Un nou­veau re­gard sur La Tra­via­ta

La Liberté - - CULTUREL - Da­niel BA­HUAUD dba­huaud@la-li­berte.mb.ca

Pour la pre­mière fois, l’Opé­ra du Ma­ni­to­ba co­pro­duit avec quatre autres com­pa­gnies ca­na­diennes. Pre­mière aus­si, pour Alain Gau­thier. Le met­teur en scène mon­tréa­lais ré­gie le cé­lèbre ou­vrage de Ver­di pour la pre­mière fois. Et la so­pra­no amé­ri­caine An­gel Blue fait ses dé­buts sur une scène ca­na­dienne. (1)

Alain Gau­thier, le ré­gis­seur de l’Opé­ra de Mon­tréal, s’es­time « plus que choyé de tra­vailler avec l’Opé­ra du Ma­ni­to­ba » :

« J’ai sou­vent as­sis­té à la ré­gie de La Tra­via­ta et j’ai as­sis­té à de nom­breuses re­pré­sen­ta­tions. C’est un grand opé­ra, un vé­ri­table clas­sique. Un drame hu­main, très psy­cho­lo­gique, qui en dit beau­coup sur les re­la­tions de couple et le ju­ge­ment que su­bissent les amou­reux, à cause des at­tentes des pa­rents et de la so­cié­té. Je peux en­fin y ap­por­ter mes ob­ser­va­tions, mes touches, tout en tra­vaillant avec An­gel Blue. La Ca­li­for­nienne vient juste de chan­ter la Mi­mi de Puc­ci­ni au Me­tro­po­li­tan Ope­ra de New York. Le té­nor Adam Lu­ther et le ba­ry­ton James West­man sont des Ca­na­diens qui ont une ré­pu­ta­tion in­ter­na­tio­nale. L’Opé­ra du Ma­ni­to­ba a fait un bon coup. Ces trois prin­ci­paux chan­teurs, qui jouent Vio­let­ta, Al­fre­do et Ger­mont sont vrai­ment de haut ni­veau. » Aux yeux du met­teur en scène, le grand at­trait de la nou­velle pro­duc­tion, est l’époque choi­sie pour mettre en re­lief la tra­gé­die du couple.

« C’est Mi­chel Beau­lac, le di­rec­teur ar­tis­tique de l’Opé­ra de Mon­tréal, qui a sug­gé­ré de si­tuer le drame dans le Pa­ris des an­nées 1920. Ain­si, An­gel Blue, qui est afro-amé­ri­caine, fe­ra pen­ser un peu à la chan­teuse Jo­se­phine Ba­ker. Dans

La Tra­via­ta, Vio­let­ta est ad­mi­rée et adu­lée dans son mi­lieu. Mais elle craque, confron­tée par Ger­mont, le père d’Al­fre­do. Le mi­lieu des an­nées 1920 ajoute un nou­vel aper­çu au drame, en fai­sant un com­men­taire sur les ar­tistes de l’époque, sur­tout ceux de cou­leur. Vio­let­ta se­ra la seule afro-amé­ri­caine dans l’opé­ra. « L’opé­ra La Tra­via­ta a été joué pour la pre­mière fois en 1853. La pré­sen­ta­tion clas­sique est celle, donc, de la grande bour­geoi­sie pa­ri­sienne du 19e siècle. Dans ce mi­lieu, Vio­let­ta est une cour­ti­sane. Dans notre ver­sion, elle se­ra une ar­tiste de ca­ba­ret en­tre­te­nue par des amants riches. « Vio­let­ta est un per­son­nage fas­ci­nant. C’est une femme so­lide qui com­prend et fait ap­pel à sa sexua­li­té. Elle fait le cal­cul ra­tion­nel de ses re­la­tions amou­reuses, pour maxi­mi­ser son sta­tut so­cial et sa sé­cu­ri­té. Mais à son grand éton­ne­ment, cette femme qui ne croit pas en l’amour se met à y croire. Elle aime Al­fre­do pas­sion­né­ment. Mais elle croule sous la pres­sion de Ger­mont. Elle choi­sit de l’aban­don­ner pour sau­ver son image so­ciale. Au bout du compte, elle et Ger­mont se rendent compte de leur er­reur. Mais tout ar­rive trop tard. » Pour Alain Gau­thier, mon­ter un opé­ra est « un tra­vail ar­du, in­tense ». « Je ré­pète pré­sen­te­ment avec les chan­teurs et le choeur de l’Opé­ra du Ma­ni­to­ba. Je porte beau­coup d’at­ten­tion au deuxième acte, puisque c’est là que le choc des gé­né­ra­tions entre père et fils, et par consé­quent la rup­ture du couple, se fait le plus res­sen­tir. « Et puis bien sûr, il y a tous les élé­ments dis­pa­rates à ras­sem­bler, afin d’as­su­rer l’uni­té dra­ma­tique. C’est une toute nou­velle pro­duc­tion, le fruit du tra­vail des opé­ras du Ma­ni­to­ba, de Mon­tréal, d’Ed­mon­ton, de Van­cou­ver et du Pa­ci­fic Ope­ra de Vic­to­ria. Les cos­tumes sont du Pa­ci­fic Ope­ra, les dé­cors de l’Opé­ra d’Ed­mon­ton. Je n’ai ja­mais tra­vaillé avec An­gel Blue, ou en­core l’Opé­ra du Ma­ni­to­ba. Tout est à or­ga­ni­ser. C’est sti­mu­lant! »

(1) L’opé­ra La Tra­via­ta se­ra pré­sen­té le 14 avril à 19 h 30, le 17 avril à 19 h et le 20 avril à 19 h 30, à la Salle du cen­te­naire, si­tuée au 555, rue Main à Win­ni­peg. Billets : 204-957-7842.

Alain Gau­thier : « Quand je monte un opé­ra, je pense sou­vent au len­de­main des per­son­nages. Qu’ad­vien­dra-t-il d’Al­fre­do, après la fin tra­gique de Vio­let­ta? On a quelques in­dices dans La Dame aux ca­mé­lias d’Alexandre Du­mas fils, le ro­man sur le­quel est ba­sé La Tra­via­ta. »

Un cos­tume pour La Tra­via­ta, ima­gi­né par la de­si­gner Christina Pod­du­biuk, du théâtre de Strat­ford.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.