Une so­lu­tion pour Émi­lie McKin­ney

La Liberté - - ACTUALITÉS -

Ma­dame la ré­dac­trice,

Per­met­tez‐moi, par l’en­tre­mise de La Li­ber­té, qui est notre plate‐forme d’expres‐ sion pu­blique par ex­cel­lence, de par­ta­ger que j’ai lu avec grand in­té­rêt le dos­sier La dé­ter­mi­na­tion d’Émi­lie dans les pages du jour­nal du 18 au 24 juillet.

Votre jour­na­liste Ma­nel­la Vi­la No­va a mis en va­leur les beaux ef­forts d’Émi­lie McKin­ney, une jeune femme liée à la ré­serve de Swan Lake qui cherche à faire rayon­ner la culture au­toch­tone par l’entre‐ mise de la danse à clo­chettes.

Je suis im­pres­sion­né par son en­ga­ge­ment, et qu’elle ait lan­cé sa propre en­tre­prise de fa­bri­ca­tion de clo­chettes, Ani­shi­naabe Bi­mi­shi­mo.

J’ai été pei­né de consta­ter qu’elle éprouve de la dif­fi­cul­té à se pro­cu­rer de l’alu­mi­nium à bon mar­ché.

J’ai­me­rais pro­po­ser une piste de so­lu­tion à Émi­lie McKin­ney. En tant que prêtre sé­cu­lier, j’ai vé­cu de 1985 à 1995 dans cinq ré­serves au­toch­tones dans le Nord ma­ni­to­bain, no­tam­ment à Be­rens Ri­ver.

Aux dires des aî­nés, pour fa­bri­quer des clo­chettes pour les pow wow, les Au­toch­tones avaient au­tre­fois re­cours à la fa­bri­ca­tion ar­ti­sa­nale.

Ils se ser­vaient des cou­vercles des ta­ba‐ tières de la marque Co­pen­ha­gen. Il me semble qu’Émi­lie McKin­ney pour­rait uti­li­ser de vieilles ta­ba‐ tières, bon­bon­nières, cou­vercles de boîtes de conserve ou même en­core de can­nettes de bois­sons ga­zeuses.

Voi­là une so­lu­tion toute ca­na­dienne, et éco­lo­gique, pour ré­soudre le pro­blème du prix de l’alu­mi­nium.

Édouard Ban­ville, prêtre Saint‐Bo­ni­face Le 24 juillet 2018

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.