On va en­tendre par­ler de HD Pe­tro­leum

En Amé­rique du Nord, seule­ment 17 % des lu­bri­fiants de voi­ture usa­gés sont re­cy­clés. Au Ca­na­da, 800 mil­lions de litres sont re­cy­clés. Des chiffres que l’en­tre­prise HD Pe­tro­leum de Saint-Bo­ni­face veut faire évo­luer.

La Liberté - - ACTUALITÉS - Da­niel BAHUAUD

É ta­blie sur l’au­to­route nu­mé­ro 14 aux abords de Le­tel­lier et Saint-Jo­seph, la mi­cro-raf­fi­ne­rie de HD Pe­tro­leum est main­te­nant en me­sure de trans­for­mer in­dus­triel­le­ment de l’huile à mo­teur usa­gée en die­sel, après neuf ans de re­cherche et d’ex­pé­ri­men­ta­tion.

Todd Ha­bicht, le fon­da­teur et PDG de l’en­tre­prise, est heu­reux d’avoir at­teint la phase de pro­duc­tion : « Notre ob­jec­tif était de prou­ver qu’une pe­tite raf­fi­ne­rie, éta­blie sur 300 mètres car­rés, peut trans­for­mer plu­sieurs mil­liers de litres d’huile à mo­teur en die­sel en l’es­pace d’une heure. Après des hauts et des bas, et une pé­riode in­tense de quatre mois de contrôles, d’ins­pec­tions et de mise en ser­vice en 2017, on a réus­si. Et à très bas coût, puisque notre équi­pe­ment nous a coû­té que 8,3 mil­lions $ US. Main­te­nant, on est convain­cu qu’on pour­ra rou­ler 24 h par jour, sept jours par se­maine. En 48 heures, pen­dant la longue fin de se­maine de la Fête du Ca­na­da, on a pro­duit 45 000 litres de die­sel. » Pour chaque litre de lu­bri­fiant usa­gé, HD Pe­tro­leum pro­duit 0,85 litres de die­sel. La par­tie qui n’est pas re­cy­clée sert de car­bu­rant à

la mi­cro-raf­fi­ne­rie. Ain­si, toute l’huile est uti­li­sée.

« C’est l’avan­tage de notre tech­no­lo­gie qui re­dis­tille les mo­lé­cules hy­dro­car­bo­nées de l’huile usa­gée en die­sel. L’idée re­monte dé­jà à plu­sieurs dé­cen­nies. Mon grand-père Ber­nard Ha­bicht avait dé­jà dé­ve­lop­pé les grands prin­cipes, mais il n’avait pas réus­si à dé­pas­ser le stade ar­ti­sa­nal. C’est dire si son es­prit est très pré­sent dans notre mi­cro-raf­fi­ne­rie. C’est pour moi une source de grande fier­té. Bar­ney, comme tout le monde l’ap­pe­lait, était un grand in­ven­teur. Par exemple, c’est lui l’in­ven­teur de la mois­son­neuse-bat­teuse, qui a trans­for­mé l’agri­cul­ture. »

Todd Ha­bicht es­père-t-il à son tour trans­for­mer l’in­dus­trie pé­tro­lière?

« C’est pos­sible. On est convain­cu qu’on pour­ra im­po­ser notre tech­no­lo­gie, au Ma­ni­to­ba pour com­men­cer. Au Ca­na­da, la col­lecte de lu­bri­fiants usa­gés est très bien or­ga­ni­sée, à près de 70 %. C’est la trans­for­ma­tion de l’huile qui laisse en­core énor­mé­ment à dé­si­rer. Une mi­cro-raf­fi­ne­rie peut non seule­ment des­ser­vir une po­pu­la­tion de 700 000 per­son-nes, mais sur­tout elle n’exige pas des in­ves­tis­se­ments en cen­taines de mil­lions de dol­lars comme c’est le cas pour une raf­fi­ne­rie conven­tion­nelle. En une an­née, elle peut re­cy­cler jus­qu’à 15 mil­lions de litres. Et ré­duire l’em­preinte car­bone d’en­vi­ron 7,6 ki­lo­tonnes par an­née. C’est l’équi­valent de 1 450 voi­tures, ou de 718 mai­sons.

« Le po­ten­tiel éco­lo­gique est énorme. Et les marges de pro­fit se si­tuent à en­vi­ron 37 %. C’est dire que le re­cy­clage peut être très pro­fi­table. On a dé­jà des in­ves­tis­seurs au Ca­na­da, aux An­tilles et à Guam qui at­tendent juste qu’on fasse nos preuves au Ma­ni­to­ba pour ache­ter notre sa­voir-faire. »

Todd Ha­bicht et son fils Ty­ler, qui est in­gé­nieur spé­cia­li­sé en tech­no­lo­gie mo­trice.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.