Les pres­crip­tions du doc­teur Pra­vin­sa­gar G. Meh­ta

Le doc­teur Pra­vin­sa­gar G. Meh­ta exerce la mé­de­cine de­puis plus de 40 ans. Ce sep­tua­gé­naire, pas­sion­né par son mé­tier, ne s’ar­rê­te­ra que quand sa san­té ne lui per­met­tra plus de tra­vailler.

La Liberté - - SOCIÉTÉ - (2) Alan Road­burg a écrit un livre à ce su­jet : Life af­ter me­di­cine.

Le doc­teur Pra­vin­sa­gar G. Meh­ta est en ce mo­ment di­rec­teur mé­di­cal d’Ac­tion­mar­gue­rite et il re­çoit aus­si des pa­tients, à son ca­bi­net à SaintBo­ni­face et à l’hô­pi­tal Vic­to­ria. Né en Ou­gan­da, voi­là 72 ans, c’est son beau-frère qui lui a trans­mis la fibre mé­di­cale. « C’était un homme très ins­truit, qui pre­nait soin des gens. Il re­ce­vait à son bu­reau, mais al­lait aus­si dans la jungle. Il était du genre à ne ja­mais se plaindre. Il of­frait ses ser­vices à des gens qui ne pou­vaient pas se le per­mettre. En Afrique, tu paies cash les ser­vices du mé­de­cin. Il n’y a pas de sys­tème de soins de san­té. Si les gens ne pou­vaient pas payer, il tra­vaillait gra­tui­te­ment. J’ai­mais son at­ti­tude. Mon beau-frère est de­ve­nu mon men­tor. »

Après avoir fait sa mé­de­cine à Shef­field, en An­gle­terre, Pra­vin­sa­gar G. Meh­ta, d’ori­gine in­dienne, vou­lait re­tour­ner ser­vir en Ou­gan­da. C’était sans comp­ter la si­tua­tion po­li­tique très ten­due à l’époque (voir en­ca­dré).

Il a op­té pour le Ca­na­da pour de­ve­nir mé­de­cin de fa­mille. « J’ai trou­vé un ca­bi­net rue Gou­let à Saint-Bo­ni­face. Le mé­de­cin dont j’ai pris la place, avait pra­ti­qué pen­dant 40 ans. Lui-même avait re­pris le ca­bi­net de son père qui avait exer­cé pen­dant 40 ans. Le ca­bi­net comme tel a donc presque 120 ans de mé­moire. C’est un long his­to­rique de pa­tients, presque cinq gé­né­ra­tions. » Quand on entre dans le ca­bi­net du Dr Pra­vin­sa­gar G. Meh­ta, on est in­ter­pel­lé par la mul­ti­tude de cadres ac­cro­chés au mur. On re­trouve pêle-mêle son cer­ti­fi­cat en soins gé­ria­triques ob­te­nu ré­cem­ment, la re­con­nais­sance comme mé­de­cin de l’an­née re­mis en 2016 par le Col­lège des mé­de­cins de fa­mille du Ca­na­da, un ar­ticle de presse qui ex­plique que le doc­teur a na­gé 8 700 jours d’af­fi­lée, des pho­tos de golf, les pré­ceptes de vie de Ghan­di… Adepte de psy­cho­lo­gie po­si­tive, ce pro­fes­sion­nel de la san­té est in­ter­ris­sable lors­qu’on lui de­mande son se­cret de lon­gé­vi­té. « Pre­miè­re­ment, il faut gar­der une at­ti­tude po­si­tive. Deuxiè­me­ment, il faut main­te­nir un cercle so­cial avec ses amis, ses col­lègues. Troi­siè­me­ment, gar­der à l’es­prit les 5 F : La fa­mille, la fa­mille de mé­de­cins, la fa­mille d’ani­maux, les amis (friends) et les fi­nances.

Qua­triè­me­ment, il faut être conscient de ses li­mites. Une chose que mon mé­de­cin m’a dite un jour et que j’ai gar­dée toute ma

vie : Sou­viens-toi, tu n’es pas seul. Si tu n’es pas sûr de quelque chose, n’aies pas peur de de­man­der de l’aide. Donc, j’ai tou­jours agi ain­si. Je n’ai au­cun scru­pule à de­man­der de l’aide. Je n’ai pas de fausse fier­té. J’écoute les gens. » (1) Et la re­traite? La ques­tion pro­voque un trait d’humour : « J’ai

sui­vi des sé­mi­naires à ce su­jet. J’ai re­te­nu une phrase d’Alan Road­burg. Il m’a dit Tu peux être re­trai­té. RETIRE en an­glais. Mais en ajou­tant un ti­ret, ce­la donne RETIRE. Ce­la veut dire qu’on change les roues et qu’on re­part. » (2)

Il sem­ble­rait quand même que la date de 2020 le sé­duise pour mettre un terme à sa car­rière. « 2020, ça sonne très bien. Et puis, ce se­ra l’an­née des re­trou­vailles avec mes an­ciens ca­ma­rades, pour le 50e an­ni­ver­saire de notre gra­dua­tion. À l’époque, je n’avais pas pu as­sis­ter à ma propre re­mise de di­plômes, alors, ce se­ra une par­faite oc­ca­sion! »

(1) Doc­teur Meh­ta dit s’ins­pi­rer d’un site web fon­dé par Dr Ke­ri-Leigh Cas­si­dy, Pro­fes­seure de psy­chia­trie et di­rec­trice du pro­gramme de psy­chia­trie gé­ria­trique à l’Uni­ver­si­té Dal­hou­sie en Nou­velle-Écosse : https://foun­tai­nof­health.ca/

Pho­to : Ma­rie Ber­ck­vens

Le doc­teur Pra­vin­sa­gar G. Meh­ta est en ré­mis­sion du can­cer de­puis sept ans. On lui a diag­nos­ti­qué de l’ar­throse à l’âge de 35 ans. Il a réus­si à bien vivre avec cette pa­tho­lo­gie, no­tam­ment grâce à la na­ta­tion.

MA­RIE BER­CK­VENS mber­ck­vens@la-li­berte.mb.ca

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.