Une af­faire de fa­mille

La Liberté - - SPÉCIAL FESTIVAL DU VOYAGEUR - Da­niel BAHUAUD

Louis Ga­gné est bé­né­vole au Fes­ti­val du Voya­geur de­puis le dé­but des an­nées 1980. Pour lui et ses en­fants, Ma­ryse et LouisSi­mon, le Fes­ti­val, c’est plus qu’une fête hi­ver­nale. C’est un ren­dez­vous fa­mi­lial es­sen­tiel.

On ne le connaît peut­être pas de nom, mais cer­tai­ne­ment de vi­sage. Louis Ga­gné une pré­sence im­man­quable au Fort Gi­bral­tar. « Je suis une per­sonne as­sez ti­mide. Mais quand je suis en cos­tume d’époque, ha­billé comme Sé­ra­phin La­marre, un com­mis de la Com­pa­gnie du Nord­Ouest, je peux bra­ver la foule et ré­pondre à ses ques­tions. J’aime ex­pli­quer com­ment vi­vaient les gens au jour le jour à l’époque de la traite des four­rures. Le sou­ci du dé­tail pré­cis est de ri­gueur. Et c’est un plai­sir pour moi de m’im­mer­ger dans ce per­son­nage, un homme qui a vé­ri­ta­ble­ment exis­té. » Tout comme le ser­gent La­fosse, sol­dat que Louis Ga­gné in­carne aus­si au Ca­ba­ret de la Com­pa­gnie de La Vé­ren­drye. « La­fosse était par­mi les vic­times des Sioux, tués en 1736 sur l’Île­au­Mas­sacre du Lac des Bois, avec le père Aul­neau. J’ai pu me ren­sei­gner sur lui avec l’ap­pui et la do­cu­men­ta­tion four­nie par Al­fred For­tier, l’an­cien di­rec­teur de la So­cié­té his­to­rique de SaintBo­ni­face. » Cette pas­sion de l’his­toire vé­cue, Louis Ga­gné l’a trans­mise à ses en­fants, Ma­ryse et Louis­Si­mon. Louis­Si­mon Ga­gné : « J’ai très ra­re­ment vi­si­té le Parc du Voya­geur en te­nue mo­derne. Peut­être une fois, avec les élèves de l’École Ch­ris­tine­Les­pé­rance. En­fant, je fai­sais dé­jà de l’in­ter­pré­ta­tion his­to­rique avec mes pa­rents, Louis et Joanne De­sanges. Le to­bog­gan et le la­by­rinthe de neige n’étaient pas mon fo­cus, j’ai­mais beau­coup plus me plon­ger dans la vie des Voya­geurs! » Ma­ryse Ga­gné est du même avis. « À l’âge de deux ans, j’étais dé­jà ha­billée en vê­te­ments d’époque, et je fai­sais de l’in­ter­pré­ta­tion avec mes pa­rents. Ma­man nous a tou­jours fa­bri­qué nos cos­tumes. Au fil des an­nées, elle nous a fait toute une bro­chette de cos­tumes. Cette an­née je se­rai in­ter­prète au pro­gramme sco­laire et pour le grand pu­blic au Fort Gi­bral­tar, c’était mon des­tin! » D’ailleurs, la jeune femme de 22 ans n’a ja­mais man­qué un Fes­ti­val. « En fait, je suis née un 3 fé­vrier et à peine deux se­maines plus tard, j’étais dé­jà au Fes­ti­val, toute em­mi­tou­flée! Pe­tits, je me sou­viens que Ma­man nous ti­rait en to­bog­gan. On res­sem­blait à une pile de laine! » Pas éton­nant donc que Ma­ryse et Louis­Si­mon soient main­te­nant ac­teurs du Fes­ti­val. « Le 22 fé­vrier, je se­rai maî­tresse de cé­ré­mo­nie à la soi­rée Pe­tit Ca­na­da du Con­seil jeu­nesse pro­vin­cial, et Louis­Si­mon et moi se­rons aus­si mu­si­ciens du USB Band, l’en­semble de jazz de l’Uni­ver­si­té de Saint­Bo­ni­face », termine Ma­ryse Ga­gné.

Pho­to : Gra­cieu­se­té Louis Ga­gné

Louis­Si­mon, Louis et Ma­ryse Ga­gné.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.