NA­TA­LIE THIESEN : La culture fran­co­phone comme trem­plin sur le monde

De­puis no­vembre 2017, La Li­ber­té vous amène chaque se­maine à la ren­contre d’un des 22 nou­veaux membres du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de la So­cié­té de la fran­co­pho­nie ma­ni­to­baine (SFM), élu le 12 oc­tobre. Dé­cou­vrez dans nos pages le par­cours et les as­pi­ra­ti

La Liberté - - COMMUNAUTAIRE - Va­len­tin CUEFF presse2@la-li­berte.mb.ca

Di­rec­trice des ventes à Tou­risme Win­ni­peg, Na­ta­lie Thiesen parle de la culture avec un en­goue­ment conta­gieux.

« C’est un sec­teur qui me tient beau­coup à coeur », in­siste la Bo­ni­fa­cienne, qui a « gran­di sur la Jeanne d’Arc » à Saint-Bo­ni­face. « La culture ap­porte la vie. C’est une bonne fa­çon de faire s’épa­nouir une com­mu­nau­té, que ça soit par la mu­sique, ou les arts. Ça ap­porte beau­coup de bon­heur aux gens. »

Elle a été élue re­pré­sen­tante du sec­teur cul­tu­rel au CA de la SFM, lors du pre­mier fo­rum de la fran­co­pho­nie, qui s’est te­nu le 26 sep­tembre 2017.

Na­ta­lie Thiesen est très consciente de la tâche qui l’at­tend. Si les ac­teurs du monde cul­tu­rel pré­sents à l’évè­ne­ment se sont pro­non­cés en fa­veur de sa can­di­da­ture, elle sait qu’elle doit en­core faire ses preuves et qu’il y a « du pain sur la planche » :

« Je vais conti­nuer à ren­con­trer les or­ga­nismes pour connaître leurs en­jeux et les dif­fi­cul­tés qu’ils veulent pré­sen­ter à la SFM. Pour m’as­su­rer que je suis leur porteparole. On vient d’éla­bo­rer la pla­ni­fi­ca­tion stra­té­gique de la SFM en mars. Le tra­vail ne fait que com­men­cer. »

Et la mise en re­la­tion, la di­rec­trice des ventes connaît. À Tou­risme Win­ni­peg, où elle tra­vaille de­puis six ans, son em­ploi consiste, entre autres, à « at­ti­rer des ren­contres, des congrès, des évè­ne­ments spor­tifs spé­ciaux » dans la ca­pi­tale ma­ni­to­baine.

Au-de­là de ce tra­vail de pro­mo­tion de la ville, Na­ta­lie Thiesen s’im­plique aus­si dans le mi­lieu cul­tu­rel. De­puis quatre ans, elle fait par­tie du CA du Fes­ti­val du Voya­geur.

« C’est pour ça que je vou­lais re­pré­sen­ter le sec­teur cul­tu­rel à la SFM, pour dé­fendre nos atouts, comme la Mai­son des ar­tistes vi­suels, le Mu­sée de Saint Bo­ni­face, ou les or­ga­nismes comme Tou­risme Riel, ou en­core les as­so­cia­tions qui font la pro­mo­tion à l’ex­té­rieur de Win­ni­peg, comme l’As­so­cia­tion cultu­relle fran­co-ma­ni­to­baine. J’ai à coeur de bien les re­pré­sen­ter. »

Ce qui l’a pous­sée à prendre cette can­di­da­ture? En plus de l’amour de la culture, la vo­lon­té d’élar­gir l’ho­ri­zon de l’or­ga­nisme, en s’adres­sant aus­si bien aux fran­co­phones ve­nus d’ailleurs qu’aux fran­co­philes.

« Je suis is­sue d’une fa­mille exo­game, mon ma­ri est an­glo­phone. Mon fils a deux ans. Je veux m’as­su­rer que ma fa­mille soit re­pré­sen­tée, et qu’on im­plique au ni­veau cul­tu­rel les fa­milles qui sont exo­games, qui viennent d’im­mi­grer au Ma­ni­to­ba, qui ne sont pas né­ces­sai­re­ment des fran­co­phones nés ici. Le chan­ge­ment de nom de la SFM a été un beau geste en ce sens. »

Na­ta­lie Thiesen re­pré­sente le sec­teur cul­tu­rel au CA de la SFM.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.