La joie de vivre du pa­tri­moine!

La Liberté - - ÉDITORIAL | - PAR BER­NARD BOCQUEL bboc­quel@mymts.net

La bonne vo­lon­té de bé­né­voles ne suf­fit pas tou­jours pour as­su­rer à un évè­ne­ment un rayon­ne­ment, une lon­gé­vi­té. Mais dans le cas du Fes­ti­val du Voya­geur, elle est as­su­ré­ment l’in­gré­dient es­sen­tiel de­puis main­te­nant presque un de­mi-siècle. Et si cette bonne vo­lon­té a réus­si à se main­te­nir, c’est à cause d’un mot : le pa­tri­moine. Car c’est le be­soin de gar­der en vie un pa­tri­moine, c’est-à-dire de trans­mettre une part de soi, qui a as­su­ré l’en­ga­ge­ment dé­ter­mi­nant de lé­gions de vo­lon­taires. Il était là le coup de gé­nie de Georges Fo­rest, ce­lui qui est de­ve­nu par la force de son idée le pre­mier Voya­geur of­fi­ciel : an­crer une fête d’hi­ver dans l’his­toire, et ain­si d’em­blée dé­pas­ser la seule lo­gique com­mer­ciale. Il fal­lait pour ce­la un fier Bo­ni­fa­cien, conscient de ses ra­cines mé­tisses et ca­na­diennes-fran­çaises. Son at­ti­tude de dé­fi cultu­rel n’avait en soi rien d’im­pen­sable : après tout, la ville de Saint-Bo­ni­face s’est construite en ré­sis­tance à la mé­tro­pole voi­sine.

Et qui dit ré­sis­tance, dit for­cé­ment de­voir de trans­mis­sion. Trans­mis­sion de va­leurs, ap­puyées sur toutes sortes d’his­toires, ces ma­trices de culture. Dès les dé­buts de ce qui au­rait après tout pu res­ter un évè­ne­ment unique, lo­ca­li­sé dans le temps, du­rant l’an­née du cen­te­naire de la Pro­vince du Mi­lieu, une mis­sion a été at­ta­chée au Fes­ti­val du Voya­geur. Une mis­sion qui exi­geait le suc­cès : « Va­lo­ri­ser et pro­mou­voir le pa­tri­moine au­près de l’en­semble de la com­mu­nau­té en re­flé­tant l’époque des voya­geurs et la joie de vivre par le biais d’une fête d’hi­ver. »

Pour les ha­bi­tants d’une Ville-Ca­thé­drale à la veille d’être ab­sor­bée dans le Grand Win­ni­peg, la pos­si­bi­li­té de faire re­vivre la grande époque des an­cêtres voya­geurs consti­tuait une oc­ca­sion rê­vée de faire va­loir la puis­sance d’un héritage hu­main. Le Fes­ti­val du Voya­geur four­nis­sait la preuve de la lé­gi­ti­mi­té de la pré­sence ca­na­dienne-fran­çaise, si mi­no­ri­taire qu’elle fût.

Avec l’ar­ri­vée de Uni­ci­ty en 1972, Saint-Bo­ni­face était ra­va­lé au rang de simple quar­tier. Mais grâce au Fes­ti­val, pen­dant une quin­zaine d’an­nées au moins il y a eu du­rant une se­maine en fé­vrier une flo­rai­son de tuques rouges, sorte de cri de ral­lie­ment ca­nayen. Le Fes­ti­val comme moyen d’af­fir­ma­tion os­ten­ta­toire s’est en­suite raf­fi­né : cos­tumes ins­pi­rés par l’époque de la traite des four­rures et cein­tures flé­chées se sont mul­ti­pliés. Mu­si­ca­le­ment, le concours de vio­lo­neux et de gi­gueurs ins­tau­ré en 1972 par le Mé­tis Bert Ver­mette a per­mis l’éclo­sion de nou­velles gé­né­ra­tions d’ar­tistes. De bien d’autres fa­çons en­core, le Fes­ti­val a ser­vi de trem­plin au pa­tri­moine mé­tis et ca­na­dien-fran­çais, qui s’est mis à vi­brer comme ja­mais. Jus­qu’au point où mal­gré des pé­riodes fi­nan­cières plus dif­fi­ciles, il de­vint im­pen­sable de ne pas or­ga­ni­ser un Fes­ti­val du Voya­geur. Quand le Fes­ti­val est-il lui­même de­ve­nu un pa­tri­moine so­cio-cultu­rel à pré­ser­ver? Les avis risquent d’être par­ta­gés sur la ques­tion.

Pour ali­men­ter la dis­cus­sion sur la né­ces­saire pé­ren­ni­té du Fes­ti­val du Voya­geur, le livre qui se­ra pu­blié en 2019 four­ni­ra sans au­cun doute bien des ar­gu­ments. (1) L’ini­tia­tive a été prise par une en­sei­gnante à la re­traite, Lu­cienne Loi­selle, qui connais­sait dé­jà bien l’évè­ne­ment an­nuel avant d’en­ta­mer ses re­cherches his­to­riques. En ef­fet, avec son com­pa­gnon de vie Lu­cien Loi­selle, elle est membre de l’Ordre des Voya­geurs of­fi­ciels.

Dans son es­prit, Lu­cienne Loi­selle a en­tre­pris un tra­vail de na­ture exis­ten­tielle. Sa convic­tion ir­ré­vo­cable : « Il ne faut ab­so­lu­ment pas ou­blier qui nous sommes. Si­non, nous n’au­rons rien à don­ner aux autres. » Cette vé­ri­té, cet im­pé­ra­tif, est à la fois le coeur du suc­cès du Fes­ti­val du Voya­geur et son se­cret pour gé­né­rer de la bonne vo­lon­té.

(1) Le livre, pu­blié par les Édi­tions des Plaines, se­ra abon­dam­ment illus­tré et pa­rai­tra à temps pour la 50e édi­tion du Fes­ti­val.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.