La ca­lotte gla­ciaire de l'An­tarc­tique, par­mi les zones les plus vol­ca­niques du monde!

La Liberté - Le Réveil - - SCIENCE -

L a dé­cou­verte de vol­cans sous la ca­lotte gla­ciaire en An­tarc­tique est as­sez sur­pre­nante, parce que c’est une des zones les plus gla­cées de la Terre, mais elle four­nit aus­si une ex­pli­ca­tion à la fonte si ra­pide des gla­ciers. Ce­la sonne comme une nou­velle alar­mante ou in­quié­tante. On se de­mande si les gaz à ef­fet de serre tels que le CO2 et bien d’autres, ain­si que le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique que nous vi­vons ac­tuel­le­ment, n'em­pi­re­raient pas la si­tua­tion. Tout ce­la laisse place à tel­le­ment de ré­flexions et de ques­tion­ne­ments.

Il est dé­sor­mais clair que l’An­tarc­tique fait par­tie des en­droits les plus vol­ca­niques de la pla­nète de­puis la dé­cou­verte de ces 91 vol­cans sous sa ca­lotte gla­ciaire par les cher­cheurs de la NASA. Ceux-ci s’ajou­te­raient aux 47 autres dé­cou­verts pré­cé­dem­ment dans l’ouest du conti­nent po­laire, pour un to­tal de 138 vol­cans dans cette ré­gion. Ro­bert Bin­gham, un ex­pert en gla­ciers, a dé­cla­ré que son équipe et lui ne s’at­ten­daient pas à dé­cou­vrir au­tant de vol­cans et sus­pecte qu’il y en au­rait da­van­tage sous la bar­rière de Ross, loin des yeux des hommes. Il y a trente ans, on soup­çon­nait dé­jà l'exis­tence de vol­cans, mais il n’y avait jusque-là au­cune preuve pour ap­puyer cette théo­rie. Avec le nou­veau mo­dèle nu­mé­rique avan­cé, créé par les scien­ti­fiques de la Jet Pro­pul­sion La­bo­ra­to­ry de la NASA, nous avons main­te­nant des preuves concrètes de l'exis­tence de ces vol­cans.

Se­lon les cher­cheurs im­pli­qués dans cette dé­cou­verte, la pré­sence des vol­cans ex­pli­que­rait l'in­sta­bi­li­té ac­tuelle de la ré­gion et la rai­son pour la­quelle les gla­ciers ont fon­du aus­si ra­pi­de­ment lors de la der­nière ère gla­ciaire, il y a en­vi­ron 11 000 ans. On se de­mande quelles pour­raient bien être les consé­quences dé­sas­treuses d’une érup­tion de l’un de ces vol­cans. Se­lon les géo­logues de l'Uni­ver­si­té d’Édim­bourg, la couche de glace dans l’ouest de l’An­tarc­tique, qui est dé­jà af­fec­tée par les chan­ge­ments cli­ma­tiques, pour­rait être com­plè­te­ment dé­sta­bi­li­sée. Ce­pen­dant, les scien­ti­fiques de la NASA af­firment, dans leur rap­port de re­cherche du 7 no­vembre 2017, qu’une telle érup­tion ne de­vrait pas af­fec­ter l'en­semble des gla­ciers, ce qui laisse place à une étude plus ap­pro­fon­die.

Quelle est donc la res­pon­sa­bi­li­té des hu­mains dans cette af­faire? La pro­duc­tion de dif­fé­rents gaz à ef­fet de serre % au­rait aug­men­té de 18,3 entre 2005 et 2013 à l'échelle mon­diale, se­lon la ru­brique «En­vi­ron­ne­ment et res­sources na­tu­relles» du site du gou­ver­ne­ment ca­na­dien. Ce­ci re­pré­sente une aug­men­ta­tion as­sez in­quié­tante, car ce sont ces gaz qui ac­cé­lèrent la fonte des gla­ciers en An­tarc­tique, qui causent la hausse de la tem­pé­ra­ture du globe et qui aug­mentent les risques d'érup­tion de ces vol­cans. En ef­fet, la tem­pé­ra­ture aug­mente gra­duel­le­ment chaque an­née, mais de­meure en­core en des­sous des 2 de­grés Cel­sius consen­tis par la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale dans un rap­port ré­cent de l’ONU sur le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique.

En ef­fet, se­lon un ar­ticle du

Jour­nal de Mon­tréal pu­blié le 17 no­vembre 2017, 15 000 scien­ti­fiques pro­ve­nant de 184 pays au­raient lan­cé un aver­tis­se­ment face aux risques de dé­sta­bi­li­sa­tion de la pla­nète. Dans ce même ar­ticle, il est dit que l’an­née 2017 de­vrait comp­ter par­mi les trois an­nées les plus chaudes ja­mais re­cen­sées de­puis le dé­but des me­sures en 1880. La hausse in­quié­tante du ni­veau des océans de 3,3 mm par an y est aus­si men­tion­née. Se­lon l’Or­ga­ni­sa­tion mé­téo­ro­lo­gique mon­diale (OMM), les émis­sions de CO2 liées aux in­dus­tries et à la com­bus­tion d'éner­gies fos­siles % ont aug­men­té d’en­vi­ron 2 en 2017 par rap­port à 2016 (entre % %). 0,8 et 2,9 Se­lon le rap­port de l’ONU, « sans ef­fort sup­plé­men­taire, l’hu­ma­ni­té au­ra % consom­mé 80 de son “bud­get car­bone” d’ici 2030, c’est-à-dire la quan­ti­té de CO2 qu’elle peut en­core re­lâ­cher dans l’at­mo­sphère sans dé­pas­ser 2 °C de ré­chauf­fe­ment. Elle au­ra alors épui­sé la to­ta­li­té du bud­get lui per­met­tant de ne pas al­ler au­de­là de 1,5 °C. » Suite à ce rap­port où l’ONU dé­clare que le Ca­na­da de­vra en faire plus dans l’op­tique où les États-Unis me­nacent de quit­ter l'Ac­cord de Pa­ris en 2020, le pre­mier mi­nistre du Ca­na­da, Jus­tin Tru­deau, a pro­mis de % ré­duire de 30 les émis­sions ca­na­diennes d’ici 2030. Cette dé­ci­sion s’ex­plique par la pro­messe de la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale de four­nir des ef­forts pour ne pas dé­pas­ser les 2 °C de ré­chauf­fe­ment.

Tous ces faits portent à ré­flexion et nous poussent à nous de­man­der si nous ne sommes pas aux portes d’une ca­tas­trophe qui pour­rait nous être fa­tale. C’est une dé­cou­verte qui nous laisse per­plexes et qui nous met face au dan­ger que nous cou­rons, et qui pous­se­rait la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale à faire face à ses res­pon­sa­bi­li­tés concer­nant l’en­vi­ron­ne­ment. Jus­te­ment, dans un mi­cro­billet ré­cem­ment pu­blié, le se­cré­taire gé­né­ral des Na­tions Unies, An­to­nio Gu­terres, a ré­af­fir­mé l'ur­gence de prendre « l'ac­tion cli­ma­tique » au sé­rieux en dé­cla­rant : « Nous sommes en train de tuer notre pla­nète. »

La dé­cou­verte des vol­cans en An­tarc­tique ne mi­ni­mise pas l’im­pact de la pol­lu­tion des hu­mains en ce qui concerne le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique. Au contraire, elle nous conscien­tise da­van­tage sur l’im­por­tance de nos actes puisque le cycle na­tu­rel du cli­mat nous af­fecte dé­jà. Il va de soi que nous ne de­vons pas em­pi­rer la si­tua­tion au risque de nous mettre nous-mêmes en pé­ril.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.