Les contor­sion­nistes de l’em­ploi du temps

La Liberté - - ACTUALITÉS - Bar­ba­ra GORRAND presse3@la-li­berte.mb.ca

Le re­tour des en­fants à l’école? « En­fin le dé­but des va­cances », ré­pon­draient de nom­breux pa­rents. Cer­tai­ne­ment pas Mu­rielle et Jo­han Mac­cès, pour qui ren­trée sco­laire rime avec dé­but des ga­lères…

«Et dire qu’à notre ren­contre, on en vou­lait cinq! », s’amuse Mu­rielle, en ten­tant de cou­vrir le brou­ha­ha qui pro­vient du sous-sol. Dans la fa­mille Mac­cès, il y a Leï­la, 9 ans, qui s’ap­prête à en­trer en 4e an­née à l’école Ch­ris­tine-Les­pé­rance. Adrian, 7 ans, prêt à dé­bu­ter sa 2e an­née. Mia, 5 ans dans quelques jours, qui dé­marre sa 1ère an­née de ma­ter­nelle. Et Evan, 3 ans, qui s’ap­prête à re­prendre ses ha­bi­tudes à la gar­de­rie.

Quatre en­fants, ou plu­tôt « quatre piles élec­triques », comme en té­moigne Jo­han qui, tout comme son épouse, a pré­vu de prendre des congés en amont uni­que­ment pour pré­pa­rer cette ren­trée. Le couple, qui s’est ren­con­tré à l’Uni­ver­si­té de Saint-Bo­ni­face, ap­pré­hende chaque jour­née comme un ma­ra­thon. Pour Jo­han, comp­table chez BDO, et Mu­rielle, em­ployée à temps par­tiel au se­cré­ta­riat du Com­merce in­té­rieur, tout est une ques­tion d’or­ga­ni­sa­tion.

Pen­dant que l’un pré­pare les lunchs en s’as­su­rant de les gar­der au chaud, l’autre s’as­sure que les en­fants s’ha­billent. Le pe­tit dé­jeu­ner est sou­vent pris en vi­tesse, pour que les plus grands soient prêts à quit­ter la mai­son pour 8 h 10, au pas­sage du bus. « 8 h 11 », cor­rige Adrian, en lève-tard ha­bi­tué à sou­vent cou­rir der­rière le bus.

Pour ce mois de sep­tembre, l’af­faire sco­laire se corse : Mu­rielle doit ac­com­pa­gner Evan à la gar­de­rie, ain­si que Mia, qui y pas­se­ra une se­maine sur deux du­rant sa pé­riode d’adap­ta­tion avant d’en­trer dé­fi­ni­ti­ve­ment en ma­ter­nelle. « En­fin, ça, ça vaut quand Jo­han n’est pas en dé­pla­ce­ment pour le tra­vail. Si­non, je me dé­brouille seule. Heu­reu­se­ment que j’ai des em­ployeurs très com­pré­hen­sifs, qui savent ce que c’est d’avoir à gé­rer des jeunes en­fants », ajoute Mu­rielle, qui quitte en­suite le tra­vail à 15 h pour être à temps à la mai­son pour le re­tour de l’au­to­bus. En es­pé­rant qu’il n’y ait pas de re­tard sur sa route.

Car le couple ne peut pas vrai­ment comp­ter sur des grand­spa­rents, des mo­nocles ou des ma­tantes à ap­pe­ler au pied-le­vé : la fa­mille de Mu­rielle est à Pa­ris, celle de Jo­han en Gua­de­loupe. Alors en cas de pro­blèmes, c’est le re­cours au sys­tème V. Pour « voi­sins », ces êtres mer­veilleux qui sont tou­jours prêts à don­ner un coup de main. Et pas uni­que­ment pour les im­pré­vus, ex­plique Mu­rielle : « Nous avons des voi­sins qui ont des en­fants du même âge que nos aî­nés, alors nous avions pris l’ha­bi­tude cha­cun notre tour de gar­der tous les en­fants pour que chaque couple puisse pro­fi­ter d’une sor­tie entre adultes au moins une fois par mois. »

En­suite, il y a les de­voirs, le re­pas, et quand en­fin les en­fants sont cou­chés, il faut ef­fa­cer les traces de la tor­nade jo­viale qu’im­plique for­cé­ment une fa­mille nombreuse. Comme si ce­la n’était pas suf­fi­sant, il faut aus­si s’or­ga­ni­ser pour les ac­ti­vi­tés ex­tra-sco­laires. Na­ta­tion et pia­no pour tous les en­fants, « et donc gym­nas­tique pour les pa­rents », ajoute Jo­han en ré­fé­rence à la co­or­di­na­tion de l’em­ploi du temps.

Heu­reu­se­ment, il y a les fins de se­maine pour ré­cu­pé­rer. « Ah non, confie Mu­rielle en riant. Le sa­me­di, c’est la pis­cine, les courses, et le di­manche, les les­sives et la pré­pa­ra­tion des re­pas pour la se­maine. Et plus nos en­fants gran­dissent plus ils mangent. Alors le mer­cre­di je dois sou­vent re­com­men­cer… En fait, quatre en­fants, c’est très bien. Non? »

Pho­to : Bar­ba­ra Gorrand

En vé­ri­tables contor­sion­nistes de l’em­ploi du temps, Jo­han et Mu­rielle Mac­cès conjuguent école, ac­ti­vi­tés et vie de fa­mille sans en perdre leur la­tin. Leurs en­fants (de gauche à droite) Mia, Leï­la, Evan et Adrian se pré­parent à une ren­trée des classes de grands.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.