Vac­ci­na­tion : c’est le bien col­lec­tif qui est en jeu

La Liberté - - OPINIONS - aux lettres en écri­vant à la ré­dac­trice en chef So­phie Gau­lin à sgau­lin@la-li­berte.mb.ca Les condi­tions de pu­bli­ca­tion des lettres se trouvent en page 2. Julie La­joie, PhD Uni­ver­si­té du Ma­ni­to­ba Dé­par­te­ment de mi­cro­bio­lo­gie mé­di­cale et des ma­la­dies in­fect

Ma­dame la ré­dac­trice,

Le 20 août, je suis tom­bée sur une nou­velle plu­tôt alar­mante. L’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té (OMS) rap­por­tait qu’en Eu­rope, pour les six pre­miers mois de cette an­née, 41 000 per­sonnes avaient contrac­tées la rou­geole, soit 128 % de cas de plus qu’en 2016. La rou­geole est une ma­la­die in­fan­tile vi­rale très conta­gieuse, sou­vent bé­nigne, mais qui peut en­trai­ner des pro­blèmes neu­ro­lo­giques per­ma­nents ou la mort. L’an der­nier, le Ma­ni­to­ba a connu une éclo­sion d’oreillons. Sou­dai­ne­ment, ces ma­la­dies in­fan­tiles qui se fai­saient rares ré­ap­pa­raissent et coûtent des mil­lions en soin de san­té (JAMA Pe­dia­trics 2018).

De­puis les an­nées 1980, le vac­cin ROR (rou­geole/oreillons/ru­béole) est in­clus dans le ca­len­drier de vac­ci­na­tion ca­na­dien. Une pre­mière dose doit être ad­mi­nis­trée vers l’âge de 12 mois et une se­conde vers 18 mois. Si un vac­cin existe, pour­quoi ob­ser­vons-nous ces épi­dé­mies?

La ré­ponse est simple : pas as­sez d’en­fants sont vac­ci­nés pour ob­te­nir ce qu’on ap­pelle une im­mu­ni­té de groupe, soit le pour­cen­tage de la po­pu­la­tion qui doit être vac­ci­ner pour pou­voir pro­té­ger ceux qui ne sont pas vac­ci­née ou im­mu­no­sup­pri­més. Pour le vac­cin ROR, l’OMS re­com­mande que 94 % de la po­pu­la­tion soit vac­ci­née. Au Ma­ni­to­ba, nous avons un taux de vac­ci­na­tion d’en­vi­ron 73 %. Pour­quoi ne pas faire vac­ci­ner?

Il est vrai que plu­sieurs in­for­ma­tions cir­culent au su­jet des vac­cins. En tant que ma­man d’une pe­tite fille de 13 mois, je com­prends le be­soin de vou­loir pro­té­ger son en­fant. Croyez­moi, en­tendre pleu­rer ma pe­tite cocotte après ses pre­miers vac­cins n’a pas été fa­cile. Mais pour mon conjoint et moi, l’idée de ne pas la faire vac­ci­ner n’a ja­mais été consi­dé­rée.

Mal­gré ce qui est sou­vent rap­por­té sur les sites an­ti­vac­ci­na­tion, le vac­cin ROR (ou tout autre vac­cin) n’est pas as­so­cié avec l’au­tisme. En 1998, le Dr Andrew Wa­ke­field af­fir­mait avoir éta­bli un lien entre le vac­cin ROR et l’au­tisme. Or il fut prou­vé qu’il avait fal­si­fié des ré­sul­tats de ses re­cherches (The Lan­cet). L’étude fut to­ta­le­ment re­ti­rée en 2010, mais elle reste ci­tée par les an­ti-vac­cins. Pour­tant, après des di­zaines d’études sup­plé­men­taires, cer­taines por­tant sur des di­zaines de mil­liers d’en­fants, au­cune, et je dis bien au­cune étude, n’a éta­bli de lien entre la vac­ci­na­tion et l’au­tisme. Est-ce que la vac­ci­na­tion peut cau­ser des ef­fets se­con­daires? Ab­so­lu­ment. Un peu de fièvre, une rou­geur lo­cale, une lour­deur mus­cu­laire. Et dans de rares cas, une ré­ac­tion al­ler­gique grave ou cer­tains ef­fets rares. Mais en au­cun cas cau­ser le syn­drome de l’au­tisme.

L’uti­li­sa­tion du thi­me­ro­sal (un com­po­sé chi­mique or­ga­no­mer­cu­riel) est aus­si dé­criée par les an­ti-vac­cins. Or, au Ca­na­da au­cun vac­cin sys­té­mique ad­mi­nis­tré aux en­fants, à l’ex­cep­tion du vac­cin contre la grippe, ne contient de thi­me­ro­sal (San­té Ca­na­da).

Ceux qui évoquent le droit de ne pas faire vac­ci­ner leur en­fant et le ca­len­drier de vac­ci­na­tions trop char­gé doivent com­prendre qu’en ma­tière de san­té pu­blique, il n’est pas ques­tion de droit in­di­vi­duel, mais de bien col­lec­tif. En fai­sant vac­ci­ner votre en­fant, vous le pro­té­gez et vous pro­té­gez ceux qui sont trop jeunes, ou qui ne peuvent pas se faire vac­ci­ner. La vac­ci­na­tion est sé­cu­ri­taire et pro­tège de ma­la­dies qui peuvent avoir de graves consé­quences. Si, comme moi, vous dé­tes­tez voir votre en­fant ma­lade, même avec un pe­tit rhume, alors il n’y a au­cun doute à avoir sur la vac­ci­na­tion. Quant au ca­len­drier des vac­ci­na­tions, si vous avez peur de trop sti­mu­ler le sys­tème im­mu­ni­taire de votre en­fant, dites-vous que ses deux pre­mières an­nées à la gar­de­rie sti­mulent son sys­tème im­mu­ni­taire beau­coup plus que les vac­cins qu’il re­çoit.

En ma­tière de vac­ci­na­tion, les an­ti-vac­cins en­tre­tiennent la peur. La science est claire. La vac­ci­na­tion est sé­cu­ri­taire et, se­lon mon opi­nion de ma­man et de scien­ti­fique, elle est la meilleure dé­ci­sion à prendre pour pro­té­ger nos en­fants. VOIR RÉ­FÉ­RENCES CI-CONTRE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.