Deux éclai­rages sur Mgr Pro­ven­cher

2018 marque le 200e an­ni­ver­saire de l’ar­ri­vée à la Ri­vière-Rouge de Jo­seph-Nor­bert Pro­ven­cher, le père du dio­cèse de Saint-Bo­ni­face. Dans la société laï­ci­sée de 2018, com­ment abor­der les contri­bu­tions de cet homme d’Église?

La Liberté - - ACTUALITÉS - Da­niel BAHUAUD re­dac­tion@la-li­berte.mb.ca

La pers­pec­tive de Ga­bor Cse­pre­gi, rec­teur de l’USB :

« Pro­ven­cher a joué un rôle vrai­ment im­por­tant »

Une ins­ti­tu­tion uni­ver­si­taire doit s’ins­pi­rer de son pas­sé, tout en étant de son temps. Cette an­née, l’Uni­ver­si­té de Saint-Bo­ni­face fête un 200e. Que fê­tons nous au juste? Je ne crois pas qu’on puisse par­ler de la fon­da­tion du Col­lège de SaintBo­ni­face. En 1818, Pro­ven­cher s’est sim­ple­ment mis à ins­truire des gar­çons pour les for­mer pour l’Église.

En 2018, on peut ce­pen­dant cé­lé­brer les dé­buts de l’édu­ca­tion en fran­çais sur ce ter­ri­toire qui al­lait de­ve­nir le Ma­ni­to­ba. On peut re­con­naître l’en­thou­siasme, la pas­sion, la té­na­ci­té et la dé­brouillar­dise de Pro­ven­cher, qui a tra­vaillé d’ar­rache-pied pour éta­blir les bases de l’édu­ca­tion en fran­çais. Pro­ven­cher a donc joué un rôle vrai­ment im­por­tant. Dès les an­nées 1830, sous son égide, l’en­sei­gne­ment en fran­çais de­ve­nait plus sé­rieux, plus or­ga­ni­sé. Et en 1855, grâce à son suc­ces­seur Mgr Ta­ché, un pre­mier Col­lège de SaintBo­ni­face est construit. L’ins­ti­tu­tion s’in­cor­pore en 1871 et en 1877, est elle co-par­te­naire dans la créa­tion de l’Uni­ver­si­té du Ma­ni­to­ba. En­suite il y a les jé­suites, qui ar­rivent en 1885. Ils ont en­sei­gné pen­dant 85 ans. On sent en­core leur pré­sence, en sour­dine. Ces hommes d’Église en­ga­gés res­pec­taient toutes les fa­cettes de l’in­tel­li­gence hu­maine. Ils ont fon­dé une bi­blio­thèque. Ils ont in­sis­té sur la ri­gueur, la ca­pa­ci­té de dé­battre les idées, au point par­fois de re­mettre aux étu­diants des livres mis à l’In­dex par l’Église. En 2018, on peut cé­lé­brer cette ou­ver­ture d’es­prit, et re­con­naître qu’elle est le legs d’une époque plus croyante. Une époque qui re­monte à Pro­ven­cher.

La pers­pec­tive d’Al­bert LeGatt, Ar­che­vêque de Saint-Bo­ni­face :

« Nous sommes tous hé­ri­tiers de Pro­ven­cher » Aux Ma­ni­to­bains de 2018 qui ne sont pas tous des gens d’Église, on peut cer­tai­ne­ment par­ler de Pro­ven­cher l’édu­ca­teur.

Pour le pre­mier évêque de Saint-Bo­ni­face, l’édu­ca­tion était d’une im­por­tance ca­pi­tale. Il vou­lait as­su­rer l’ave­nir des Mé­tis, des Ca­na­diens fran­çais et des Au­toch­tones.

Bien sûr, à sa ma­nière. Pro­ven­cher était un homme de foi. Et quand il est ar­ri­vé à la Co­lo­nie de la Ri­vière-Rouge, la foi, l’édu­ca­tion et le fran­çais par­ti­ci­paient d’une même réa­li­té. Si en 2018 on fait un par­tage dif­fé­rent, on scinde ces trois va­leurs, il faut se rap­pe­ler que leur uni­té a te­nu pen­dant un bon 150 ans.

Les re­li­gieux, les re­li­gieuses et les laïcs de foi ont en­sei­gné le fran­çais dans les écoles pa­rois­siales. Ces gens étaient ani­més par le dic­ton Qui perd sa langue, perd sa foi. Qui perd sa foi, perd sa langue. Cette vi­sion fai­sait lar­ge­ment consen­sus. Elle n’était pas im­po­sée sur des laïcs par une église clé­ri­cale. Au contraire, il a pré­va­lu une étroite col­la­bo­ra­tion entre re­li­gieux et croyants. En­semble, ils ont créé les ins­ti­tu­tions qui, laï­ci­sées, per­durent. Comme la SFM, la Société his­to­rique de SaintBo­ni­face, voire même La Li­ber­té.

On peut af­fir­mer, sans exa­gé­ra­tion, que le dé­sir d’édu­ca­tion de Pro­ven­cher a été et reste por­té par les Fran­coMa­ni­to­bains et même tous les Ma­ni­to­bains qui ont le fran­çais à coeur. Nous sommes tous hé­ri­tiers de Pro­ven­cher. Si une jeune d’ori­gine phi­lip­pine fré­quente une école d’im­mer­sion et parle fran­çais, c’est un peu grâce à lui.

Mgr Al­bert LeGatt, ar­che­vêque de Saint-Bo­ni­face.

Ga­bor Cse­pre­gi, rec­teur de l’Uni­ver­si­té de Saint-Bo­ni­face.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.