­rar­chique qui sont : la connais­sance, la com­pré­hen­sion, l’ap­pli­ca­tion, l’ana­lyse, la syn­thèse et l’éva­lua­tion. Pour sa­voir si nous avons bien étu­dié pour une éva­lua­tion, il suf­fit de pas­ser l’échelle de cette mé­thode dans l’ordre. Celles qui sont es­sen­tielles pour une ré­vi­sion sont la com­pré­hen­sion, l’ap­pli­ca­tion et l’éva­lua­tion. En ef­fet, il faut s’as­su­rer de com­prendre par­fai­te­ment un su­jet, pour pou­voir l’ap­pli­quer dans des exer­cices et du­rant des éva­lua­tions.

Dans son ar­ticle « L’ap­pren­tis­sage par la ré­pé­ti­tion, la clé du suc­cès des pays asia­tiques », pour Le Fi­ga­ro, Ma­rie- Es­telle Pech montre com­ment cer­tains pays du conti­nent asia­tique as­surent une réus­site sco­laire im­pres­sion­nante grâce à cette mé­thode. Une fois ce­la fait, éva­luez-vous en es­sayant de trans­mettre ce que vous avez com­pris à quel­qu’un d’autre, par exemple, dans des groupes d’études. En ef­fet, il a été prou­vé plu­sieurs fois que lors­qu’on est ca­pable d’ex­pli­quer son rai­son­ne­ment et de le faire com­prendre aux autres, on s’amé­liore, donc on ap­prend aus­si, et ce­la nous prouve que nous sommes réel­le­ment prêts pour une éva­lua­tion.

Quand de­vons-nous étu­dier?

Beau­coup de per­sonnes l’ignorent, mais il existe des mo­ments pré­cis où notre cer­veau est plus ef­fi­cace en ma­tière de sto­ckage d’in­for­ma­tion. Alors, quand de­vons-nous étu­dier? Bien évi­dem­ment, ce­la va­rie d’une per­sonne à l’autre. Comme l’af­firme la jour­na­liste Ma­rion Se­nant dans son ar­ticle « Ré­vi­sions du bac : 5 conseils pour mus­cler sa mé­moire » pu­blié dans Le Fi­ga­ro, « L’or­ga­nisme connaît deux pics d’ac­ti­vi­té dans la jour­née. Le pre­mier a lieu le ma­tin, une heure ou deux après le ré­veil, l’autre, dans l’après- mi­di, entre 15 et 17 heures en­vi­ron, une fois la di­ges­tion pas­sée ». Ce­ci dit, se­lon votre or­ga­nisme, le meilleur con­seil se­rait de re­pé­rer ces mo­ments fa­vo­rables pour pou­voir re­ce­voir ou ré­vi­ser l’in­for­ma­tion ef­fi­ca­ce­ment.

Un temps pour tout

Une autre des prin­ci­pales causes de stress est la mau­vaise ges­tion de son temps. Ce­la nous pousse sou­vent à man­quer d’ef­fi­ca­ci­té dans ce que nous fai­sons, sans ou­blier que les ex­cep­tions existent tou­jours. Dans cette par­tie, nous dis­cu­te­rons de la fa­çon de gé­rer son temps ef­fi­ca­ce­ment et de l’im­por­tance de bien faire chaque ac­ti­vi­té à un temps pré­cis, ce qui est très utile pour la ré­vi­sion.

Le meilleur moyen d’avoir une bonne ges­tion de son temps reste en­core d’uti­li­ser un agen­da, qu’il soit élec­tro­nique ou un bon vieil agen­da clas­sique, ils font tous l’af­faire. Uti­li­sez sou­vent votre agen­da et es­sayez au maxi­mum de res­pec­ter les dif­fé­rents mo­ments que vous vous êtes ac­cor­dés pour chaque ac­ti­vi­té.

Es­sayez aus­si de faire du sport du­rant vos pé­riodes de ré­vi­sion, car, d’après l’équipe du ma­ga­zine Cos­mo­po­li­tan dans leur ar­ticle « Com­ment gé­rer mon stress grâce au sport? », le sport est un très bon moyen d’éva­cuer le stress. En se­cond lieu, il est im­por­tant de gar­der une bonne vie so­ciale, sor­tir avec des amis de temps en temps et se di­ver­tir, ce qui est un très bon moyen de vous li­bé­rer de votre stress.

Si vous em­ployez ces as­tuces, votre pé­riode d’exa­men se­ra sur­ement plus agréable et moins stres­sante. Choi­sis­sez les mé­thodes qui vous conviennent; après tout, la ges­tion du stress est unique à cha­cun.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.