Jag­meet Singh doit dé­mis­sion­ner

La Liberté - - ACTUALITÉS - RAY­MOND HÉ­BERT

Le chef du Nou­veau Par­ti dé­mo­cra­tique, Jag­meet Singh, a deux iden­ti­tés.

Il se dit Ca­na­dien et res­pec­tueux de toutes les va­leurs ca­na­diennes. En même temps, il n’a ja­mais re­non­cé à son iden­ti­té sikh na­tio­na­liste ; au point où, à maintes re­prises, il a dé­mon­tré, ne se­rait-ce que par sa pré­sence, des sym­pa­thies pour les élé­ments si­khs les plus ra­di­caux, cer­tains prô­nant même la vio­lence, au ser­vice de leur ob­jec­tif, la créa­tion d’un état sikh in­dé­pen­dant, le Kha­lis­tan, qui se­rait bâ­ti sur les cendres du Pun­jab ac­tuel.

Ces deux en­sembles de va­leurs ne sont pas com­pa­tibles, et sur­tout pas chez le chef d’un par­ti po­li­tique na­tio­nal.

Sur le plan de la po­li­tique étran­gère, l’Inde est un par­te­naire éco­no­mique et po­li­tique im­por­tant pour le Ca­na­da; le na­tio­na­lisme sikh, s’il réa­li­sait ses ob­jec­tifs, mè­ne­rait à l’écla­te­ment de cet État. Ain­si, l’exis­tence même de cet État, bien plus im­por­tant que son élé­ment sikh, est di­rec­te­ment me­na­cé par le sé­pa­ra­tisme sikh.

Sur le plan do­mes­tique ca­na­dien, les sym­pa­thies sé­pa­ra­tistes de M. Singh pour la créa­tion du Kha­lis­tan en­voient un mes­sage puis­sant aux sou­ve­rai­nistes qué­bé­cois, qui évi­dem­ment veulent la même chose pour le Qué­bec, ce qui mè­ne­rait à l’écla­te­ment du Ca­na­da.

Si la double iden­ti­té de M. Singh a des ra­mi­fi­ca­tions exis­ten­tielles pour lui-même, elle a des ra­mi­fi­ca­tions au­tre­ment plus im­por­tantes pour le Ca­na­da.Toute ten­ta­tive de sa part (et il en a fait ré­cem­ment) de mo­du­ler ses po­si­tions sont sus­pectes. Pour le bien de son par­ti et de son pays d’adop­tion, il de­vrait dé­mis­sion­ner comme chef de son par­ti.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.