La jour­née équi­li­brée : l’in­no­va­tion ga­gnante

La Liberté - - ÉDUCATION - Da­niel BAHUAUD dba­huaud@la-li­berte.mb.ca

De­puis sep­tembre 2017, l’ho­raire à l’École La­certe a été mo­di­fié pour que les élèves aient une ré­créa­tion d’une de­mi-heure le ma­tin. Un chan­ge­ment qui équi­libre le temps en salle de classe, et qui fa­ci­lite l’ap­pren­tis­sage.

Pour Ca­leb Cy­renne et Kane La­mo­ni­ca, élèves en 3e an­née, l’an­née 20172018 au­ra été l’an­née des belles et longues ré­crés. Ca­leb Cy­renne : « J’aime beau­coup la ré­cré du ma­tin. Trente mi­nutes, ça per­met de jouer des jeux d’équipes comme le mi­ni-stick. On peut jouer deux par­ties. Avant, avec 15 mi­nutes, tu avais juste le temps de t’ha­biller et de sor­tir avant que la cloche sonne la ren­trée. Sur­tout l’hi­ver. C’était bien trop court. »

Kane La­mo­ni­ca ap­pré­cie le temps qu’il a pour se dé­fou­ler. « Après la ré­cré du ma­tin, je sens que j’ai vrai­ment dé­pen­sé de l’éner­gie. Je suis ra­fraî­chi. Et je suis prêt à tra­vailler à nou­veau.

« Sou­vent, après cette pre­mière ré­cré, on fait de la lec­ture si­len­cieuse. On lit des pe­tits ro­mans, des bandes des­si­nées. C’est calme. » La jour­née équi­li­brée s’ap­puie sur le fait que la plu­part des jeunes sont plus concen­trés le ma­tin. En avant-mi­di, deux blocs d’ap­pren­tis­sage sont sé­pa­rés par la ré­créa­tion de 30 mi­nutes. En­suite, après une pause dî­ner d’une heure, les élèves re­tournent en classe pour un der­nier bloc d’ap­pren­tis­sage de 90 mi­nutes, ré­par­ti en trois cours. Ca­leb Cy­renne : « L’après-mi­di passe vite, comme un clin d’oeil! J’aime beau­coup cet ho­raire. »

Les élèves ne sont pas seuls à ap­pré­cier la jour­née équi­li­brée. Pas­cal Le­grand, qui en­seigne la 2e an­née, a évo­lué dans les salles de classe on­ta­riennes pen­dant dix ans. « Les re­tom­bées sont très po­si­tives. Je vois la dif­fé­rence, dans le com­por­te­ment des élèves sur le ter­rain et dans la salle de classe. À la ré­cré, plus de temps si­gni­fie non seule­ment plus de temps de jeu, mais plus de temps pour ré­soudre les conflits. Les élèves ap­prennent à bien jouer en­semble.

« Cô­té aca­dé­mique, les jeunes se concentrent plus. Les le­çons sont meilleures. Le temps est plus pro­duc­tif. » Mé­lo­nai Bris­don est membre du co­mi­té sco­laire et mère d’Alex, son fils en 5 e an­née qui vient de ter­mi­ner sa toute pre­mière an­née à l’École La­certe. « La jour­née équi­li­brée a fa­ci­li­té l’in­té­gra­tion d’Alex dans sa nou­velle école. Les ma­tins, avec plus de temps sur le ter­rain de jeu, il a pu se faire des amis ra­pi­de­ment. Il a un grand co­pain, éga­le­ment en 5e an­née. Je doute que les deux au­raient pu tis­ser des liens aus­si fa­ci­le­ment avec des pauses de 15 mi­nutes. « Comme membre du co­mi­té sco­laire, j’ai pu ob­te­nir des échos d’autres pa­rents. Ils aiment la jour­née équi­li­brée. Non seule­ment parce que leurs en­fants ont plus de temps pour jouer le ma­tin, mais aus­si parce qu’un élève qui a dé­pen­sé de l’éner­gie est plus calme, et prêt à ap­prendre. Je peux voir comment cette ini­tia­tive pour­rait ai­der les jeunes qui ont des dif­fi­cul­tés d’ap­pren­tis­sage, comme l’at­ten­tion dé­fi­ci­taire. « De plus, les en­sei­gnants peuvent or­ga­ni­ser des ren­contres de 30 mi­nutes avec les élèves, ou les pa­rents si né­ces­saire. Tout le monde en sort ga­gnant. »

Kane La­mo­ni­ca, Pas­cal Le­grand et Ca­leb Cy­renne.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.